Histoire de La Réunion année 1724, Histoire de Bourbon La Réunion, les événements de l'année 1724.

Histoire de La Réunion année 1724

- Page précédente :: Année 1723 - Page puivante :: Année 1725


25 janvier 1724, le pirate, John Clayton, donne des nouvelles du célèbre pirate Olivier le Vasseur dit La Buse, celui-ci demande au Gouverneur Desforges Boucher la clémence accordée aux pirates, charte de clémence offerte par le Roi de France.

La Buse

Mai 1724, la première concession à l'Entre-Deux est accordé à Joseph Lauret.

18 septembre 1724, le gouverneur de Bourbon, Antoine Labbé dit Desforges Boucher met en place le premier Conseil supérieur de l'île. Un édit de 1723, reçu à Bourbon en septembre 1724, substitue au Conseil provincial un Conseil supérieur analogue à celui de Pondichéry et institue à l'Isle de France ( Maurice ) un Conseil provincial dépendant de Bourbon. Ce conseil supérieur est installé le 18 septembre 1724 et enregistre le même jour le premier édit réglementant l'esclavage aux Mascareignes. A quelques articles près, c'est la copie conforme de l'Ordonnance de 1685 ou Code Noir. sur le site :

Code noir

Code Noir des Isles de France et de Bourbon (Maurice, La Réunion).

Code noir Ordonnance de 1685

Le 23 septembre 1724, le conseil de Bourbon réitére la promesse d’amnistie aux pirates. L'équipage d'Olivier Le Vasseur accepte et se rend à Bourbon mais La Buse, flairant un piège, temporise avant d'accepter la Charte. Il ne restitue que les vases sacrés, mais ne peut se résoudre à rendre le butin de la Vierge du Cap, condition de la clémence. Le Vasseur reste donc à Madagascar.

Le Conseil Supérieur de Bourbon s’occupe en 1724 de la régularisation des concessions. Des plans de propriété sont dressés mais ne concernent que les parties habitées de l’île et ne sont pas vraiment précis. Les limites des parcelles sont matérialisées par la végétation existante (bois de chandelle, plants de vétyver, etc…).

Desforges-Boucher installé à Saint-Paul s'emploie au développement du réseau routier, le développement de la culture du café ne pouvant se faire sans bon moyen de communication entre la zone côtière et l’arrière-pays et entre l’Ouest et le Sud. À partir de 1724, il peut, pour cela, disposer de corvées, c’est-à-dire de journées de travail gratuit dû par les colons et effectué par leurs esclaves. Toutes les voies privées seront alors refaites et améliorées, puis deviendront sous les instances de la seconde Compagnie des Indes des voies publiques. Les sentiers sont élargis, refaits et transformés en pistes, pavés de moellons de basalte et bordés de murets de pierres sèches, pour les rendre praticables en toutes saisons pour les hommes et les “chevaux ou bœufs portant”. Les récoltes devant parvenir jusqu’à la côte pour être exportées, deux ponts seront également construits sur l’étang de Saint-Paul.

1 décembre 1724, Ordonnance du Conseil supérieur de Bourbon, concernant le café Moka.

De par le Roi.
Les habitants de l'île Bourbon ne peuvent ignorer que l'intention de sa majesté est qu'ils s'appliquent très particulièrement à la culture du vrai café originaire de Moka puisque depuis 7 ans nous n'avons cessé de les y exciter.. Lire la suite de l'ordonnance de 1724.



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Samedi 21 Septembre 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.