Centella asiatica (L.) Urb, Violette marron, Cochlearia, espèce indigène La Réunion, Famille : Apiaceae - Apiacées.

Centella asiatica (L.) Urb

Violette marron, Cochlearia

Espèce indigène La Réunion.

- Nom : Violette marron. Cochlearia.
- Nom scientifique : Centella asiatica (L.) Urb.
- Synonymes :
- Centella biflora (P.Vell.) Nannf.
- Centella coriacea Nannf.
- Centella dusenii Nannf.
- Centella erecta (L.f.) Fernald.
- Hydrocotyle asiatica L.
- Hydrocotyle erecta L.f.
- Hydrocotyle ficarioides Lam.
- Hydrocotyle nummularioides A. Rich.
- Hydrocotyle sylvicola Cordem.
- Ordre : Apiales.
- Famille : Apiaceae - Apiacées :: 2 espèces sur le site.
- Sous-famille : Mackinlayoideae
- Genre : Centella L. 1 espèce(s) dans le genre Centella
- Espèce : Centella asiatica.
- Origine : Régions pantropicales et subtropicales.



Centella asiatica (L.) Urb.


Centella asiatica. Violette marron. Cochlearia.


Feuille Centella asiatica.


Centella asiatica (L.) Urb.


Centella asiatica (L.) Urb, appartient à la famille des Apiaceae à la sous-famille des Mackinlayoideae et au genre Centella L., qui comprend selon The Plant List 53 espèces.


Origine, répartition Centella asiatica :

Centella asiatica (L.) Urb, à une large distribution, l'espèce est présente dans les régions pantropicales et les régions subtropicales.


Centella asiatica à La Réunion :

Centella asiatica (L.) Urb, est une espèce indigène à La Réunion, cette plante vivace assez commune porte plusieurs noms vernaculaires : Violette marron. Cochlearia. Cochlearia du pays. Coclaria du pays.

La violette marron ou cochlearia pousse principalement dans les régions Sud et Est de l'île, du niveau de la mer, jusqu'à 2000 m d'altitude. Elle peut être parfois une adventice, mais peu abondante dans les parcelles de canne à sucre et en maraîchage.


Description Centella asiatica :

Centella asiatica est une plante herbacée vivace, rampante, s'enracinant aux noeuds, elle s'ancre dans le sol par un pivot parfois important.

Elle développe de nombreuses tiges, de couleur pourpre, glabre, horizontales et rampantes qui sont fines, cylindrique, cannelées, à longs entre-noeuds aux racines adventives. Les tiges sont stolonifères, elles s'enracinent de place en place pour produire de nouveaux pieds par marcottage naturel. Centella asiatica se multiplie abondamment par ses stolons.

Les feuilles disposées en petites touffes sont portées par des longs pétioles généralement environ de 20 cm, mais pouvant atteindre parfois 50 cm. Les pétioles sont en forme de gouttières et ils ont une base engainante, ils sont glabres ou pubescents ou laineux.

La feuille est verte à texture douce, son limbe entier est de forme réniforme à orbiculaire, à base cordée et sommet arrondi. Il est velu ou pubescent ou laineux à la face inférieure, glabre sur la supérieure, marqué par une nervation palmée. La marge est crénelée à dentée.

Inflorescence en ombelle, à l'aisselle des feuilles comprenant 1 à 5 fleurs.

Les petites fleurs moins de 3 mm sont hermaphrodites de couleur rose et verte. Chaque fleur est partiellement contenue dans une bractée.

La fleur est formée d'un calice à 5 petites dents, d'une corolle 5 pétales ovales à triangulaires, de 5 étamines et de 2 styles.

Le fruit est un akène de forme circulaire à ellipsoïde, brun jaunâtre et légèrement lobé.


Utilisation de médicinale Centella asiatica :

Centella asiatica est nommé à Madagascar : Talapetraka, elle a fait l'objet de très nombreuses études notamment à Madagascar dans le cadre de la lutte contre la lèpre par le Dr Ch. Grimes de la léproserie de Manankavely, sur la route de Tamatave et par Pierre Boiteau. Les études cliniques débutent en 1937. C'est le début d'une recherche qui s'achèvera en 1942 par l'identification de l'asiaticoside par Bontems et la mise au point d'un médicament cicatrisant, le Madécassol avec Albert Rakoto Ratsimamanga. Les retombées financières permettront la création de l'IMRA (Institut malgache de recherches appliquées).


Centella asiatica espèce distillée à la Réunion :

Centella asiatica (L.) Urb., est distilléé à La Réunion pour la fabrication d'une huile végétale aux nombreuses vertues.

L'huile végétale de Centella asiatica a une action cicatrisante puissante ainsi que vasodilatatrice qui permet la régénération des tissus. Elle améliore la guérison des plaies en augmentant la production de collagène. C'est un réparateur cutané. Elle augmente l'activité anti-oxydante grâce notamment à un composant actif l'asiaticoside. C'est un actif anti-âge. De nombreuses études ont aussi démontré son action sur l'insuffisance veineuse et les varices. Elle aurait aussi des effets anti-psoriasis et une action sur les vergetures chez les femmes enceintes. On peut donc l'utiliser pour les peaux abimées pour les petites coupures car elle permet une meilleure cicatrisation, les brûlures, les plaies les vergetures, les eczémas, psoriasis, la prévention des rides. C'est un tonique de la micro-circulation cutanée : couperose, teint terne.

Centella asiatica (L.) Urb.

Centella asiatica. Violette marron. Cochlearia.

Feuille Centella asiatica.

Centella asiatica (L.) Urb.


2 espèce(s) dans la famille des Apiaceae - Apiacées

1 espèce(s) dans le genre Centella

Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Mardi 22 Octobre 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Mi-aime-a-ou.com ne peut prendre aucune responsabilité concernant les effets nocifs de l'utilisation des plantes. Sollicitez toujours l'avis d'un professionnel avant d'utiliser une plante médicinale.





Les dernières pages ajoutées :


Impatiens niamniamensis Gilg
Impatiens niamniamensis Gilg

Ruellia devosiana Jacob-Makoy ex E.Morren
Ruellia devosiana Jacob-Makoy ex E.Morren

Melicope borbonica (Bory) T.G.Hartley
Melicope borbonica (Bory) T.G.Hartley

Flueggea virosa (Roxb. ex Willd.) Royle
Flueggea virosa (Roxb. ex Willd.) Royle

Ficus pumila L
Ficus pumila L

Hypoestes phyllostachya Baker
Hypoestes phyllostachya Baker