Alopochen kervazoi (Cowles, 1994), Oie de Kervazo, Ouette de La Réunion , Oiseau endémique La Réunion, Espèce éteinte, Famille : Anatidae.

Alopochen kervazoi (Cowles, 1994)

Oie de Kervazo, Ouette de La Réunion

Oiseau endémique La Réunion, espèce éteinte.

- Nom commun : Oie de Kervazo.
- Autre nom : Ouette de la Réunion. Tadorne de La Réunion.
- Nom scientifique : Alopochen kervazoi (Cowles, 1994).
- Synonymes :
- Mascarenachen kervazoi BirdLife International (2002).
- Mascarenachen kervazoi BirdLife International (2004).
- Classe : Aves.
- Ordre : Anseriformes.
- Famille : Anatidae.
- Genre : Alopochen Stejneger, 1885.
- Espèce : Alopochen kervazoi.
- Statut : Espèce éteinte.


Alopochen kervazoi est une espèce d'oiseau de la famille des Anatidae, nommé : Ouette de La Réunion, Oie de Kervazo ou Tadorne de La Réunion.

Cette espèce autrefois endémique de la Réunion et Aujourd'hui disparue.

Alopochen kervazoi oiseau endémique de La Réunion
Image non contractuelle.


Origine Alopochen kervazoi.

Alopochen kervazoi provient de l'oie d'Egypte qui a colonisé Bourbon (La Réunion) et l'île de France (l'île Maurice). Cette oie s'étant naturalisée dans les deux îles s'est transfomée en deux espèces :

- Alopochen kervazoi à La Réunion.
- Alopochen mauritianus à l'île Maurice.


Histoire Alopochen kervazoi.

Alopochen mauritianus
Au Premier plan : Oie de Maurice Alopochen mauritianus.

Les premières mentions de l'oie de La Réunion dans les récits des voyageurs :

6 août 1612, une flotte de 13 vaisseaux sous le commandement du Capitaine Adriaen Martensz Block venant du port de Texel en Hollande aborde l’île de la Réunion. Block écrivit le 6 décembre 1612, aux gouverneurs de la compagnie une lettre dans laquelle figure une courte description de la Réunion, et qui est toujours conservée aux Algemeen Rijksarchief en Hollande.

" Nous trouvâmes entre les hautes montagnes et le bord de mer une étendue d’eau douce délicieuse et propre, pleine de poissons extraordinairement beaux et variés, et sur les rives de cette eau la terre était remplie d’une multitude de toutes sortes de volailles, surtout des oies, des canards, des hérons, des tourterelles et des perroquets, et plein d’autres oiseaux petits et grands dont nous ne connaissions pas les noms. Ainsi nous avons obtenu ici de très bons rafraîchissements; tout nous tombait sous la main sans effort, et personne n’a éprouvé le besoin d’aller attraper les boucs ou les chèvres que nous avions vus plusieurs fois dans les montagnes en troupeaux plus ou moins importants. "

3 Février 1613, le capitaine Samuel Castelton quitte l'île de Ceylan, avec le navire anglais, le Pearl. Le 27 mars 1613, le bateau arrive à vue d’une île que les anglais ne reconnaissent pas. Ils la baptisent England’s forest par référence aux bois qui la recouvrent, l' île portait déjà le nom de Mascareigne ( La Réunion ).

L'officier Tatton décrit dans le journal de bord :

" Nous y avons trouvé un nombre infini de grandes tortues de terre, aussi grosses qu’un homme peut porter. Il y a une grande quantité d’oiseaux terrestres petits et gros, plein de tourterelles, de grands perroquets, et bien d’autres. En parcourant l’intérieur nos gens découvrirent une autre rivière et un étang couvert de canards et d’oies sauvages. En plus ils trouvèrent une quantité infinie de grandes anguilles... ".

En 1667, alors que la population de l’île n’est que de 32 habitants, François Martin constate déjà : " Nous ne vîmes ni oies ni poules d’eau sur l’Etang de Saint-Paul, qui en était tout couvert autrefois ".

Dubois fait en 1674 une description : Il mentionne simplement qu'ils étaient semblables à des oies européennes, mais plus petit, avec le bec et les pieds étant le rouge.


Extinction Alopochen kervazoi.

Antoine Boucher, 1710 :
" Que sont devenus, Messieurs, de votre glorieux règne, cette quantité prodigieuse et innombrable de gibiers comme flamants, ramiers, tourterelles, sarcelles, poules d’eau, oies et canards sauvages, corbigeaux, alouettes, bécassines, merles, huppes et autres dont le détail serait trop long, sans y comprendre une infinité d’autres gibiers du pays dont les noms ne sont pas connus en France ? "


Découverte d'ossements Alopochen kervazoi.

Alopochen kervazoi n'est connue que des os subfossiles recueillis en 1974 par Bertrand Kervazo : Géologue, Ingénieur de recherche au Ministère de la Culture.

En 1974, Bertrand Kervazo et Graham Cowles sont à La Réunion dans l’espoir de retrouver des traces des premiers habitants de l’île. Fouille dans la caverne marine située à l’extrémité sud de la ville de Saint-Paul, - Grotte des Premiers Français. Plusieurs ossements d’espèces disparues sont découverts : Tortue terrestre, un scinque apparenté au Leiolopisma telfairii de l’Ile Ronde, Oie de Kervazo, Faucon de Dubois, Hibou de Gruchet, Bihoreau de la Réunion, Foulque des Mascareignes, Huppe de Bourbon et Solitaire.

Par la suite des ossements de l'Oie de Kervazo sont découverts en 1980 : Grotte de l’Autel située en bordure de la Route Nationale 1 à Saint-Gilles les Bains. En 1992 au Marais de l’Hermitage zone de terrain sédimentaire plat, entre la Route Nationale 1 et les premières pentes, au lieu-dit l’Hermitage-les-Bains.

Les spécimens sont déposés dans le Muséum National d'Histoire Naturelle, Paris 2.

Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Lundi 18 Décembre 2017   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2017

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.