Eichhornia crassipes (Mart.) Solms, Jacinthe d'eau, Calamote, espèce envahissante à La Réunion, Famille : Pontederiaceae - Pontederiacées.

Eichhornia crassipes (Mart.) Solms

Jacinthe d'eau, Calamote

Espèce envahissante à La Réunion.

- Nom commun : Jacinthe d'eau, Calamote.
- Nom scientifique : Eichhornia crassipes (Mart.) Solms.
- Synonymes :
- Eichhornia crassicaulis Schltdl.
- Eichhornia crassicaulis Schltr.
- Heteranthera formosa Miq.
- Piaropus crassipes (Mart.) Raf.
- Piaropus mesomelas Raf.
- Pontederia crassicaulis Schltr.
- Pontederia crassipes Mart.
- Pontederia crassipes Roem. & Schult.
- Pontederia elongata Balf.
- Ordre : Commelinales.
- Famille : Pontederiaceae - Pontédériacées.
- Genre : Eichhornia Kunth.
- Origine : Brésil.



Jacinthe d'eau Eichhornia crassipes


Jacinthe d'eau Eichhornia crassipes


Eichhornia crassipes (Mart.) Solms., appartient à la famille des Pontederiaceae et au genre Eichhornia Kunth, qui comprend 6 espèces :

- Eichhornia azurea (Sw.) Kunth.
- Eichhornia crassipes (Mart.) Solms.
- Eichhornia diversifolia (Vahl) Urb.
- Eichhornia heterosperma Alexander.
- Eichhornia paniculata (Spreng.) Solms.
- Eichhornia paradoxa (Mart. ex Schult. & Schult.f.) Solms.


Origine et répartition Eichhornia crassipes (Mart.) Solms.

Originaire des grands lacs et marais de la région du Pantanal dans l'ouest du Brésil, Eichhornia crassipes (Mart.) Solms., a été introduite pour l'ornement dans de très nombreuses régions. L'espèce très souvent naturalisée est devenue l'un des fléaux les plus importants pour les étendues d'eau douce, rivières et lacs des tropiques. Dans les régions où elle a été introduite, elle menace la biodiversité.


Eichhornia crassipes à La Réunion.

Eichhornia crassipes, la jacinthe d'eau est une espèce extrêmement envahissante à La Réunion, présente dans les étendues d'eau douce du littorales, Étang du Gol à Saint-Louis et Étang de Saint-Paul. Dans certaines situations, comme à l’Étang du Gol, elle arrive à recouvrir, avec la Laitue d'eau, Pistia stratiotes, la totalité de la surface d’eau libre, ce qui se traduit par de graves conséquences écologiques, notamment pour la faune aquatique. Lors d’événements climatiques importants accompagnés de fortes pluies, ces étangs littoraux et estuaires évacuent dans l’océan d’énormes matelas de plantes flottantes, qui représentent un danger pour la navigation et viennent polluer les lagons et les plages voisines.

La Jacinthe d'eau est donc une peste végétale à La Réunion, elle constitue une menace pour les espèces végétales et animales aquatiques autochtones. Elle à l’origine de modifications importantes des caractéristiques physico-chimiques de son nouveau biotope :
- diminution de la concentration en nutriments et en oxygène dissous dans la colonne d’eau.
- diminution de la pénétration des rayonnements solaires dans l’eau.
- augmentation des pertes d’eau à travers l’évapotranspiration, augmente de 2 à 8 fois l’évaporation d’une surface d’eau libre.
- bouleverse l’équilibre minéral, provoque un fort dégagement d’H2.

Eichhornia crassipes (Mart.) Solms est inscrit dans la liste des espèces envahissantes de La Réunion, niveau 5 sur 5, niveau 5 : Taxon exotique (ou cryptogène) très envahissant, dominant ou co-dominant dans les milieux naturels ou semi-naturels, ayant un impact direct fort sur la composition, la structure et le fonctionnement des écosystèmes.


Description Eichhornia crassipes.

La Jacinthe d'eau est une plante herbacée aquatique vivace des rivières, canaux et lacs des régions tropicales, de la famille des Pontederiaceae. Elle ne prend pas racine dans le substrat et flotte à la surface de l’eau, les racines ont une coloration généralement violette foncée et peuvent atteindre une longueur de 300 cm, elles contiennent des pigments solubles, notamment des anthocyanines, qui vont la protéger de la prédation par des animaux herbivoreset du rayonnement solaire trop intense.

Chaque plante est formée de longues tiges stolonifères ramifiées, la tige est droite, de 50 cm de long, et se prolonge par un rhizome constitué de nombreux noeuds et internoeuds.

Les feuilles sont disposées en rosette à la base des tiges grâce un pétiole de nature spongieuse, elles se développe bien au-dessus de la surface de l’eau. Elles sont épaisses, cireuses, arrondies et lustrées et sont grossièrement oviformes. Les feuilles se courbent sur les bords eux mêmes ondulés. Les veines des feuilles sont denses, nombreuses, en amende et longitudinales.

Les hampes florales sont droites, mesurent environ 50 centimètres de long, et portent chacune de 8 a 15 fleurs voyantes rassemblées en épi unique. Les fleurs ont six pétales, bleu violacé à lavande, le pétale du sommet montrant une tache jaune entourée d’un cercle bleu.

Le fruit d'Eichhornia crassipes se présente comme une capsule fine enfermée dans un hypanthium aux parois épaisses formé à partir du périanthe. Chaque capsule peut contenir jusqu’à 450 graines d’une taille de 1 mm de large par 4 mm de long. Les graines peuvent rester viables jusqu’à 20 ans dans les sédiments.


Multiplication Eichhornia crassipes.

Deux modes de reproduction :
- Reproduction sexuée : Les graines de la plante sont dispersées par les courants d’eau et les oiseaux aquatiques. Elles peuvent aussi s’enfoncer dans la boue aux pieds des plants mères.
- Reproduction asexuée : La multiplication de la jacinthe s’effectue principalement par voie asexuée. Les nouvelles plantes sont produites à partir de l’élongation de stolons due à la division des méristèmes axillaires de la plante mère.


2 espèce(s) dans la famille des Pontederiaceae - Pontederiacées

1 espèce(s) dans le genre Eichhornia

Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Jeudi 18 Juillet 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Mi-aime-a-ou.com ne peut prendre aucune responsabilité concernant les effets nocifs de l'utilisation des plantes. Sollicitez toujours l'avis d'un professionnel avant d'utiliser une plante médicinale.





Les dernières pages ajoutées :


Flueggea virosa (Roxb. ex Willd.) Royle
Flueggea virosa (Roxb. ex Willd.) Royle

Ficus pumila L
Ficus pumila L

Hypoestes phyllostachya Baker
Hypoestes phyllostachya Baker

Senecio tamoides DC
Senecio tamoides DC

Ravenea glauca Jum. & H.Perrier
Ravenea glauca Jum. & H.Perrier

Euphorbia marginata Pursh
Euphorbia marginata Pursh