Histoire de La Réunion année 1767, Histoire de Bourbon La Réunion, les événements de l'année 1767.

Histoire de La Réunion année 1767

- Page précédente :: Année 1766 - Page puivante :: Année 1768


30 mars 1767. Le gouverneur de Bourbon François Jacques Bertin est remplacé, par Martin Adrien Bellier, qui occupe alors le poste de gouverneur Intérim de Bourbon, mais ce n'est qu'un poste d'intérim, l'île est en attente d'un nouveau gouverneur, Guillaume Léonard de Bellecombe, nommé par le Roi de France Louis XV.

Martin Adrien Bellier gouverne Bourbon, dans un climat de fin de règne. La colonie vit alors des périodes de doute, d'inquiétude et de manœuvres.

le Roi rachète à la Compagnie des Indes, par l'édit du 4 août 1764, les îles de France et de Bourbon

14 juillet 1767, date de la rétrocession officielle de Bourbon suite à la banqueroute de la Compagnie des Indes. Le Roi a racheté à la Compagnie des Indes, par l'édit du 4 août 1764, les îles de France (Maurice) et de Bourbon (La Réunion), pour la somme de 7 625 348 livres.

Louis XV Roi de France

Au moment de sa rétrocession effective au roi, Bourbon se trouve dans une situation lamentable. L'économie de l'île a en particulier, beaucoup souffert des déficiences de la Compagnie des Indes. Les colons se retrouvent lourdement endettés. Les chemins sont à l'abandon. Le café, déjà victime de catastrophes naturelles se vend mal et les cours, du fait de la concurrence, notamment du café des Antilles, ont chuté. Les magasins sont vides et les prix des quelques rares marchandises sont exorbitants.

Aussitôt la rétrocession des îles, le papier monnaie de la Compagnie fut retiré avec perte entière pour la plupart des porteurs, les billets en circulation représentaient déjà un déficit de 68 % sur la monnaie effective. Ce retrait entravait les affaires ; on ne put y faire face, le numéraire était insuffisant. Alors on créa le papier-carte qui fut retiré et brûlé en 1781, puis vinrent les fameux assignats de la République, appelés billets Malartic.

23 septembre 1767, Guillaume Léonard de Bellecombe arrive au Port-Louis, Isle de France, à bord de l'Outarde.

1 er novembre 1767, le nouveau gouverneur Guillaume Léonard de Bellecombe arrive à Bourbon.

Les deux îles Isle de France (Maurice) et Bourbon (La Réunion) sont désormais dirigées par un gouverneur général assisté d'un intendant général qui siègent à l'Isle de France et dont la tutelle sur Bourbon est maintenue. A Bourbon l'administrateur principal prend le titre de commandant particulier et son second de commissaire ordonnateur. Léonard de Bellecombe et Honoré de Crémont, son second, inaugurent donc une administration nouvelle dans une colonie moribonde.

Léonard de Bellecombe et Honoré de Crémont vont sillonner l'île, recherchant le contact direct avec la population. Cette démarche totalement inédite est très appréciée de la population et permet aux administrateurs de bien prendre la mesure de sa condition de vie et de l'état de totale désorganisation de la colonie. Tout y est à faire, il n'y a point d'hôpital, point de casernes, point de marines, point de fortification, que quelques mauvaises batteries abandonnées. Tous les magasins à refaire ou à réparer.

1767, M. de Crémont, premier Ordonnateur, institua les fabriques destinées à l'entretien des églises. Jusque là, les desservants ne tenaient qu'un registre curial des baptêmes, mariages et décès ; l'ordonnateur en exigea trois originaux : un pour la cure, un déposé aux archives, et le troisième envoyé au Ministre. Le clergé, administré par un vice-préfet apostolique, fut soumis à la dépendance du Gouverneur et de son intendant.

1767. A partir de cette date les libres de couleurs peuvent devenir membres de la milice de Bourbon. Cette milice a été créé afin de repousser toute attaque venue de la mer, l’île doit surtout compter sur une milice d’habitants créé à la fin XVIIe siècle et composée de tous les colons en âge de se battre.

1767, Cyr Honoré de Crémont intendant royal, fait bâtir à Saint-Pierre un grand magasin en maçonnerie, dernier pur exemple d’une construction coloniale de la première moitié du 18ème siècle, construit par des ingénieurs de marine. Il faut entendre par le terme magasin non seulement un entrepôt où les colons venaient apporter leurs cafés et acheter les produits importés par la Compagnie, mais aussi un bâtiment administratif où étaient logés le Commis de la Compagnie pour le Quartier de la Rivière d’Abord ainsi que les bureaux locaux de la Compagnie. Le bâtiment qui abrite aujourd'hui l'Hôtel de ville de Saint-Pierre est terminé en 1777.

Hôtel de ville de Saint-Pierre

1767. D'après un dénombrement, la population blanche et libre de Bourbon montait à 3 237 personnes, et la population noire à 25 047.

On recensait 1 352 500 pieds de caféiers, 2 570 000 livres de blé, 1 909 000 livres de riz, 10 236 livres de maïs, et 108 600 livres de légumes.

Il y avait 11 241 bœufs, vaches et veaux, 5 342 moutons, 13 855 cabris, 15 000 porcs et 2 593 chevaux.

1767. Albizia lebbeck ou Bois noir arbre originaire de l'inde, est introduit à La Réunion pour ombrager les plantations de caféier.



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Vendredi 22 Novembre 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.