Papillons endémiques île de La Réunion. Papilio phorbanta, Antanartia borbonica, Salamis augustina, Euploea goudotii.

Papillons endémiques de La Réunion.

Les Lépidoptères endémique de La Réunion.

L'île de La Réunion n'est pas un paradis pour les collectionneurs, les gros papillons ne sont pas très nombreux. L'éloignement de l'île a certainement été un obstacle à la colonisation de l'île par les lépidoptères. Il existe tout de même quelques beaux papillons endémiques à La Réunion. 35% des papillons de La Réunion sont endémiques. En comparaison on en dénombre à peine 1% en France métropolitaine et 15% à Madagascar.



Papilio phorbanta Linné, 1771. Mâle.


Papilio phorbanta Linné, 1721.

Papilio phorbanta Linné, 1721. est un papillon remarquable par son grand dimorphisme sexuel : le mâle est noir avec des tâches bleues, la femelle, plus grande, est marron avec des tâches blanchâtres. C'est un des papillons les plus beau de la Réunion. Les chenilles vivent sur les citronniers et d'autres plantes de la famille des Rutacées.

Papilio phorbanta devient malheureusement de plus en plus rare. Il est protégé par un arrêté du 22 juillet 1993.

C’est le mâle qui est le plus souvent observable, car il fréquente les jardins créoles en un vol rapide et soutenu, à la recherche de nourriture et de partenaires sexuels.

La femelle est rarement visible, car très souvent cachée dans les fourrés. Elle n’en sort que pour se nourrir et pondre, surtout le matin. La chenille, d'un bleu noir à la sortie de l’œuf, devient verte avec de nombreuses petites taches d'un jaune vif fluorescent.

Plus d'informations : Papilio phorbanta Linné, 1721.








Antanartia borbonica borbonica (Hübner, 1821).


Antanartia borbonica borbonica (Hübner, 1821).

Antanartia borbonica borbonica (Hübner, 1821). ne se rencontre qu'à partir de 300 à 400 mètres d'altitude.

La chenille vit sur Boehmeria stipularis et B. platyphilla qu'on appelle, Bois de source. Cet arbuste est lui aussi endémique de l'île.

Ce papillon rare est protégée par un arrêté du 22 juillet 1993. Deux facteurs augmentent sa raréfaction : une virose qui tue chenilles et chrysalides et une parasitose par une mouche.

Plus d'informations : Antanartia borbonica borbonica (Hübner, 1821).








Salamis augustina augustina Boisduval, 1833.


Salamis augustina augustina Boisduval, 1833.

Salamis augustina augustina, papillon devenu très rare. La chenille se nourrit uniquement sur une urticacée Obeitia ficifolia, elle même en voie de disparition, appelé communément Bois d'ortie. Les plantes hôtes, surtout les jeunes pousses, dévorées avec prédilection par les gros escargots introduits Achatina sp., tendent à disparaître.

Ce papillon est donc localisé aux stations où existent encore des Obetia. Mâle et femelle présentent peu de dimorphisme sexuel. Leurs ailes antérieures, de couleur brun sombre éclairé de taches beiges, sont pointues et falquées.

Au repos, l'adulte ressemble à une feuille morte, ce qui lui permet de se confondre dans la végétation et d’échapper plus facilement à ses prédateurs. Le Conservatoire botanique de Mascarin, qui élève de nombreux plants d'Obetia ficifolia pour en assurer la sauvegarde, est devenu par voie de conséquence un sanctuaire où Salamis augustina vient se reproduire en grand nombre pendant l'hiver austral. Ce papillon rare est protégée par un arrêté du 22 juillet 1993.

Plus d'informations : Salamis augustina augustina Boisduval, 1833.






Euploea goudotii. Papillon endémique de La Réunion.


Euploea goudotii (Boisduval, 1833).

Euploea goudotti est une espèce endémique assez commune à La Réunion.

L'espèce est répartie sur toute l'île, en basse, moyenne et haute altitude.

En basse altitude, il n'est pas rare de trouver les oeufs et les chenilles sur l'Apocynacéen Nerium oleander, le Laurier rose.

Plus d'informations : Euploea goudotii (Boisduval, 1833).








Heteropsis narcissus borbonica (Oberthür, 1916).


Henotesia narcissus borbonica (Oberthür, 1916).

Henotesia narcissus borbonica est un papillon endémique de La Réunion, assez commun, il est présent depuis le bord de mer jusqu'à 1 500 mètres d'altitude, et se rencontre toute l'année le long des chemins, en bordure des forêts.

Ce papillon est petit, une envergure d'environ 15 à 17 mm, de couleur marron le dessus de l'aile antérieure est marqué par deux taches oranges, une ocelle orange est en forme de goutte d'eau avec un rond noir, et un point blanc en son centre. L'aile postérieure est ornée d'une tache orange avec deux points noirs.

Plus d'informations : Henotesia narcissus borbonica (Oberthür, 1916).










Neptis dumetorum (Boisduval, 1833).


Neptis dumetorum (Boisduval, 1833).

Originaire vraisemblablement de l'afrique, ce papillon s'est naturalisé, puis transformé pour être aujourd'hui endémique de La Réunion. Son nom local est le Sylvain de La Réunion ou Sylvain des Dumet.

Neptis dumetorum figure sur la liste rouge des papillons de la Réunion comme espèce en danger. On considère que l'espèce court un risque très élevé d'extinction à l'état sauvage. Le Sylvain de La Réunion ou Sylvain des Dumet se rencontre en moyenne altitude entre 350 et 850 mètres.

Plus d'informations : Neptis dumetorum (Boisduval, 1833).






Parachma lequettealis (Guillermet, 2011).


Parachma lequettealis (Guillermet, 2011).

Parachma lequettealis (Guillermet, 2011)., est un papillon de la famille des Pyralidae de la sous-famille des Chrysauginae et du genre Parachma. La sous-famille des Chrysauginae comprend environ 400 espèces décrites.

Parachma lequettealis (Guillermet, 2011). est un papillon endémique de La Réunion. Il a été décrit par Christian Guillermet en 2011. Ce petit papillon de nuit est assez commun à La Réunion.

Plus d'informations : Parachma lequettealis (Guillermet, 2011).






Pleuronodes apicalis Guillermet, 1992.


Pleuronodes apicalis Guillermet, 1992.

Pleuronodes apicalis Guillermet, 1992., est un papillon de la famille des Erebidae de la sous-famille des Calpinae synonyme Ophiderinae et du genre Pleuronodes décrit par Hampson en 1926.

Pleuronodes apicalis Guillermet, 1992., est un papillon endémique de La Réunion, l'espèce assez rare peut s'observer en basse altitude dans le nord-ouest de l'île et parfois dans le Sud.

Plus d'informations : Pleuronodes apicalis Guillermet, 1992.






Blenina richardi (Viette, 1958).


Blenina richardi Viette, 1958.

Blenina richardi Viette, 1958 appartient à la famille des Nolidae, auparavant inclus dans la famille des Noctuidae, et à la sous-famille des Bleninae constitué d'un seul genre, Blenina.

Blenina richardi Viette, 1958 est un papillon endémique de La Réunion. Blenina richardi est une espèce d'altitude rare. La biologie de l'espèce est inconnue. Papillon d'une envergue d'environ 35 mm.

Plus d'informations : Blenina richardi Viette, 1958.






Comostolopsis leuconeura (Prout, 1930).


Comostolopsis leuconeura (Prout, 1930).

Comostolopsis leuconeura (Prout, 1930)., est un papillon endémique de La Réunion, assez commun dans les forêts humides d'altitudes, présent aussi dans les zones plus sèches.

Comostolopsis leuconeura est un papillon de petite taille, l'envergure des adultes est d'environ 15 à 22 mm. Les mâles sont de couleur vert-jaune, avec les antennes bipectinées alors que les femelles sont vert d'eau avec les antennes filiformes. Chez les deux sexes il y a un point noir sur chaque aile.

Plus d'informations : Comostolopsis leuconeura (Prout, 1930).






Corgatha terracotta Joannis, 1910.
Photo©Thierry Röthlin.


Corgatha terracotta Joannis, 1910.

Corgatha terracotta Joannis, 1910., est un papillon endémique de La Réunion et de l'île Maurice.

Corgatha terracotta est assez fréquent à La Réunion présent de basse à moyenne altitude, pendant l'été austral on peut l'observer principalement sur la côte Ouest de l'île.

Corgatha terracotta est un petit papillon d'une envergure d'environ 20 mm, de couleur dominante brune avec des écailles noires. Les taches sombres de l'imago sont plus ou moins soutenues selon les individus.

Plus d'informations : Corgatha terracotta Joannis, 1910.






Herpetogramma pastrinalis (Guenée, 1862).


Herpetogramma pastrinalis (Guenée, 1862).

Herpetogramma pastrinalis (Guenée, 1862)., est un papillon de la famille des Crambidae, de la sous-famille des Spilomelinae et du genre Herpetogramma. Ce papillon souvent référencé sous les noms scientifiques de : Psara pastrinalis Guenée, 1862 ou de Pyrausta pastrinalis Guenée, 1862 est maintenant nommé Herpetogramma pastrinalis (Guenée, 1862) Mise à jour du 13-04-2015.

Herpetogramma pastrinalis est un papillon endémique de La Réunion, assez commun il est présent en basse et moyenne altitude, dans les habitats secondaires.

Plus d'informations : Herpetogramma pastrinalis (Guenée, 1862).






Hydrillodes aviculalis Guenée, 1862.


Hydrillodes aviculalis Guenée, 1862.

Hydrillodes aviculalis Guenée, 1862., est un papillon de la famille des Erebidae, de la sous-famille des Herminiinae et du genre Hydrillodes qui comprend une soixantaine d'espèces et décrit en 1854 par Guenée.

Hydrillodes aviculalis est une espèce endémique de La Réunion, assez commune elle est présente au-dessus de 500 m d'altitude dans la forêt primaire.

Plus d'informations : Hydrillodes aviculalis Guenée, 1862.









Mentaxya palmistarum (Joannis, 1932).


Mentaxya palmistarum (Joannis, 1932).

Mentaxya palmistarum (Joannis, 1932) appartient à la famille des Noctuidae, à la sous-famille des Noctuinae et au genre Mentaxya décrit par Geyer en 1837.

Mentaxya palmistarum est un papillon endémique de La Réunion. Il se rencontre qu'en altitude au dessus de 1 500 m pendant la saison estivale.

Mentaxya palmistarum est un papillon d'une envergure d'environ 40 mm, facilement identifiable des autres espèces par la couleur verte plus ou moins intense de ses ailes. Les chenilles juvéniles sont de couleur verte, les matures brunes, en cas de danger ces chenilles se laissent tomber en catalepsie, droite pluôt que de s'enrouler comme le font généralement les chenilles des Noctuinae.

Plus d'informations : Mentaxya palmistarum (Joannis, 1932).






Microplexia costimaculalis Guillermet, 1992.


Microplexia costimaculalis Guillermet, 1992.

Microplexia costimaculalis Guillermet, 1992., appartient à la famille des Noctuidae à la sous-famille des Acontiinae et au genre Microplexia décrit par Hampson en 1908.

Microplexia costimaculalis Guillermet, 1992., est un papillon endémique de La Réunion, cette espèce assez rare dans l'île est localisée dans les zones sèches de basse altitude.

Plus d'informations : Microplexia costimaculalis Guillermet, 1992.









Piletocera reunionalis (Viette, 1857).


Piletocera reunionalis (Viette, 1857).

Piletocera reunionalis (Viette, 1857)., est un papillon nocturne endémique de La Réunion. Il appartient à la famille des Crambidae à la sous-famille des Spilomelinae et au genre Piletocera décrit par Lederer en 1863.

Le genre Piltocera est représenté dans l'île par deux espèces qui sont toutes les deux endémiques :
- Piletocera reunionalis (Viette, 1857).
- Piletocera viperalis (Guenée, 1862).

Plus d'informations : Piletocera reunionalis (Viette, 1857).






Piletocera viperalis (Guenée, 1862).


Piletocera viperalis (Guenée, 1862).

Piletocera viperalis (Guenée, 1862)., est un papillon nocturne endémique de La Réunion. Il appartient à la famille des Crambidae à la sous-famille des Spilomelinae et au genre Piletocera.

Le genre Piltocera est représenté dans l'île par deux espèces qui sont toutes les deux endémiques :
- Piletocera reunionalis (Viette, 1857).
- Piletocera viperalis (Guenée, 1862).

Plus d'informations : Piletocera viperalis (Guenée, 1862).






Scoparia resinodes Joannis, 1932.


Scoparia resinodes Joannis, 1932.

Scoparia resinodes Joannis, 1932., est un papillon nocturne endémique de La Réunion. Il appartient à la famille des Crambidae à la sous-famille des Scopariinae et au genre Scoparia décrit par Haworth en 1811.

Scoparia resinodes Joannis, 1932., est un papillon endémique assez commun à La Réunion, présent principalement dans les habitats primaires de moyenne et de haute altitude.

Plus d'informations : Scoparia resinodes Joannis, 1932.






Bocchoris borbonensis Guillermet, 1996.


Bocchoris borbonensis Guillermet, 1996.

Bocchoris borbonensis Guillermet, 1996, appartient à la famille des Crambidae à la sous-famille des Spilomelinae et au genre Bocchoris qui comprend environ 80 espèces. Bocchoris borbonensis a été publiée en 1996 par l'entomologiste Christian Guillermet, fondateur et directeur de l'Insectarium de La Réunion jusqu'en 2002, auteur de très nombreuses publications sur les papillons de La Réunion.

Bocchoris borbonensis Guillermet, 1996, est un papillon endémique de La Réunion.

Plus d'informations : Bocchoris borbonensis Guillermet, 1996.




Dernière mise à jour : Mardi 24 Octobre 2017   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2017

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Liens commerciaux.




Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+