Anne Chrétien Louis de Hell gouverneur de Bourbon. Personnage célèbre de l'île de La Réunion

La Réunion
Cherchez une page sur le site
www.mi-aime-a-ou.com

 
Promo Séjour La Réunion   Navigation :: Accueil :: Histoire de La Réunion ::  Personnages célèbres de La Réunion :: 
    Recherche par :: Liste alphabétique :: Liste année de naissance
    Rubrique   :: Artiste :: Divers :: Écrivain :: Gouverneur :: Militaire ::  Politique :: Préfet :: Religion :: Scientifique
       

Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+
 
 
 ITC Tropicar
 Location de voitures
 à La Réunion
 5 % de remise en ligne
  itctropicar.com
 
 Aide pour vos vacances
 Help-vacances
 Hôtels, gîtes, locations
 saisonnières, campings
 help-vacances.com
 
 

 

 

Anne Chrétien Louis de Hell.

Gouverneur de La Réunion du 5 mai 1838 au 14 octobre 1841.

 

Gouverneur précédent :: Jacques Philippe Cuvillier :: Gouverneur suivant :: Charles Léon Joseph Bazoche

 
   
 

Anne Chrétien Louis de Hell est né le le 25 août 1783, à Verneuil-sur-Seine, Yvelines, au château de sa marraine Madame de Sénozan, son parrain est Guillaume Chrétien de Lamoignon de Malesherbes, ministre d’Etat ami de son père.

Anne Chrétien Louis de Hell est issue d’une famille noble, originaire de Francfort-sur-le-Main et du Vieux-Limbourg, établie en Alsace depuis le XVIe siècle. Son père, le chevalier François de Hell, grand bailli, agent du roi était chargé de fonctions administratives et judiciaires, de Landser avant 1789, anobli peu avant la révolution française et membre de l’assemblée provinciale de 1787. Sa mère, noble aussi est Mélanie de Savoye, qui donnera naissance aussi à une fille, en 1786, Mélanie Antoinette de Hell.

Son père, prend le parti de la révolution, en 1787, il est député du syndic du Tiers-Etat de l'Assemblée Nationale Constituante, député aux Etats-Généraux du baillage de Haguenau, puis député à l’Assemblée Constituante en juin 1789. Malgré cela il est arrêté le 4 janvier 1794, par le Comité de sûreté général, Jugé, condamné, il est guillotiné le 22 avril 1794.

Après la mort de son père, Madame de Hell pour protéger son fils l'envoie chez un ami à Brest. Celui-ci le fait embarquer comme mousse sur un bâtiment de la marine nationale, la Félicité, le 22 septembre 1794, en partance pour la Méditerranée.

Commence alors pour Anne Chrétien Louis de Hell une carrière de marin, le jeune mousse est nommé aspirant de 2e classe en 1797. Lors de la campagne de Saint-Domingue, à bord du Tricolore, il est fait prisonnier par les anglais le 14 octobre 1803. Libéré en 1808, il est affecté à l'État Major de Cherbourg. il gravit petit à petit de nombreux grades dans la marine, enseigne de vaisseau en 1811, lieutenant de vaisseau 1812, chef de brigade en 1819, capitaine de frégate 1821, capitaine de vaisseau en 1827, contre-amiral en 1833.

De Hell s'illustre notamment par de nombreux travaux de cartographie des côtes de la Méditerranée et devient directeur de l'École Navale de Brest de 1830 à 1835.

L'ordonnance du Roi du 16 mars 1837 nomme le Capitaine de vaisseau de 1er classe Anne Chrétien Louis de Hell gouverneur de l'île Bourbon. Il y débarque sur l’Adonis, le 5 mai 1838.

 

 

Anne Chrétien Louis de Hell

Château Oberkirch

 

 
 

Le nouveau gouverneur est très vite confronté à la délicate question de l'abolition de l'esclavage sur l'île Bourbon. Il y a des équilibres à trouver pour ne pas compromettre la paix sociale. La fermeté est de mise pour les agitateurs.

Le 28 juin 1838, s'ouvre la deuxième session du Conseil colonial de Bourbon, dont la tâche est de légiférer en matière de contributions.

Le gouverneur de Hell se préoccupe de la situation sociale et économique des affranchis. Le 1 er septembre 1838 est créée à l'atelier colonial de Saint-Denis une caisse d'épargne de de Prévoyance, 502 engagés vont s'y inscrire.

Le 6 février 1839, le Conseil fait connaître au gouverneur sa réponse au rapport de M. de Remusat à la Chambre des députés ainsi qu’à la dépêche ministérielle du 21 août 1838. C’est un plaidoyer pour le maintien du système esclavagiste. Examinant un par un les articles du projet d’ordonnance visant à améliorer le situation des esclaves, la réponse du Conseil est invariablement la même : tout va pour le mieux, il n’y a plus rien à améliorer. Réponse du Conseil Colonial.

Le 11 juin 1839, une ordonnance royale propose de nouvelles conditions d'affranchissements notamment pour le mariage et pour l'adoption, cette ordonnance va faciliter et amplifier l'affranchissement progressif des esclaves.

Les nouvelles conditions d'affranchissements : 

- " l'esclave avec qui son maître ou sa maîtresse contractent mariage "
- " l'esclave qui, du consentement de son maître contracte mariage avec une personne libre "
- " l'esclave adopté par une personne libre avec le consentement de son maître "
- " les enfants naturels, esclaves de leur père ou de leurs mères libres reconnus par eux "
- " l'esclave qui aura été fait légataire universel par son maître "
- " le père, la mère, le frère ou la sœur esclaves leurs enfants sœurs frères libres "
- " l'esclave qui aura rendu de grands services publics ".

Octobre 1839, le gouverneur de Hell décide d'aider le gouvernement de Bourbon à effectuer le bon choix en le faisant profiter des enseignements de l'exemple mauricien, en effet l'île Maurice a émancipé ses 66 613 esclaves le 1 er février 1835 et a libéré tous les affranchis en 1839. De Hell confie à M. Dejean de La Batie, conseiller colonial, le soin de réaliser une mission à Maurice en vue de rédiger un rapport au Ministre de la Marine et des Colonies exposant les causes du succès ou de l'insuccès de cette grande transformation sociale après avoir observé ses résultats dans quatre domaines précis : la moralisation des anciens esclaves, le degré de bien être qu'elle leur a procuré, l'ordre public, le travail et la production. Dans son rapport M. Dejen de la Batie reste farouchement anti-abolitionnisme et maintient son attachement à l'ordre établi et à l'esclavage.

 

Le gouvernement de Louis-Philippe demande à Anne Chrétien Louis de Hell de saisir le Conseil colonial de trois projets d’émancipation. Première mesure symbolique en 1840 : une ordonnance royale.

L'ordonnance du Roi du 5 janvier 1840 prévoit pour les esclaves :

" Le catéchisme hebdomadaire et une visite mensuelle du curé de la paroisse sur les habitations. L'instruction primaire des esclaves des deux sexes à partir de quatre ans, dans toutes les écoles gratuites qui seront établies dans les villes, bourgs et communes. Les visites mensuelles d'inspections des Procureurs du Roi sur les habitants. Elles portent sur :
- la nourriture et l'entretien,
- le régime disciplinaire,
- les heures de travail et de repos,
- les exemptions motivées par l'âge et la maladie,
- l'instruction religieuse et le mariage."

De leur côté, les conseillers tenteront une bataille d’arrière-garde, arguant du fait qu’ils n’avaient pas reçu de leurs électeurs un mandat explicite pour discuter d’une question aussi grave, émancipation, pour la colonie. Ils démissionneront donc en bloc.

 

2 septembre 1840, de Hell ouvre les terres du cirque de Cilaos à la colonisation. Il accorde des concessions gratuites dans " le dommaine Plaine des Etang, bornées par le bras de Benjoin, le bras des Etangs, le bras Rouge et la Roche Pendue, hors les eaux minérales et thermales, les rivières et cours d'eau et la ligne de crête sur les remparts. "

 

Le 1 er février 1841, le Conseil colonial est dissous par arrêté du gouverneur. Les nouvelles élections sont fixées au 10 mai 1841.

Lors de son arrivé à Bourbon de Hell avait en outre pour instruction de chercher un point d'appui dans le nord de Madagascar. Il charge son aide de camp le Capitaine Passot de cette mission qui arrive à bord du Colibri à Nosy-Be le 29 Septembre 1839. Il y rencontre la reine Tsiomeko réfugiée, prête à céder l'Île contre la protection de la France face à l'attaque des soldats de Ranavalona I (reine de Tananarive). De retour à l'Île de Bourbon de Hell l'autorise à signer l'acte de cession au nom du roi des Français. Ce qui fut fait le 14 juillet 1840 et la prise de possession effectuée le 03 février 1841.

La reine Tsiomeko, céde au Roi de France " tous ses droits de souveraineté sur le pays situés à la côte ouest de Madagascar et sur les îles Nosy-Bé et Nos-Cumba. " Ces îles forment une dépendance de l'île Bourbon, par arrêté n° 423 du 13 février 1841. C'est pourquoi le nom de la ville de Nosy-Be s'appelle Hell-Ville (Ville de l'Amiral de Hell).

 

Anne Chrétien Louis de Hell est nommé contre amiral le 22 novembre 1839, revenu en France en mai 1842 sur l'Égérie son successeur à l'île Bourbon est Charles Léon Joseph Bazoche.

Après sa mission à l'île Bourbon, le contre-amiral de Hell exerce de septembre 1843 à octobre 1845 la fonction de préfet maritime de Cherbourg.

En octobre 1845, il est membre de la Commission mixte des travaux publics et l’année suivante, directeur du Dépôt des cartes et plans.

Il quitte le service actif en février 1853 et se retirer en Alsace, dans le château de sa femme le Château d’Oberkirch.

Anne Chrétien Louis de Hell, se lance dans la politique et devient député et conseiller général. Il développera notamment la construction des lignes de chemin de fer en Alsace. Fait Grand Officier de la Légion d'honneur en 1846, il meurt le 4 octobre 1864 au château d'Oberkirch à Obernai.

Anne Chrétien Louis de Hell a laissé son nom à deux localités dans le sud-ouest de l'océan Indien :

- Hell-Bourg, village de la commune de Salazie, à la Réunion.

- Hell-Ville, ville de l'île de Nosy Be, à Madagascar.

 

 

 
 
   
  Voir les infos rajoutées sur cette page      Compléter les informations de cette page
   
  La dernière information ou le dernier commentaire de cette page : 
   
  Impossible d'effectuer la requête pour trouver les commentaires pour le site

Voici le message d'erreur renvoyé par la base de données :
1146 : Table 'miaimeaou1.commentaires_pages' doesn't exist