Henry Sheehy Keating gouverneur Anglais de Bourbon. Personnage célèbre de l'île de La Réunion

La Réunion
Cherchez une page sur le site
www.mi-aime-a-ou.com
 
Promo Séjour La Réunion   Navigation :: Accueil :: Histoire de La Réunion ::  Personnages célèbres de La Réunion :: 
    Recherche par :: Liste alphabétique :: Liste année de naissance
    Rubrique   :: Artiste :: Divers :: Écrivain :: Gouverneur :: Militaire ::  Politique :: Préfet :: Religion :: Scientifique
       

Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+
 
 
 ITC Tropicar
 Location de voitures
 à La Réunion
 5 % de remise en ligne
  itctropicar.com
 
 Aide pour vos vacances
 Help-vacances
 Hôtels, gîtes, locations
 saisonnières, campings
 help-vacances.com
 
 

 

 

Henry Sheehy Keating.

Gouverneur de La Réunion, trois mandats.

 

Gouverneur précédent :: Robert Townsend Farquhar :: Gouverneur suivant :: Athanase Hyacinthe Bouvet de Lozier

 
L'île Bourbon ( La Réunion ) est anglaise.

Henry Sheehy Keating Gouverneur de La Réunion :
- du 20 décembre 1810 - avril 1811.
- du 10 juillet 1811 au 20 octobre 1811.
- du 23 décembre 1811 au 3 avril 1815.

Gouverneur par intérim Major général John Picton du 20 octobre 1811 au 23 décembre 1811.

Henry Sheehy Keating est né en Irlande en 1777.

En 1809, le lieutenant colonel Henry Keating commande les troupes anglaises qui s'empare de l'île Rodrigues et prépare la conquête de l'île Bonaparte.

A la capitulation de l'île Bonaparte, le 9 juillet 1810, Keating est nommé lieutenant gouverneur, l'île Bonaparte est rebaptisée ïle Bourbon ( La Réunion ).

Après la prise de l'Isle de France ( île Maurice ) le 3 décembre 1810 et la nomination de Robert Townsend Farquhar comme gouverneur général des Mascareignes, c'est Keating qui lui succède à Bourbon pour un mandat marqué par des permutations et des intérims dus notamment aux tâtonnements de la métropole britannique sur la formule administrative à mettre en place dans les nouvelles colonies.

 

Henry Sheehy Keating

 

 

En avril 1811, Keating reprend ses fonctions de lieutenant gouverneur et de commandants des troupes, c'est Farquhar le nouveau gouverneur de Bourbon. La colonie change de statut, elle est désormais annexée aux territoires de la Couronne, dés lors dépendante du gouvernement de sa Majesté britannique et non plus de celui de la Compagnie anglaise des Indes Orientales.

Farquhar retrouve alors le gouvernement général, des Mascareignes et dépendances, et Keating le 10 juillet 1811, celui de gouverneur de Bourbon.

Le 20 octobre 1811, Keating s'embarque pour l'Angleterre. L'administration de la colonie est alors confiée à un nouvel intérimaire, le major général John Picton.

Major général John Picton.

Le 20 octobre 1811, c'est donc le major général John Picton qui est gouverneur de Bourbon par intérim. C'est pendant son administration qu'éclate à Saint-Leu la plus grande révolte d'esclaves des Mascareignes.

Un complot se trama entre les esclaves du Gol et ceux de Saint-Leu, avec pour but de rallier tous les esclaves du Sud contre les Blancs. Les esclaves avaient un atout majeur, leur supériorité numérique. En effet, dans cette région de grande culture, très riche, ils étaient à peu près dix fois plus nombreux que les Blancs. La localité compte alors 363 Blancs, 131 Libres de couleur et 5 050 esclaves.

Ce complot qui prit naissance dans le fond de la Ravine du Trou, fut éventé par Figaro esclave de la veuve Legrand qui alla avertir les autorités, en l'occurrence Monsieur de La Gironde. On arrêta le chef des conjurés, Jean. Les propiétaires incrédules quand à la possibilité d'une révolte ne prirent par de précautions. Mais les esclaves étaient prêts et deux jours après l'arrestation de Jean, sous la direction d'Elie et de Prudent tous les deux appartenant à la famille Hibon, ils attaquèrent la maison de Jean Macé, et tuèrent ce dernier. La troupe se sépara en deux groupes l'un se dirigeant sans succès chez Hibon et l'autre Chez Armel Macé. Celui-ci se défendit mais fut tué à son tour. Son jeune esclave Paulin, réussit à s'enfuir et courut prévenir son propriétaire Dennemont. Ce dernier alerta les voisins et tout le monde se réunit autour de la mairie de Saint-Leu. Vingt quatre volontaires se proposèrent pour combattre l'insurrection et se mirent sous la direction de Fougeroux, ancien militaire. les insurgés furent surpris par Fougeroux et ses amis et durent capituler.

 

21 novembre 1811. Informé des événements qui agitent la colonie, le gouverneur général Farquhar qui se trouve à Maurice embarque immédiatement pour bourbon. A son arrivée en rade de Saint-Denis, le 21 novembre 1811 l'ordre est rétabli, et les insurgés en prison dans l'attente d'un jugement.

22 novembre 1811, le gouverneur général Farquhar fit la proclamation suivante :

" Son Excellence ayant appris, le 17 du courant, la nouvelle qu'une révolte d'esclaves avait éclaté au quartier Saint-Leu, s'est déterminé à se rendre à Bourbon avec la plus grande diligence. En conséquence elle s'est embarqué le 19 sur la corvette le Mercure, et est arrivé le 21 en rade de Saint-Denis. S.E. le gouverneur a eu la satisfaction d'apprendre, en débarquant, que par les mesures fermes et sages qu'avait prises le colonel Picton, surintendant civil et commandant des forces à l'île Bourbon, la tranquillité publique y était entièrement rétablie.

Il ne lui reste plus qu'à rassurer l'esprit des habitants de ces colonies et à dissiper à jamais l'ombre même de l'espérance qu'auraient pu follement concevoir les esclaves de se révolter impunément ou de s'affranchir de l'obéissance qu'ils doivent à leurs maîtres. Il suffirait peut-être à S.E. le gouverneur, dans cette circonstance, de renvoyer les habitants à ses précédentes proclamations, et de leur rappeler avec quelle promptitude le gouvernement, dans cette dernière occasion, est venu à leur secours pour leur donner les preuves les plus convaincantes que les promesses du gouvernement britannique à tous ceux qui ont le bonheur de vivre sous sa protection sont sacrées. Il veut plus, il veut s'entretenir avec les habitants sur un sujet qui touche d'aussi près leurs intérêts, à l'effet de calmer leurs ardeurs et anxiétés, lors même qu'elles ne seraient pas fondées. Il veut encore une fois leur annoncer la ferme résolution dans laquelle il est de protéger et de maintenir, à l'aide des forces de Sa Majesté, les propriétés des habitants de ces colonies, telles qu'il les a trouvées lors de leur reddition.

Il ne peut assez fortement exprimer l'indignation que lui a inspiré l'atrocité des esclaves de Saint-Leu, en assassinant leurs maîtres et en s'élevant contre leur autorité légitime, ni manifester assez ouvertement sa volonté que les auteurs et instigateurs de cette conspiration soient punis de la manière exemplaire que commande la justice. Tant que l'humanité et la raison formeront le caractère dominant de la nation anglaise, Son Excellence pense que c'est entrer dans l'essence de ces principes, que de déclarer aux esclaves qu'ils doivent être bien convaincus que l'on emploiera toute la rigueur des lois contre les projets qu'ils auraient de se soulever ou de troubler l'ordre et la tranquillité. Il est de sa justice de ne pas leur laisser ignorer que de tels complots doivent, conformément à la loi, être punis de mort.

Son excellence pourrait avoir à regretter que la punition des esclaves insurgés n'ait pas aussi promptement frappé le crime que la nature et l'exemple, seul vrai but de justice, auraient pu l'autoriser, si, d'un autre côté, elle n'était convaincue que son exécution, quoique différée, n'aura pas moins son effet...

En considération de la conduite infiniment louable de l'esclave Figaro, qui a dévoilé la dernière conspiration éclatée à Saint-Leu, il a plu à S.E. le gouverneur de lui donner la liberté, en récompense de ses fidèles services; de lui faire au nom du gouvernement britannique, sa vie durant, une pension de 250 piastres par an, payable chaque mois, et de lui assurer la propriété d'un morceau de terre dans les réserves de Saint-Joseph, pour son entretien et celui de sa famille.

Afin de pourvoir plus efficacement à la police intérieure de ces colonies, Son Excellence, en vertu de l'autorité dont elle a été revêtue par S.A.R. le prince régent, et du pouvoir spécial à elle donné par son seing et sous le grand sceau du Royaume Uni, a résolu de lever et armer une milice locale dans chaque quartier des îles Maurice et Bourbon. Cette mesure doit autant assurer la tranquillité des habitants contre leurs esclaves, que contribuer à resserrer les liens de fidélité et d'affection qui les attachent au gouvernement britannique. S'ils sont pénétrés de ces sentiments, ils y trouverons l'exécution d'un devoir dicté par l'honneur, la tranquillité permanente et la prospérité publique, et ils seront raffermis contre les intrigues et les agitations des alarmistes. Vive le roi ! "

Henry Sheehy Keating.

Le 23 décembre 1811, le colonel Keating est de retour à Bourbon. Farquhar est rentré à l'île Maurice où le rejoint le major général Picton, son intérim est à la tête de Bourbon est terminé.

Henry Sheehy Keating reprend l'administration de la colonie qui s'affaire au procès de ce que l'historiographie coloniale dénomme, Le complot de Saint-Leu. Il a lieu en février 1812. Le 12, le verdict tombe et se veut exemplaire, trente furent condamnés à mort, les autres mis aux fers à perpétuité.

Figaro reçut en récompense la liberté, une pension viagère inscrite au budget de la Colonie, ainsi que la première concession du cirque de Cilaos, l'îlet à Cordes, qui lui appartint jusqu'à sa mort.

10 avril 1812, deux des condamnés, Géréon et Jasmin, du complot de Saint-Leu ont la tête tranchée sur un échafaud construit au delà du Butor à Saint-Denis.

Onze vont être conduits en chaloupe dans diverses communes pour y subir le même sort, et deux sont conduits à Saint-Benoît.

15 avril 1812, cinq esclaves sont exécutés à Saint-Leu, quatre à Saint-Paul et deux à Saint-Pierre.

24 avril 1812, les deux esclaves, Prudent et Denis sont exécutés à Saint-Benoît.

Les autres condamnés sont-ils morts en prison, cette hypothèse est étayée par le constat de conditions désastreuses d'internement.

 

Quand l'Angleterre décide de rendre Bourbon à la France, c'est Keating, qui assure la rétrocession, Athanase Hyacinthe Bouvet de ozier est nommé gouverneur de Bourbon par ordonnance royale du 27 juillet 1814. La première tâche de Bouvet est de négocier avec Farquhar le retour de l'île Bourbon à la Couronne de France. Officiellement l'île est restituée le 2 avril 1815; c'est ce qui ressort du tête-à-tête entre les deux hommes, le 30 mars 1815. Le 6 avril 1815 Bouvet va proclamer Bourbon terre française.

Le gouverneur Keating va poursuivre sa carrière sous d'autres cieux, mais incontestablement Bourbon lui manquera puisqu'il revient s'y fixer. De par son influence, l'ancien gouverneur qui s'est installé à Saint-Benoît comme usinier, va amener ses voisins à préférer la culture de la canne et à détruire leurs champs de girofle.

En 1828, le général Keating va défrayer la chronique. Il est au centre d'un scandale. Il est accusé d'avoir sabré un jeune Bénédictin, son rival, pour les beaux yeux de sa protégée. Compte tenu de la personnalité de l'accusé, et de sa nationalité, cette affaire fait beaucoup de bruit.

Le 16 juin 1829, après de nombreux reports, l'affaire Keating est portée devant la chambre d'instruction. Le général Keating est acquitté.

Henry Sheehy Keating meurt à Cheltenham station thermale du comté anglais de Gloucestershire, le 12 septembre 1847.

 

 

 
 
   
  Voir les infos rajoutées sur cette page      Compléter les informations de cette page
   
  La dernière information ou le dernier commentaire de cette page : 
   
  Pas de commentaire ajouté


 
  Liste des Gouverneurs de l'île de La Réunion
   
   Etienne Régnault
Jacques de la Heure Henry Hesse d'Orgeret
Germain de Fleurimont Bernardin de Quimper
Jean-Baptiste Drouillard Henry Habert de Vauboulon
Michel Firelin Directoire de Saint-Paul
Joseph Bastide Jacques de La Cour
Jean-Baptisite de Villers Michel François des Bordes de Charanville
Pierre Antoine Parat Henry de Justamond
Joseph de Beauvollier de Courchant Antoine Labbé dit Desforges Boucher
Hélie Dioré de Périgny Pierre Benoît Dumas
Mahé de La Bourdonnais Charles Lemery Dumont
Pierre André d'Héguerty Didier de Saint-Martin
Jean Baptiste Azéma Gérard Gaspard de Ballade
Joseph Brénier Bouvet de Lozier
François Jacques Bertin Martin Adrien Bellier
Guillaume Léonard de Bellecombe Jean Guillaume de Steinauer
François de Souillac Joseph Murinay Comte de Saint-Maurice
Alexandre François Chalvet Baron de Souville Claude Élie Dioré de Périgny
David Charpentier de Cossigny Dominique Prosper de Chermont
Jean Baptiste Vigoureux Comte Duplessis Pierre Alexandre Roubaud
Philippe Antoine Jacob de Cordemoy François Louis Magallon Comte de La Morlière
Nicolas Ernault de Rignac Baron des Bruslys Chrysostome Bruneteau de Sainte-Suzanne
Robert Townsend Farquhar Henry Sheehy Keating
Athanase Hyacinthe Bouvet de Lozier Hilaire Urbain de Lafitte du Courteil
Pierre Bernard Milius Louis Henri De Saulses de Freycinet
Achille Guy Marie de Cheffontaines Etienne Henry Duval d'Ailly
Jacques Philippe Cuvillier Anne Chrétien Louis de Hell
Charles Léon Joseph Bazoche Joseph Graëb
Sarda Garriga Marie Bon Ézéchiel Barolet de Puligny
Louis Isaac Pierre Hilaire Doret Hubert Delisle
Rodolphe Augustin Darricau Marie Jules Dupré
Louis Hyppolite de Lormel Pierre Aristide Faron
Pierre Etienne Cuinier Etienne Antoine Guillaume Richaud
Jean Baptiste Lougnon Aimé Louis Édouard Manès
Henri Éloi Danel Henri Charles Roberdeau
Laurent Marie Émile Beauchamp Paul Samary
Adrien Bonhoure Camille Lucien Xavier Guy
Philippe Émile Jullien François Pierre Rodier
Hubert Auguste Garbit Pierre Louis Alfred Duprat
Frédéric Estèbe Maurice Pierre Lapalud
Jules Vincent Victor Repiquet Alphonse Paul Albert Choteau
Léon Hippolyte Claudius Truitard Joseph Urbain Court
Pierre Émile Aubert André Capagorry