Histoire de La Réunion année 1667, Histoire de Bourbon La Réunion, les événements de l'année 1667.

Histoire de La Réunion année 1667

- Page précédente :: Année 1666 - Page puivante :: Année 1668


Février 1667, la Flotte du Marquis de Montdevergue composée de 10 navires. Partie de France le 14 mars 1666, met douze mois pour arriver en vue de Bourbon. 400 passagers sont décédés du scorbut et 200 malades sont déposés à Mascarin.

Rade de Saint-Paul

22 février 1667, le Saint-Jean-Baptiste et le Terron mouillent en baie de Saint-Paul. Le Commandant de Bourbon Étienne Régnault vient à bord du Saint Jean-Baptiste le jour même de son arrivée pour s’entretenir avec Montdevergue. Il a fait un rapport sur son travail à Bourbon. Le Père Louis Lanonino de Matos, cordelier portugais embarqué au Brésil, accepte l’invitation de Regnault de poser ses bagages dans l’île, qui n’avait pas de pasteur. Il fut le premier prête qui exerça le saint ministère durant trois mois à La Colonie. A son invitation Regnault et les habitants s'empressèrent de construire sur les bords de l'Étang la première église de La Réunion.

26 février 1667, La Marie et le Saint-Charles arrivent à Saint-Paul.

Vue sur la Rade de Saint-Paul

27 février 1667, les houcres Saint-Luc et Saint-Jacques arrivent à leur tour. Il y a foule dans la baie de Saint-Paul avec six embarcations. Il en manque quatre.

Parmi eux débarquent à Bourbon :

- François Mussard, d'Argenteuil, maître menuisier au service de la Compagnie, né le 5 août 1642.

- Jean Bellon, de Lyon.

- Hervé Dennemont, du diocèse de Coutances.

- Claude Mollet, dit " Labry ", de Roissy en France.

- Michel Esparron, dit "Latour", de Saint Chamond.

- Antoinette Arnaud, de Vigneray (Loire), qui épousa Jean Bellon au cours de la traversée ou à Fort-Dauphin.

- Léonarde Pillé, de Granville (Manche) qui épousa Dennemont.

- Jeanne de la Croix, née vers 1654 à Bainethun (Pas-de-Calais), femme de Claude Mollet qu'elle avait épousé au bourg de St Denis en Oléron le 15 janvier 1666 avant le départ de la Flotte.

- Marguerite Compiègne, née vers 1650 à Marck (Pas-de-Calais) d'une famille de cultivateurs picards.

- Jacques Compiègne et Marguerite Monteny et leurs deux filles. Marguerite Compiègne devait épouser François Mussard à Fort-Dauphin le 27 novembre 1668, après le décès de jacques Compiègne.

- Marie Baudry.

- Jeanne Lacroix.

Pas moins de 200 personnes malades furent débarquées des navires de l'escadre de Mondevergue et regroupé aux environs de Saint-Paul. La plus grande partie de ces malades étaient trop gravement atteints pour que le séjour sur cette Île que l'on croyait salutaire pût leur rendre la vie. Un sixième à peine survécut.

1 er mai 1667, le Père Louis Lanonino de Matos bénit sous le vocable des apôtres Saint Jacques et Saint Philippe la modeste église que les habitants ont construit. Regnault voulut être parrain du premier enfant blanc né dans la colonie, lequel fut aussi le premier baptisé dans la chapelle qui venait d'être construite. Cet enfant fut Etienne Beau, fis de Pierre Beau.

étang de Saint-Paul

1667. L'histoire de Sainte-Marie est liée à celle des débuts de la colonisation et à l'époque des flibustiers. La tradition rapporte cette histoire :

Un navire français, détaché de la flotte du Marquis de Mondevergue dont il faisait partie, fut envoyé à la découverte d'un point du littoral, propre au débarquement des malades. Chemin faisant, ce navire aperçut un petit bâtiment aux allures suspectes, et lui donna la chasse. C'était le soir ; les grands arbres dont le rivage était alors couvert projetaient au loin leur ombre sur les flots : les forbans s'empressent de profiter de cette circonstance pour échapper, en rasant la plage, aux poursuites dont ils sont l'objet. Ils réussissent mais pour tomber dans un danger non moins redoutable. Dans sa fuite précipitée, leur petit bâtiment s'engage dans les récifs d'où leurs efforts désespérés ne peuvent le faire sortir. La mort affreuse, inévitable, menace ces forbans. La nuit se fait. Sur le commandement de leur chef, ils font un vœu qu'ils jurent d'accomplir à la sainte Vierge, si elle daigne les exaucer dans leur détresse extrême. A ce moment, une vague énorme les jette sur les rochers où le vaisseau se brise.

Précipités dans les flots, par la violence du choc, dans ce naufrage nocturne, sur une plage solitaire et inconnue, ces naufragés luttent en désespérés ; sans provisions et presque sans vêtements, ils n'ont, pour se soutenir sur cette mer agitée, que quelques débris du navire.

Séparés les uns des autres pendant cette affreuse nuit, ils se retrouvent tous le lendemain sur la plage où la mer les a jetés sains et saufs.

Le vœu, qu'au moment du danger, ces forbans avaient fait, était donc exaucé. Ils l'accomplissent aussitôt. Leur chef ordonne à sa troupe qu'un monument de reconnaissance s'élève près du lieu où ils ont été sauvés des eaux.

Les débris du naufrage sont transformés en un sanctuaire auquel ils donnent le nom de Sainte-Marie. C'est pourquoi le bourg établi plus tard dans cet endroit a été appelé de ce nom.

Ces forbans ne se fixèrent pas immédiatement dans ce lieu solitaire ; ils allèrent se réunir aux Français arrivés en 1665, et qui s'étaient établis près de l'Étang de Saint-Paul, sous la conduite d'Etienne Regnault.

1667. Les richesses en terre et en productions agricoles se trouvent à l'Est. Elles se trouvent de Sainte-Marie à Sainte-Suzanne, Etienne Régnault le gouverneur de Bourbon encourage les colons à quitter Saint-Paul pour s'y installer. Des habitations sont construites sur le bord de la rivière Sainte Suzanne, les colons défrichent et commencent à cultiver cette terre qui est très bonne. Regnault y envisage la culture du riz, du blé, du tabac et de la vigne. Une chapelle est dédiée à Saint-Étienne dès 1667, mais l'année suivante le quartier prend le nom de Sainte-Suzanne, du nom de la rivière.

Octobre 1667, arrive de Madagascar, envoyé par ses confrères le lazariste M. Jean Jourdié, il est chargé de donner des soins aux premiers colons, et de célébrer l'office dans la modeste chapelle édifiée sur les bords de l'étang Saint-Paul. Ce fut Jourdié qui commença à tenir registre des baptêmes, sépultures, mariages. Il est donc regardé avec raison comme le premier pasteur de la colonie naissante.


Naissance en 1667 :

1667, naissance de Michel Firelin Gouverneur de La Réunion du 4 mars 1691 au 29 avril 1694.



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Vendredi 15 Novembre 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.