David Charpentier de Cossigny gouverneur de Bourbon. Personnage célèbre de l'île de La Réunion

La Réunion
Cherchez une page sur le site
www.mi-aime-a-ou.com

 
Promo Séjour La Réunion   Navigation :: Accueil :: Histoire de La Réunion ::  Personnages célèbres de La Réunion :: 
    Recherche par :: Liste alphabétique :: Liste année de naissance
    Rubrique   :: Artiste :: Divers :: Écrivain :: Gouverneur :: Militaire ::  Politique :: Préfet :: Religion :: Scientifique
       

Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+
 
 
 ITC Tropicar
 Location de voitures
 à La Réunion
 5 % de remise en ligne
  itctropicar.com
 
 Aide pour vos vacances
 Help-vacances
 Hôtels, gîtes, locations
 saisonnières, campings
 help-vacances.com
 
 

 

 

David Charpentier de Cossigny.

Gouverneur de La Réunion du 9 mars 1788 au 15 août 1790.

 

Gouverneur précédent :: Claude Élie Dioré de Périgny :: Gouverneur suivant :: Dominique Prosper de Chermont

 
   
  Bourbon (La Réunion ) est subordonnée à l'île de France ( Maurice ).  
     
 

David Charpentier de Cossigny est né à Gaillac, dans le Tarn, le 9 février 1740.

Il épouse rapidement une carrière militaire. En 1757, il entre au régiment de La Tour-du-Pin. En 1772, il est fait capitaine.

Le 1 er décembre 1777, David Charpentier de Cossigny est lieutenant-colonel du régiment colonial de l'Isle de France. Pendant la guerre d'Indépendance de l'Amérique, il se distingue en Inde.

En 1781, il est nommé pour être de l'expédition de l'Inde, aux ordres du Général Duchemin, commandant un détachement de 848 hommes du régiment de l'Isle de France, embarqué ainsi qu'il s'est embarqué lui-même sur l'escadre dont Le Bailli de Suffren a pris le commandement après la mort du chef d'escadre d'Orves.

Le 17 février 1782, David Charpentier de Cossigny se trouve sur le vaisseau le Sphinx, au combat naval qui eut lieu devant Sadras. Ses faits d'armes lui valent le grade de colonel, en 1784, avant d'être nommé, la même année gouverneur de Pondichéry.

Le 9 mars 1788, David Charpentier de Cossigny est gouverneur de Bourbon.

A son arrivé il découvre une situation qu'il juge mauvaise et déplore le désordre qui prévaut. Il convient donc pour le gouverneur de remettre de l'ordre dans la colonie et le nouveau gouverneur s'attelle à la tache. Il entreprend deux grandes tournées d'inspection dans l'île.

Une nouvelle organisation des quartiers est arrêtée. Repos-de-Laleu est séparé de Saint-Paul, et Sainte-Rose de Saint-Benoît.

Les commandants de quartier sont invités à exercer toute leur autorité. Les troupes coloniales qui depuis quatre ou cinq ans n'avaient pas été passées en revue, sont remises en ordre.

Le 4 décembre 1789, la révolution à Bourbon.

C'est officiellement le 4 décembre 1789 que la Révolution démarre à Bourbon, avec la circulaire de Cossigny aux commandants de quartiers. Elle les invite à convoquer les habitants en assemblées paroissiales, afin de se prononcer sur l'établissement d'une assemblée coloniale et la désignation d'un député pour veiller à Paris aux intérêts de la Colonie. Une assemblée coloniale dont le champ d'intervention et les prérogatives sont limitées et très encadrées par les instructions des administrateurs de la colonie, conformément aux ordres reçus des autorités royales. Toutes les paroisses de l'île se plient donc aux instructions imposées, à l'exception de celle de Saint-Denis.

La paroisse de Saint-Denis décide, en pleine illégalité la création, le 27 décembre 1789, d'un comité permanent chargé d'obtenir des administrateurs, la réunion rapide d'une Assemblée générale. Ce comité est composé de quatre personnes choisies par l'assemblée paroissiale de Saint-Denis : Louis Marie Bertrand, Lefaguyer, Delestrac et Pierre-jean Greslan.

 

 

Combat naval devant Sadras

Thomas Conway gouverneur général

 

 
 

Dans les premiers jours de janvier 1790, rumeurs et fièvres s'emparent de Bourbon, dans une lettre du 22 février 1790, le comité de Saint-Denis fait savoir qu'il maintien ses revendications. Dans un premier temps le Gouverneur général ( île de France et Bourbon ) Thomas Conway rejette les demandes du comité dionysien pour finalement dans un second temps, lui donner totale satisfaction.

La première Assemblée générale ouvres ses travaux le 25 mai 1790, 134 députés titulaires et 55 suppléants se réunissent à Saint-Denis. Le 27 mai 1790, à l'unanimité l'assemblée se déclare, " permanente, inviolable et ne pouvant être dissoute que par un décret de l'assemblée nationale, sanctionnée par le Roi ".

Le 5 octobre 1790, l'Assemblée générale clôt ses travaux pour laisser place à une assemblée coloniale élue en vertu du décret et des instructions de l'Assemblée nationale des 8 et 28 mars précédents.

Animée d'une volonté de réforme, l'Assemblée s'empare du pouvoir législatif et impose ses projets aux administrateurs de la Colonie. D'importantes mesures sont adoptées, sur les questions de police et de sûreté, sur l'élaboration d'une Garde nationale, sur la circulation du papier-monnaie, et surtout sur l'organisation des municipalités.

Six paroisses vont désigner leur curé pour les représenter à l'Assemblée générale : Saint-André, Père Rollin ; Saint-Denis, Père Durocher ; Saint-Louis, Père Lafosse ; Sainte-Marie, Père Davelu ; Saint-Pierre, Père de Cambray.

Le 19 août 1790, David Charpentier de Cossigny succède à Port-Louis, à Conway, c'est Dominique Prosper de Chermont qui le remplace à Bourbon.

David Charpentier de Cossigny décède à l'Isle de France le 21 septembre 1801.

 

 

 
 
   
  Voir les infos rajoutées sur cette page      Compléter les informations de cette page
   
  La dernière information ou le dernier commentaire de cette page : 
   
  Impossible d'effectuer la requête pour trouver les commentaires pour le site

Voici le message d'erreur renvoyé par la base de données :
1146 : Table 'miaimeaou1.commentaires_pages' doesn't exist