Batocera rufomaculata (De Geer, 1775). Ton jacques. Insecte de La Réunion. Famille Cerambycidae.

Batocera rufomaculata (De Geer, 1775).

Ton jacques. Taon de jacque.

Insecte de La Réunion.

Batocera rufomaculata.


Batocera rufomaculata. Ton jacques.


Batocera rufomaculata. Insecte de La Réunion.


Larves Batocera rufomaculata. Zandette.
Photos : © Michel Gilson.


Larves Batocera rufomaculata. Zandette.
Photo : © Le Webmaster.

Batocera rufomaculata (De Geer, 1775).

Ton jacques. Taon de jacque.

- Nom à La Réunion : Ton jacques. Taon de jacque.
- Autres noms : Ton d'jak. Koudik. Foreur de tige.
- Noms anglais : Red-spotted. Longhorn Beetle.
- Nom scientifique : Batocera rufomaculata (De Geer, 1775).
- Classe : Insecta.
- Ordre : Coleoptera.
- Famille : Cerambycidae.
- Sous-famille : Lamiinae.
- Tribu : Batocerini.
- Genre : Batocera Dejean, 1835.
- Espèce : Rufomaculata.
- Auteur : Dejean, 1835.
- Origine : Asie.



Batocera rufomaculata (De Geer, 1775). Ce magnifique insecte de l'ordre des coléoptères appartient à la famille des Cerambycidae, vulgairement appelés capricornes ou longicornes. Ils doivent leur nom à leurs longues antennes, dont la taille dépasse celle de leur corps, particulièrement chez les mâles.

L'espèce rufomaculata est du genre Batocera Dejean, 1835. Dejean est l’abréviation officielle de Pierre François Marie Auguste Dejean, né le 10 août 1780 à Amiens - mort le 17 mars 1845 à Paris, militaire français, général dans les armées du Premier Empire, qui devint entomologiste après la fin de sa carrière militaire. Grand spécialiste des coléoptères et plus particulièrement des Carabidae, il assemble la plus grande collection privée jamais réalisée. Il reçoit des spécimens de tous les coins de la planète et son catalogue final dénombre 22 000 espèces identifiées.



Le genre Batocera.

Les batocères se rencontrent essentiellement dans les forêts tropicales d'Asie, d'Indonésie et d'Australie, ainsi que dans certaines régions d'Afrique tropicale. Ce genre est caractérisé par trois paires de pattes locomotrices composées d'une hanche (coxa), d'un trochanter, d'un fémur et d'un tibia avec un tarse en trois parties terminé par un ongle bifide. Les batocères possèdent de longues antennes, en forme de cornets emboités, orientées vers l'avant lorsqu'ils sont en vol. Les élytres recouvrent l'abdomen et sont écartés à l'horizontale lorsque l'insecte est en vol. Ils sont souvent tachetés, comme le thorax. Les ailes postérieures sont membraneuses.



Batocera rufomaculata à La Réunion.

Originaire d'Asie, et introduit à La Réunion, Batocera rufomaculata est le plus gros longicorne de l'île, il dépasse les 5 cm de longueur.

Batocera rufomaculata est nommé couramment à La Réunion : Ton jacques ou Taon de jacque. On l'appelle ainsi car les larves de ce capricorne affectionnent le tronc des jacquiers où elles creusent des galeries.



Batocera rufomaculata un prédateur.

Prédateur des arbres fruitiers : Manguier, avocatier, badamier, jacquier, arbre à pain, anacardier noix de cajou, le Ton jacques se fait de plus en plus rare à cause de la lutte chimique dont il est la victime.

Les insectes adultes s'attaquent aux feuilles, de préférence au niveau des nervures principales, aux boutons floraux et la jeune écorce.

La ponte s'effectue aux noeuds et sur les rameaux, dans les fissures ou les blessures au niveau de l’écorce ou dans des trous creusés au préalable.

Par la suite la larve se nourrit des parties ligneuses de l'arbre, le tronc et les grosses branches, elle creuse des galeries sous l'écorce, ce qui provoque un affaiblissement général de l'arbre, et le dessèchement des parties ligneuses, plus des attaques secondaires de champignons par les trous et galeries. L'arbre ainsi attaqué ne produit pratiquement plus de fruits, et parfois meurt.

Le ton Jacques à un vol très bruyant et il est facilement attiré par la lumière artificielle. Lorsqu'il est importuné, il émet de puissantes stridulations.



Les Zendettes.

Les larves du ton jacques sont encore parfois consommées à La Réunion, elles sont désignées sous le terme de Zendettes.

A La Réunion la consommation du zendette dans la cuisine réunionnaise est une tradition ancienne. Ce fut un moyen de subsistance pour les esclaves Marrons se réfugiant dans les Hauts de l'île.

Zendette peut s'orthographier de plusieurs manières : z'andet, zandet, zandette, zendet, z'endet. Les larves sont consommées crues ou en fritures.




Espèces de l'Ordre des Coleoptera présentes à La Réunion.

Classement par Famille et Nom scientifique.

                                                              




Dernière mise à jour : Jeudi 14 Décembre 2017   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2017

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Liens commerciaux.




Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+