Furcifer pardalis. Caméléon panthère. Endormi. Reptile de La Réunion.

Furcifer pardalis (Cuvier, 1829).

Caméléon panthère. Endormi.

Reptile de La Réunion.

Furcifer pardalis. Caméléon.


Caméléon. Furcifer pardalis.


Caméléon l'endormi reptile île de La Réunion.


Caméléon, endormi de La Réunion.


Endormi ou caméléon.


Caméléon.


Caméléon.


Furcifer pardalis (Cuvier, 1829).

Furcifer pardalis (Cuvier, 1829).

Caméléon panthère. Endormi.

- Nom commun : Caméléon panthère.
- Nom à La Réunion : Endormi.
- Nom scientifique : Furcifer pardalis (Cuvier, 1829).
- Synonymes :
- Chamaeleo pardalis Cuvier, 1829.
- Chamaeleo ater Lesson, 1832.
- Chamaeleo guentheri Boulenger, 1888.
- Chamaeleon longicauda Günther, 1891.
- Chamaeleon axillaris Werner, 1899.
- Chamaeleon krempfi Chabanaud, 1923.
- Classe : Reptilia.
- Sous-classe : Lepidosauria
- Ordre : Squamata.
- Sous-ordre : Sauria.
- Infra-ordre : Iguania.
- Famille : Chamaeleonidae.
- Sous-Famille : Draconinae.
- Genre : Furcifer Fitzinger, 1843.
- Espèce : pardalis.
- Origine : Madagascar.



Furcifer pardalis, appartient à la famille des Chamaeleonidae qui comprend environ 200 espèces de caméléons. Cette famille a été créée par en 1815 par le naturaliste américain, né le 22 octobre 1783 à Galata, une banlieue de Constantinople et mort le 18 septembre 1840 à Philadelphie. Les espèces du genre Furcifer Fitzinger, se rencontre à Madagascar aux Comores à La Réunion.



Origine de Furcifer pardalis.

Furcifer pardalis, le Caméléon panthère est endémique de Madagascar, il a été introduit à La Réunion, son introduction à l'île Maurice est discutée.



Furcifer pardalis à La Réunion.

Le caméléon panthère, Furcifer pardalis, a été introduit au 17ème siècle à La Réunion, il s'est très bien acclimaté dans l'île. Venus de Madagascar à bord des voiliers, les premiers caméléons de La Réunion ont été lachés à Saint-Paul qui était à l'époque le point de débarquement de l'île. Il n'a pas pu coloniser le reste de l'île car Saint-Paul est entouré d'une zone sèche qu'il ne pouvait franchir. Par la suite des couples ont été capturés et relâchés dans diverses régions de l'île où ils ont prospéré.



Protection de Furcifer pardalis.

Furcifer pardalis nommé à La Réunion "L'endormi" bien que d'origine exotique est protégé à La Réunion. Furcifer pardalis est protégé par l'Arrêté du 17 février 1989. Cet arrêté interdit la destruction ou l'enlèvement des oeufs, la destruction, la capture ou l'enlèvement ainsi que la naturalisation des spécimens, qu'ils soient vivants ou morts, leur transport, leur colportage, leur utilisation et leur commerce.



Description Furcifer pardalis. Caméléon panthère.

Caméléon panthère se singularise par un corps compressé latéralement et orné sur le dos et la tête de petites crêtes. Il doit sa couleur verte à la diffusion de la lumière à travers des cellules épidermiques superficielles. Il mesure entre de 25 à 40 cm, le mâle est de couleur vert, la femelle ocre, orange.

Ce caméleon se nourrit de divers insectes qui passent à sa portée, parfois de reptiles ou de petits oiseaux. Ses mœurs sont diurnes et exclusivement arboricoles.

Dans la longue histoire de l'évolution, le caméléon a fait son apparition sur la scène du monde relativement tôt, puisque l'existence de représentants de ce type est attestée dès le crétacé.

Les particularités qui le caractérisent, en dehors même de la faculté bien connue de changer de couleur, rendent l'étude des caméléons particulièrement captivante. Les yeux constituent une première singularité anatomique. Très saillants, ils peuvent, sous l'action de muscles extrinsèques, se mouvoir en tous sens, s'orientant dans n'importe quelle direction autour de leur point de fixation, et ce tout à fait indépendamment l'un de l'autre. Les paupières, transparentes, sont soudées l'une à l'autre, et seule subsiste entre elles une petite fente verticale. La rétine a une épaisseur exceptionnelle. Les cellules visuelles sont petites et très nombreuses.

La langue est merveilleusement adaptée à la capture des insectes, proies préférées de ces animaux : très longue et charnue, elle a la forme d'un cylindre terminé en massue à son extrémité libre ; dotée de muscles puissants, elle peut se projeter soudainement sur l'insecte visé, qu'elle ramène, impuissant, prisonnier de la salive visqueuse dont elle est enduite. Alors, tout aussi soudainement, elle se rétracte dans une gaine qui occupe le plancher buccal et se prolonge dans la cavité viscérale, toute l'opération n'ayant demandé qu'une fraction de seconde.

Les pattes, parfaitement conçues en fonction de la vie sur les arbres, témoignent également d'une remarquable adaptation au milieu : mains et pieds sont transformés en des pinces aptes à saisir les branches. L'axe de chaque pince est transversal par rapport au grand axe du membre. À la main, les deux derniers doigts, groupés, forment le mors externe de la pince, les trois autres constituant le mors interne, alors qu'au pied ce sont les deux premiers orteils qui forment le mors interne, le mors externe étant composé des trois autres.

Sa queue est préhensible, elle lui sert à s'accrocher solidement aux branches.



Mimétisme de la couleur.

La faculté quasi légendaire que possède le caméléon de changer de couleur n'est pas aussi illimitée qu'on le croit. Chaque espèce ne dispose en effet que d'une gamme incomplète de couleurs, où, par exemple, le vert ou le rouge fait défaut. Par ailleurs, le changement de couleur, qui se fait sous contrôle nerveux, est fonction, éventuellement, du décor, mais aussi de la luminosité (la couleur devient ainsi plus claire pendant la nuit), de la température ou de l'état psychique du caméléon.

La peau des caméléons contient quatre pigments (une mélanine noire, des lipochromes jaunes, une guanine blanche, un pigment rouge) dont chacun est inclus dans un type particulier de cellules pigmentaires (ou chromatophores). Selon que les pigments se concentrent dans une partie du chromatophore ou s'étalent dans toute la cellule, la coloration de fond s'éclaircit ou s'assombrit. Ainsi, ces animaux typiquement arboricoles bénéficient, grâce à ce don d'homochromie (ils ont la même couleur que leur environnement), d'un mimétisme qui leur permet de se confondre avec la végétation, atout précieux pour la chasse à l'affût qu'ils ont coutume de pratiquer.

À l'époque de la reproduction, une pigmentation particulièrement vive permet au mâle d'arborer une livrée éclatante. Cette transformation physique se double d'accès d'humeur belliqueuse qui engendrent de violents combats entre rivaux. La plupart des caméléons sont ovipares ; les œufs, à coquille parcheminée, sont enfouis dans le sol. Quelques espèces sont ovovivipares, les œufs demeurent dans les conduits génitaux de la femelle, jusqu'à l'éclosion.




Les reptiles de La Réunion.

Classement par Famille et Nom scientifique.

                        




Dernière mise à jour : Dimanche 24 Septembre 2017   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2017

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Liens commerciaux.




Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+