Histoire de La Réunion année 1730, Histoire de Bourbon La Réunion, les événements de l'année 1730.

Histoire de La Réunion année 1730

- Page précédente :: Année 1729 - Page puivante :: Année 1731


Février 1730, les esclaves ourdirent une redoutable conspiration contre les blancs, dans le but de massacrer ceux-ci et de s'emparer de la colonie. Les principaux conspirateurs, déférés au Conseil national et général de l'île, furent condamnés à être rompus vifs sur un échafaud dressé en place publique, mis sur une roue pendant deux heures, et étranglés de nuit par l'exécuteur des hautes oeuvres.

L'exécution eut lieu le 25 et 27 février 1730, à Saint-Denis, à cinq h du soir. Les dénonciateurs du complot, au nombre de quatre, reçurent la liberté pour prix de leur action. La rigueur dont on usa envers les agitateurs jeta de vives inquiétudes dans leur esprit. Les complices, effrayés, se retirèrent dans les solitudes ou sur les normes ; afin de se soustraire à la vengeance des lois ; et pour ramener le calme dans la population noire, l'administration fut contrainte d'étendre le pardon sur ceux qui étaient impliqués dans la révolte

27 février 1730, le Conseil général prit la résolution suivante :

" Voulant empêcher désormais les noirs de la colonie d'entrer dans aucune conspiration pareille, et considérant que le grand nombre d'anciens noirs qui sont complices et effrayés des supplices de leurs camarades, ont pris le parti de se sauver dans les bois ; que la frayeur et le trouble répandus dans l'esprit de tous ; qu'ils s'imaginent qu'il n'y a nulle grâce à espérer pour eux, et que notre intention est de faire périr tous les coupables les uns après les autres ; que, dans ces dispositions, ils pourraient prendre quelque parti très préjudiciable à cette colonie, le Conseil a cru et jugé qu'il convenait de leur donner des marques de sa bonté et de sa clémence, afin de les rassurer et de leur faire connaître que notre intention n'est de punir que les plus coupables, en faisant comprendre cependant à tous les noirs qui ont participé ou su cette conspiration qu'ils méritaient la même punition pour y avoir consenti et n'avoir pas averti les chefs ou leur maîtres. "

16 juin 1730, le gouverneur Pierre Benoît Dumas fait entreprendre par Pierre Boisson et Abraham Muron le construction d'un chemin reliant Saint-Denis au lieu dit La Possession. Ce tracé sinueux de trente kilomètres décidé le 16 juin 1730, allait devenir la route de La Montagne.

7 juillet 1730, le capitaine pirate Levasseur, dit la Buse est exécuté. Capturé à Madagascar, dans la baie d’Antongil en avril 1730. Il s’est simplement jeté dans la gueule du loup en montant à bord du navire de la Compagnie des Indes chargé de l’interpeller, La Méduse du commandant D’Hermitte. Quand la Méduse aborde, La Buse s’imagine oublié, rangé des navires, amnistié de fait. Il n’en est rien. Jeté aux fers, il est débarqué à Saint-Denis où il est reçu par le gouverneur Pierre Benoît Dumas.

Olivier Le Vasseur. La Buse est pendu le 7 juillet 1730

Le nouveau gouverneur tient à tourner une page d’histoire en mettant à mort la dernière grande figure vivante de la piraterie. Le 7 juillet jugé notamment pour l'abordage de la Vierge du Cap en rade de Saint-Denis en 1721, La Buse est condamné à la potence. La sentence fut exécutée le 7 juillet 1730 à 17 heures. On lui tend une torche qu'il est censé tenir à la main en demandant pardon au roi, Olivier Le Vasseur dédaigne ce chandelier incongru, et jette à la foule le parchemin qu'il gardait serré dans sa main et il hurle " A celui qui découvrira mes trésors ! Le cadavre resta sur le gibet pendant 24 heures, puis exposé au bord de la mer. La Buse fut inhumé à Saint-Paul.

Le cryptogramme que La Buse lance à la foule

1730, les habitants du quartier de la rivière d’Abord (Saint-Pierre) réclament une église pour leur service. Devant leur insistance, la construction d’une chapelle est décidée sur la rive gauche de la Ravine Blanche. Elle prend le nom de Saint-Pierre, l’un des prénoms du gouverneur. cette première église ouvre ses portes le 7 janvier 1732.

27 décembre 1730 est publié un édit autorisant le gouverneur Dumas de siéger, à sa demande, uniquement à Bourbon. Nicolas de Maupin est nommé à cette date gouverneur de l'Ile de France (jusqu'à juin 1735).


Décès en 1730 :

7 juillet 1730, décès du pirate Olivier Le Vasseur dit La Buse. Il est condamné le 17 juillet 1730 à être pendu et étranglé jusqu'à ce que mort s'ensuive, la sentence est exécutée le soir même.



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Vendredi 13 Décembre 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.