Cuscuta campestris Yunck, Cuscute champêtre, espèce adventice et envahissante à La Réunion, Famille : Convolvulaceae - Convolvulacées.

Cuscuta campestris Yunck

Cuscute champêtre

Espèce adventice et envahissante à La Réunion.

- Nom : Cuscute champêtre.
- Nom à La Réunion : Cuscute.
- Autres noms à La Réunion : Liane cuscute, Liane jaune.
- Nom scientifique : Cuscuta campestris Yunck.
- Synonyme : Cuscuta arvensis Beyr. ex Engelm.
- Ordre : Solanales.
- Famille : Convolvulaceae - Convolvulacées :: 20 espèces sur le site.
- Sous-famille : Convolvuloideae.
- Tribu : Cuscuteae.
- Sous-tribu : Cuscutina.
- Genre : Cuscuta L. 1 espèce(s) dans le genre Cuscuta
- Espèce : Cuscuta campestris.
- Origine : Amérique du Nord.



Cuscuta campestris Yunck


Cuscuta campestris Yunck


Cuscuta campestris Yunck


Cuscuta campestris Yunck, appartient à la famille des Convolvulaceae, à la sous-famille des Convolvuloideae et au genre Cuscuta L, qui comprend environ 170 espèces répandues partout dans le monde.


Origine, distribution Cuscuta campestris Yunck :

Cuscuta campestris Yunck et une espèce décrite d'Amérique du Nord, aujourd'hui sa distribution est cosmopolite.


Cuscuta campestris à La Réunion :

Cuscuta campestris est une espèce sténonaturalisée à La Réunion, présente sur le littoral de Saint-Pierre, Saint-André, Sainte-Clotilde... Cette espèce peut être confondue avec Cassytha filiformis L, de la famille des Lauraceae. Les inflorescences de Cuscuta campestris sont pauci- à pluriflores en glomérules denses, les inflorescences de Cassytha filiformi sont en forme d’épi, axillaires, à axe sinueux, long de 1-5 cm, assez épais.


Nuisibilité Cuscuta campestris à La Réunion :

Cuscuta campestris est une plante herbacée parasite, lianescente sans feuille, munie de suçoirs, n'ayant de racines que dans le premier âge avant la rencontre de l'hôte. Ces plantes hôtes à La Réunion sont :
- Ipomoea pes-caprae (L.) R. Br. Patate à Durand.
- Sida alnifolia L.
- Teramnus labialis (L. f.) Spreng. Pistache marronne.
- Thunbergia laevis Nees. Liane toupie.
Cuscuta campestris est inscrit dans la liste des espèces envahissantes de La Réunion, niveau 3 sur 5 : taxon exotique (ou cryptogène) envahissant se propageant uniquement dans les milieux régulièrement perturbés par les activités humaines (bords de route, cultures, pâturages...) avec une densité plus ou moins forte.

Cuscuta campestris est une adventice de nombreuses cultures à La Réunion : aubergine, carotte, thym, tomate… Ses suçoirs pompent directement la sève élaborée de la plante hôte. La ponction de sève et l’entrelacs très important de filaments autour des tiges et des feuilles finissent par épuiser la plante hôte, jusqu’à la faire mourir.


Description Cuscuta campestris :

Cuscuta campestris développe des tiges filiformes, jaunâtres, de 0.2 à 0.5 mm de diamètre. Les tiges s'entortillent en se nourrissant de la plante hôte par ses suçoirs.

Les feuilles sont réduites à de petites écailles, visibles seulement à l’extrémité des tiges.

Les inflorescences sont pauci- à pluriflores en glomérules denses. Les fleurs blanches ou blanc verdâtre sont composées de 5 sépales, nettement soudés à la base, ovales, inégaux, arrondis au sommet, longs de 1 à 1.7 mm. La corolle est campanulée, longue de plus ou moins 2 mm, à 5 lobes triangulaires, aigus au sommet, de même longueur ou un peu plus courts que le tube. Les 5 étamines sont plus ou moins aussi longues que les lobes, filets libres sur environ 0.5 mm, anthères largement elliptiques, longues de plus ou moins 0.4 mm. Ovaire globuleux, styles filiformes, stigmates capités.

Le fruit est une capsule sphérique de 3 mm de diamètre, jaune pâle ou brun pâle, s'ouvrant par une fente entre les styles. Les graines lisses sont ovoïdes, longues de 1 à 1.5 mm.


Multiplication, dispersion Cuscuta campestris :

Cuscuta campestris se multiplie principalement par graines, mais des fragments de tige pourvus de suçoirs peuvent être disséminés par les outils. Les graines peuvent rester viables dans le sol pendant 10 ans. Elles peuvent germer jusqu’à une profondeur de 15 mm. La plantule doit se fixer à une plante hôte dans les 5 jours qui suivent sa germination. L’extrémité de la jeune tige s’allonge de quelques centimètres et, par des mouvements circulaires, cherche à atteindre une tige de plante hôte.

Cuscuta campestris Yunck.

Cuscuta campestris Yunck.

Cuscuta campestris Yunck.


20 espèce(s) dans la famille des Convolvulaceae - Convolvulacées

1 espèce(s) dans le genre Cuscuta

Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Dimanche 16 Décembre 2018   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2018

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Mi-aime-a-ou.com ne peut prendre aucune responsabilité concernant les effets nocifs de l'utilisation des plantes. Sollicitez toujours l'avis d'un professionnel avant d'utiliser une plante médicinale.