Histoire de La Réunion année 1722, Histoire de Bourbon La Réunion, les événements de l'année 1722.

Histoire de La Réunion année 1722

- Page précédente :: Année 1721 - Page puivante :: Année 1723


1722, le régent de France, le Duc d'Orléans souhaite savoir la valeur de Bourbon. La colonie est estimée à 6 184 295 livres par le Conseil de l'île, voici le procès-verbal :

Philippe d'Orléans

15 mai 1722 :

" Le Conseil assemblé au gouvernement à Saint-Denis, le vendredi quinzième jour de mai 1722, huit heures du matin, composé de M. Dulinier, président du conseil de Surate, président ; de M. Beauvollier, gouverneur de cette île ; M. le Chevalier de Nyon, gouverneur de l'île de France ; de M. Desforges-Boucher, lieutenant du roi ; de M. Criaise, missionnaire apostolique et curé de cette île ; de M. Durongouët, major ; de M. Dupleix, premier conseiller au Conseil supérieur de Pondichéry ; de M. la Salle et de M. de la Feuillée, commandants des vaisseaux de la Compagnie l'Atalante et la Diane ; de M. Dynois, procureur du roi ; de M. Delesque, garde-magasin, auxquels on a jugé à propos d'adjoindre les sieurs Henri Justamond, jacques Auber, capitaine du quartier de Saint-Paul ; Joseph Deguigné, capitaine du quartier de Saint-Denis ; Augustin Panon, de Saint-Denis ; Pierre Parny, de Saint-Paul ; Guy Dumesgnil et François Groudien, de Saint-Denis, et Augustin Panon fils, de Saint-Paul, tous anciens et plus notables habitants, ici présents, comme les personnes de l'île les plus capables de donner leurs sentiments sur les affaires qui doivent être proposées.

Ledit sieur Dulinier, portant la parole, a déclaré qu'un des principaux sujets de l'assemblée était, à l'occasion des intentions du roi et des instructions de nos seigneurs les commissaires de son conseil, pour qu'il soit fait un procès-verbal de la prisée du fonds, propriété et possession de l'île Bourbon, et de tout ce qui est dans cette colonie, tant appartenant à la Compagnie qu'à messieurs de Saint-Malo.

Qu'il considère l'estimation de cette île comme une affaire de la dernière importance, et qui nécessite de grandes attentions et de sérieuses réflexions, s'agissant de porter un jugement équitable sur la valeur d'une colonie dont les bénéfices, fort bornés aujourd'hui, seront dans peu ( suivant le rapport de plusieurs personnes ) très considérables, par les espérances visibles et presque certaines que donnent les plantations qu'on a faites depuis plusieurs années des caféiers de Moka qui sont dans l'île.

Et qu'il croit convenable que chacun travaille pour prendre, comme on l'a déjà fait depuis plusieurs jours, des éclaircissements qui conduisent à cette estimation. Sur quoi ayant été délibéré et fait de mûres réflexions, il a été conclu et arrêté que chacun se retirerait en son particulier pour travailler aux éclaircissements nécessaires pour parvenir à ladite prisée, et que demain matin l'assemblée continuera pour la même affaire... ".

16 mai 1722.

" En conséquence de la résolution de l'assemblée tenue cejourd'hui, le Conseil s'étant assemblé, ce samedi seizième mai 1722, à huit heures du matin, où se sont trouvées les mêmes personnes que celles d'hier, MM. de la Salle et la Feuillée ont déclaré que n'ayant aucune connaissance ni lumières de ce qui concerne l'île, ils ne peuvent donner aucun avis sur son estimation, et que, par conséquent, leur présence étant inutile, ils demandent d'être exempts de ce conseil, ce qui leur a été accordé.

Et après avoir reçu les sentiments desdits habitants sur la quantité des caféiers et leur production, et avoir agité de part et d'autre sur les conclusions de ladite estimation sans pouvoir concilier, il a été délibéré qu'on les rassemblera pour le même sujet samedi prochain, le 18 mai 1722. Et pour diriger et signer le procès-verbal de ladite estimation en qualité de secrétaire de la commission, le sieur Trémisot, conseiller au conseil supérieur de Surate, a été commis et a fait serment de bien et fidèlement faire ladite fonction, et de tenir en forme judiciaire ledit procès-verbal tel que le cas le requiert. "

18 mai 1722.

" Le samedi, huit heures du matin, dix-huitième mai 1722, le Conseil assemblé, après avoir mis en délibération ladite affaire et concilié les avis et sentiments d'un chacun, le fonds, propriété et possession de l'île Bourbon a été estimé la somme de six millions cent quatre-vingt-quatre mille deux cent quatre-vingt-quinze livres, et a été délibéré qu'elle sera portée au procès-verbal sur ce pied, et que journellement sera continué l'estimation de tous les effets de la Compagnie. "

1722. Les rivalités avec l’Angleterre entraînent les premiers pas d’une administration militaire à Bourbon avec début de fortification.



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Lundi 15 Juillet 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.