Tortue terrestre Cylindraspis indica éteinte vers 1750 endémiques de La Réunion Famille Testudinidae.

Cylindraspis indica (Schneider, 1783).

Tortue terrestre, espèce éteinte.

Tortue de La Réunion.

Cylindraspis indica


Cylindraspis indica Tortue terrestre

Cylindraspis indica (Schneider, 1783).

- Nom commun : Tortue terrestre.
- Nom à La Réunion : Tortue terrestre de Bourbon.
- nom scientifique: Cylindraspis indica (Schneider, 1783).
- Synonyme :
- Chersina grayi Strauch, 1865.
- Chersine retusa Merrem, 1820.
- Cylindraspis borbonica Bour, 1978.
- Testudo graii Duméril & Bibron, 1835.
- Testudo indica Schneider, 1783.
- Testudo perraultii Duméril & Bibron, 1835.
- Testudo tabulata africana Schweigger, 1812.
- Classe : Reptilia.
- Sous-classe : Chelonii.
- Ordre : Testudines.
- Sous-ordre : Cryptodira.
- Infra-ordre : Alethinophidia.
- Super-famille : Chelonioidea.
- Famille : Testudinidae.
- Genre : Cylindraspis.
- Espèce : Cylindraspis indica.
- Auteur : Schneider, 1783.
- Origine : Endémique La Réunion.



Cylindraspis indica, tortue de la famille des Testudinidae était endémique de La Réunion. Les tortues de terre ont disparu de l'île vers le milieu du 18e siècle.



Histoire Cylindraspis indica.

Les tortues terrestres de La Réunion vivaient dans la région ouest depuis le littoral jusque dans les montagnes. Reculant sans cesse devant les hommes, les dernières survivantes semblent avoir existé à l'îlet à Cordes. En dépit de son abondance considérable, effectif estimée au million d'individus, les derniers spécimens s'éteignirent vers 1770, à l'exception d'une petite population isolée à Cilaos.

Celle-ci survécut jusqu'aux environs de 1840. Malgré cette exubérance et une protection tardive par décret, aucune tortue n'a été préservée

Tous les navigateurs ont été frappés par l'abondance des tortues terrestres, à La Réunion. Elles ont été vite massacrées par les hommes. Chaque bateau qui relâchait à Saint-Paul repartait avec une cargaison de tortues terrestres.

Elles avaient en effet le triste privilège de pouvoir rester plusieurs semaines sans manger, ce qui était un avantage à une époque où les voiliers ne disposaient pas de réfrigérateurs pour conserver les victuailles.

Outre les témoignages des contemporains, nous ne disposons, pour connaître cette espèce, que de vestiges exhumés des grottes de La Réunion depuis 1974, et surtout de ceux extraits du marécage de l'Hermitage depuis 1990. Les scientifiques estiment que la tortue devait mesurer au moins 1 m de long. Herbivore, son espérance de vie était d'une centaine d'années. La récolte de nombreux os exhumés a permis d'avoir une idée précise de la forme et des proportions de la tortue, puis la réalisation d'une " vraie fausse tortue naturalisée ".



Extrait. Dubois sous le signe de la tortue.

" Toute l'île est remplie de tortues de terre qui sont une des bonnes mannes d'icelle. Elles ont le cou long et la tête faite comme les tortues d'Europe : une grosse queue et quatre pieds. Elles ont deux à trois pieds de long, un pied et demi de large ou environ et plus d'un pied d'épaisseur.

Une de ces tortues porte un homme facilement sur son dos, et c'est tout ce qu'un homme peut faire que d'en porter une. La chair de cette tortue est comme celle du bœuf et les tripes ont mêmes goût. Le foie de ces tortues est très gros ; c'est un des plus délicats morceaux que l'on puisse manger. Qui en aurait de même en France en ferait bonne chère les jours maigres. Il y a à manger pour quatre personnes en un de ces foies. A côté des flancs de ces tortues il y a des pannes que l'on prend pour dondre, dont on fait de l'huile qui ne fige jamais.

Cette huile est aussi bonne pour toutes choses que le bon beurre : c'est le beurre de cette île. Ces pannes rendent ordinairement deux pots d'huile, plus ou moins si la saison permet de trouver de ces tortues grasses car elles ne le sont pas toujours. Cette huile est merveilleuse pour frotter les membres affligés ; je m'en suis servi dans ma paralysie et m'en suis bien trouvé ".



Extrait : Récit de Carpeau du Saussay de sa vite à Mascarin, La Réunion en 1666.

" La tortue est un animal fort laid, cependant en fort bon manger, entre autres le foie en est excellent, l’huile en est aussi admirable à fricasser toute sorte de choses ; elle a outre cela de merveilleuses propriétés pour les douleurs, nos chirurgiens en ont fait souvent des épreuves très heureuses. "



Extrait : Ordonnance de Jacob de La Haye, 1er décembre 1674. La première constitution de l'île Bourbon.

ART. 16. Que personne ne tuera ni ne prendra tortue de terre, soit pour sa nourriture ou de ses porcs, ou pour quelqu'autre raison que ce soit, sans permission par écrit du gouverneur, de la quantité qu'il permettra, et les prendront en présence de monde.




Les reptiles de La Réunion.

Classement par Famille et Nom scientifique.

                        




Dernière mise à jour : Jeudi 19 Octobre 2017   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2017

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Liens commerciaux.




Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+