Grand mère Kalle ou Kal. Quelques légendes mystérieuses concernent grand Mére Kalle, née à la Réunion à l'époque de l'esclavage, Grand-mère Kal donne lieu à plusieurs interprétations.

La Réunion
Cherchez une page sur le site
www.mi-aime-a-ou.com

 
Promo Séjour La Réunion   Navigation :: Accueil :: Histoire de La Réunion ::  Légendes de La Réunion :: 
   
   

Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+
 
 
 ITC Tropicar
 Location de voitures
 à La Réunion
 5 % de remise en ligne
  itctropicar.com
 
 Aide pour vos vacances
 Help-vacances
 Hôtels, gîtes, locations
 saisonnières, campings
 help-vacances.com
 
         
   

Grand mère Kalle ou Kal.

Légende de La Réunion.

 
     
 

Quelques légendes mystérieuses concernent grand Mère Kalle, née à la Réunion à l'époque de l'esclavage, Grand-mère Kal donne lieu à plusieurs interprétations.

Grand mère Kal, c'est un peu le croque mitaine réunionnais, utile pour faire peur aux enfants mais parfois pour faire peur aux adultes.

Version 1 :: Version 2 :: Version 3 :: Version 4 :: Les livres ::

Le fénoir était tombé sur la petite case en paille au milieu de la forêt. Rosanelle était déjà dans son lit en train de s'endormir quand elle entendit : " Tout, tout ". Le cri s'arrêta... puis reprit: elle avait un peu peur... mais comme la porte était bien fermée, elle était rassurée.

Le cri cessa, et Rosanelle s'endormit. Le lendemain, elle raconta à sa mère ce qui s'était passé :

- " Seigneur Jésus, c'était Grand Mère Kalle ! "
- " C'est qui Grand Mère Kalle ? "
- " C'est une vieille histoire... Quand j'étais petite, ma maman, ta grand-mère, me disait toujours :
- " si tu n'es pas sage, la grand mère Kalle va venir te chercher ! "
- ' Raconte-moi son histoire Maman !"

- " Et bien, cela s'est passé au temps des esclaves. Il y avait une grande plantation , possédée par une vieille et méchante femme. Au lieu de bien les traiter, elle les punissait pour rien, les fouettait et les forçait à travailler à la limite de leurs forces. Ils faisaient pitié à voir, car ils étaient bien malheureux.

 

Grand mère Kal ou Kalle

 

 
 

Un jour, arriva chez elle un esclave différent des autres. C'était un esclave venu de Gorée sur la côte Ouest de l'Afrique. Il était grand, fort et intelligent. Elle l'avait acheté pour en faire un commandeur, comme ça, il materait les plus fortes têtes. Mafate, c'était son nom, celui-ci vit comment elle traitait les esclaves et ne put le supporter.

Alors, un soir, il s'en alla marron dans la forêt. Il marcha plusieurs jours et plusieurs nuits. Enfin, il arriva à une grande vallée où coulait une rivière. Il l'avait remontée, glissant maintes fois sur les galets. De grandes montagnes la surplombaient, des tamarins centenaires offraient leurs ombrages protecteurs, la rivière débordait de crevettes, de camarons et de poissons. De grands arbres se penchaient et offraient leurs fruits.

Quand il vit ceci, il se dit :" C'est un endroit merveilleux ! Comme ce serait bon d'y vivre, les esclaves de la Grand Mère Kalle seraient heureux ici ! " Alors, un soir, il retourna à la propriété et invita tous les esclaves à un grand Kabar et leur raconta ce qu'il avait vu. Ils firent ensemble un plan et décidèrent de s'évader après avoir mis le feu à l'habitation pour détourner l'attention. Malheureusement, un des esclaves était un macrotin. Il alla raconter toute l'histoire à la Grand mère Kalle.

Le lendemain, les esclaves eurent la douloureuse surprise d'être entourés par les propriétaires voisins armés jusqu'aux dents. Mafate réussit à s'échapper, mais au moins dix esclaves périrent dans l'opération. Alors Mafate se mit en colère. Il connaissait les plantes, il cueillit des herbes et en fit une mixture pour la faire boire à Grand Mère Kalle. Ce fut une de ses esclaves qui lui servit.

Aussitôt dans un cri de douleur, la vieille femme se transforma en un grand oiseau couleur de nuit qui s'enfuit vers la forêt en hurlant quot; Tout ! Tout ! ". C'est ainsi qu'elle eut pour punition de venir prévenir les familles qu'un malheur allait s'abattre sur elles.

Ses esclaves s'enfuirent dans le cirque désormais appelé le Cirque de Mafate. Ils vécurent là, libres et heureux pendant de longues années sous la conduite de Mafate qui était également leur chef. "

Version deux :

M. Hibon de Frohen qui habitait Mahavel, avait à son service une esclave dévouée que l'on appelait Kal ; elle vivait là en bonne intelligence avec ses maîtres mais elle avait un fils qui par sa conduite lui donnait de graves soucis ; après un nouveau méfait, celui-ci alla se jeter dans la mer près de Ravine Blanche face au petit oratoire qui se trouve à l'entrée de Saint-Pierre. Grand mère Kal désespérée, après avoir juré fidélité à la famille qu'elle aimait, alla se jeter à la suite de son fils dans les flots.

Depuis et jusqu'à nos jours, à chaque approche d'un malheur, au sein de cette famille, Grand mère Kal prévient toujours le fils aîné, par un long appel lugubre autour de la maison quelques nuits auparavant.

Cette croyance s'est étendue à toute la région Sud et c'est le cri d'un oiseau ( touc ! touc ! ) qu'on assimile au cri de Grand mère Kal. Cet oiseau est mal défini, on pense que c'est un oiseau de mer qui vient nicher dans les montagnes à certaines époques de l'année.

Version trois :

C’était aux temps sombres de l’esclavage . Il y avait de bons maîtres, mais il y en avait aussi de biens méchants. Dans une famille de l’Ouest vivait une esclave, Kalla. Allez savoir ce qui se passa : le maître n’a jamais parlé quant à Kalla… . Certains disent qu’elle était battue, d’autres qu’elle avait volé, d’autres encore qu’une histoire d’amour avait foudroyé sa vie, d’autres enfin que son fils lui avait été volé par le maître et vendu à un autre propriétaire. C’était hélas une chose courante en ce temps-là, un esclave était comme un meuble, un animal, on en faisait ce qu’on en voulait.

Toujours est-il que la vieille Kalla disparut. certains disent qu’elle s’est pendue, d’autres qu’elle s’est jetée dans le Gouffre près de l’Étang-Salé, où la mer gronde si fort. Mais s’il fallait croire tout ce que les gens disent….A cette époque, les voyageurs commencèrent à rapporter d’étranges phénomènes : quand ils s’étaient laissés surprendre par la nuit, dans l’Ouest, ils entendaient comme une voix, ou alors ils apercevaient des lumières dans la montagne ; certains affirmaient même qu’ils avaient vu une vieille femme noire, au détour du chemin ? Il s’en trouva enfin pour jurer qu’elle était à cheval sur un manche à balai !

Toutes les histoires possibles et imaginables couraient la montagne. Les experts, car il y a toujours un expert pour donner un avis définitif sur ce genre de phénomène expliquaient que ces étrangetés ne pouvaient être dues qu’à une âme errante.

Version quatre :

Grand mère kal était une vieille femme qui habitait une case près du pont de la Ravine des Cafres, à Mahavel. Elle cachait chez elle des condamnés et quand quelqu’un passait à proximité de sa case elle l’invitait à boire le café et un petit verre de rhum. Si le voyageur portait de l’argent sur lui, les condamnés le suivaient sur le chemin, et au passage de la Ravine des Cafres, ils le dévalisaient puis le précipitaient au fond du ravin. Cette femme a fait commettre tant de crimes par ces condamnés que lorsqu’elle est morte son âme s’est envolée par la toiture de sa case.

Désormais, elle n’a plus de tête et porte un grand chapeau au bout de son cou. Elle passe annoncer la mort la nuit en rodant près des cases. Elle vient chaque fois que quelqu’un est gravement malade. Si elle ricane d’une voix sinistre, elle annonce la mort. Si au contraire elle passe en pleurant, c’est bon signe pour le malade.

Livres :

Mais que fait grand-mère Kalle ? Par Joëlle Ecormier, Nathalie Millet | Océan éditions | Numéro ISBN | 2-916533-12-5.

L’histoire de l’esclave africaine Kalla devenue grand-mère Kalle, cette sorcière qui, la nuit venue, vole les enfants désobéissants de l’île de la Réunion en poussant son grand cri « TOUUT ! TOUUT ! », cette histoire, tout le monde la connaît. Mais ce que fait grand-mère Kalle tous les jours dans le secret de sa maison cachée au volcan, qui le sait ? 
Seulement toi, quand tu auras lu ce livre… Chut !

Grand-mère Kalle. Par yves Manglou. | Éditions Orphie | Numéro ISBN | 2-87763-337-3.

Résumé | Dans l'imaginaire des petits réunionnais, les histoires associées à grand-mère Kalle sont faites pour faire peur et punir les enfants qui désobéissent. L'auteur livre ici sa version de ce personnage hors du temps. Il fait appel à des évènements historiques pour enrichir son récit. Mais au royaume des sorcières, le temps n'existe pas. La légende demeure bel et bien enracinée dans les esprits créoles et dans la mémoire collective.

Sur les Terres de Grand-Mère Kalle. Par Joëlle Écormier, Henry Koombes | Vizavi éditions | Numéro ISBN | 99903-37-46-2.

Résumé | Tikoulou, le célèbre petit mauricien dont les aventures illustrées par Henry Koombes sont éditées à l'île Maurice depuis 1999, va dans ce nouvel album quitter son île natale pour découvrir La Réunion, l'île soeur des Mascareignes. Tikoulou est ainsi en vacances chez son ami Zécli. Il y fait la connaissance de Lalie, une petite fille qui lui confie qu’un de ses proches a été maudit pour avoir voulu percer le mystère de grand-mère Kalle, une sorcière qui habite le volcan et se transforme en oiseau noir la nuit...

 

Fénoir = nuit. Revenir au texte

Kabar = Fête. Revenir au texte

 
   
   
   
 
 
   
   
   
  Légendes de La Réunion :