Histoire de La Réunion année 1715, Histoire de Bourbon La Réunion, les événements de l'année 1715.

Histoire de La Réunion année 1715

- Page précédente :: Année 1714 - Page puivante :: Année 1716


20 février 1715, Pierre Antoine Parat de Chaillenest gouverneur de Bourbon par une ordonnance : condamnait à être pendu tout individu, fût-il libre ou esclave, qui serait convaincu d'avoir volé ou détruit, de nuit ou de jour, les bestiaux, les fruits et les plantations. La même peine atteignait ceux qui, par vengeance ou par envie, mettaient le feu aux pâturages. Aussi, pour prévenir toute excuse, faisait-il défense de porter du feu dans les chemins, la nuit et le jour, à moins d'une nécessité urgente et justifiée à l'autorité.

Esclave avec des chaînes

Il y avait également défense aux habitants d'exposer au jeu les bestiaux, les esclaves, les terres, les marchandises et les effets mobiliers, sous peine de confiscation et d'une amende prononcée tout à la fois contre le perdant et le gagnant.

Cette ordonnance prescrivait aussi la mesure suivante : " Le Conseil étant informé de bonne part que des filles se sont trouvées enceintes sans que leur fruit ait paru par la suite, pour remédier à un aussi grand désordre, et assurer la vie et le salut des enfants, nous ordonnons à toutes filles, veuves et femmes dont les maris sont absents, et qui se trouveraient enceintes, de déclarer leur . " grossesse, d'abord qu'elles s'en seront aperçues, à un conseillers laïques, sous peine, si on vient à découvrir qu'elles aient été enceintes et leur fruit ait disparu, d'être punies de morts, tant les libres que les esclaves ".

20 juillet 1715, un arrêté du Conseil Provincial concernant les esclaves, tente d'introduire la peine des fers aux deux pieds avec une chaîne pour remplacer la peine du jarret coupé qui occasionne souvent le tétanos.

20 septembre 1715, la Compagnie des Indes prend possession de l'Isle de France, ( île Maurice ). Les ordres sont donnés par le gouvernement royal pour assurer la prise de possession de Maurice. Guillaume Dufresne, capitaine malouin du Chasseur, se rend au port Nord 0uest de Maurice en septembre 1715. Il sait que l'île était totalement inhabitée, et, après avoir fait tirer le canon et attendu plusieurs jours pour vérifier cet abandon, il prit possession de Maurice le 20 septembre 1715 et lui donna, suivant les ordres ministériels, le nom d'Île de France.

1715, l'évènement le plus important du gouvernement de M. Parat fut la découverte du café. Le sieur de la Boissière, capitaine de l'Auguste avait été envoyé de France pour Moka, pour prendre des plants et des fèves de caféier, que les hollandais cultivaient avec succès au Antilles. Pendant son escale à Bourbon, il céda quelques plants aux habitants qui constatèrent bientôt un similaire de cet arbrisseau dans les forêts.

Les plants cédés par le capitaine de l'Auguste périrent tous, à l'exception de deux, dont l'un fut confié à Laurent Martin, habitant de Saint-Denis; l'autre à M. Houbert, curé de Sainte-Suzanne.

Café de Bourbon

Le café indigène, appelé vulgairement café de la forêt : café marron - Coffea mauritiana Lam, était assez abondant ; on entrevoyait de belles récoltes, des bénéfices considérables. Cette découverte ouvrait une nouvelle source de commerce, d'autant plus précieuse que le pays n'offrait qu'un très petit nombre d'objets d'échange. La culture du café à Bourbon pouvait présenter des difficultés.

11 novembre 1715. Cette question fut agitée au sein du Conseil provincial et fit, à Saint-Denis, le 11 novembre 1715, l'objet d'une longue délibération :

" Aujourd'hui, 11 novembre 1715, à midi, le conseil provincial de l'île Bourbon s'étant assemblé par l'ordre de M. Pierre-Antoine Parat, écuyer, sieur de Chaillenet, chevalier de l'ordre royal, militaire et hospitalier de Notre-Dame du Mont-Carmel et de Saint-Lazare de Jérusalem, gouverneur pour le roi et la royale Compagnie des Indes orientales de France de ladite île, mondit sieur a proposé s'il ne serait pas à propos, vu la nouvelle découverte du café faite en cette île, d'envoyer quelqu'un en France, tant pour informer la Cour d'un événement aussi avantageux à tout le royaume et à cette île, que pour donner les éclaircissements qui pourraient être nécessaires sur ce qu'il y aurait à faire dans une pareille conjoncture et répondre aux difficultés qu'on pourrait former sur l'exécution des projets du commerce du café à y établir. Supposé que le conseil fût d'avis que M. le gouverneur envoyât quelqu'un en France, qui devait-on choisir pour une affaire de cette conséquence ? Le Conseil, après mûre délibération, a conclu tout d'une voix que l'affaire dont il s'agit était d'une telle conséquence, qu'on ne pouvait se dispenser d'envoyer quelqu'un en France par le vaisseau l'Auguste, qui y retourne après avoir relâché en cette île, tant pour informer la Cour de la nouvelle découverte qu'on a faite du café en cette île et des avantages que cette découverte peut apporter au royaume et à cette île, que pour donner les éclaircissements nécessaires pour l'établissement du commerce du café et aplanir les difficultés qu'on pourrait former en France contre ledit établissement. On s'explique toujours beaucoup mieux de vive voix que par lettre. D'ailleurs le retardement que causerait la nécessité d'écrire ici pour avoir des éclaircissements nécessaires sur cette affaire et attendre la réponse, pourrait être très préjudiciable soit au royaume, soit à l'île. Et à l'égard du second chef proposé par mondit sieur le gouverneur, le Conseil, après avoir sérieusement réfléchi sur les qualités nécessaires dans celui que l'on doit envoyer, estime qu'il n"y a personne dans l'île capable de faire ce voyage et de donner à la Cour toutes les lumières nécessaires sur une affaire de cette importance, que M. le gouverneur lui-même, dont la capacité, l'expérience, le zèle pour l'avantage du royaume et pour le bien de l'île, donnent lieux aux habitants d'espérer un heureux succès de son voyage. Le Conseil s'est déterminé à ce parti, d'autant plus volontiers qu'il ne prenait aucun inconvénient de l'absence de M. le gouverneur durant un aussi peu de temps que celui du voyage de France."

Signé : Parat, Renou, Houbert, Criaise, Abot, Justamond, jacques Bouyer, et Joseph Deguigné, greffier.

12 novembre 1715, avant le départ pour la France de Parat, l'intérim du poste de gouverneur est confié à Henri Justamond, procureur fiscal et secrétaire de la Compagnie.

14 novembre 1715, Pierre Antoine Parat de Chaillenest gouverneur de Bourbon embarque pour la France, accompagné d'un jeune créole de Saint-Paul Jean-Baptiste Dalleau, pour défendre le dossier de la nouvelle richesse, le café, auprès de la Compagnie des Indes. En effet l'île entre dans l'ère du café. Alors que le café de Moka est introduit pour acclimatation dans l'île, on découvre en abondance un café indigène que l'on appela le " café marron ". Ce café est un peu plus gros que celui de Moka et pointu par les extrémités, il se nomme à cause de sa forme le café Bourbon pointu. Cette entrevue aura une incidence positive pour l'île car la Compagnie des Indes, dont le privilège d'exploitation de Bourbon devait expirer le 1 er avril 1715, va le renouveler pour encore 10 ans.

Pierre Antoine Parat de Chaillenest ne reviendra pas gouverneur. Il sera évincé par les intrigues d'Antoine Desforges de Boucher.

4 décembre 1715, Henry de Justamond fait approuver par le conseil provincial, la décision que tout homme de la Colonie, Blanc ou Noir, de plus de 15 ans, planterait 100 pieds de café que chacun irait chercher dans la forêt. On a découvert à Bourbon en abondance un café indigène appelé " café marron ". Ce café est un peu plus gros que celui de Moka et pointu par les extrémités, il se nomme à cause de sa forme le café Bourbon pointu. Bourbon persiste à croire à son café à l'arôme sauvage. Mais la clientèle européenne fait la moue et lui préfère le café des Antilles, du vrai café d'Arabie.



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Vendredi 15 Novembre 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.