Histoire de La Réunion année 1811, Histoire de Bourbon La Réunion, les événements de l'année 1811.

Histoire de La Réunion année 1811

- Page précédente :: Année 1810 - Page puivante :: Année 1812


L'île Bourbon (La Réunion) est anglaise.

1811, l'île bourbon est anglaise, la division de l'île fut arrêtée à cette époque ; l'ordre était conçu :

L'île Bourbon est divisée en deux districts. Le premier contient tout le pays situé entre la Grande-Chaloupe et le Grand Pays Brûlé inclusivement. Saint-Denis en est le chef-lieu et sera résidence du gouverneur.

Le second district renferme toutes les terres entre la Petit-Chaloupe et la ravine du Tremblay en y comprenant ces points. Saint-Paul en est le chef-lieu et le lieutenant gouverneur y a fixé son domicile.

Le district de Saint-Denis est désigné sous le nom de district du Nord-Est ; celui de Saint-Paul sous le nom de district du Sud-Ouest.

Henry Sheehy Keating

Avril 1811, Henry Sheehy Keating reprend ses fonctions de lieutenant gouverneur et de commandants des troupes, c'est Robert Townsend Farquhar le nouveau gouverneur de Bourbon. Le rattachement de La Réunion à l'empire britannique met fin au blocus économique des Mascareignes, il amène des perspectives nouvelles, introduction de numéraire, commerce avec l'Inde et entraîne une certaine reprise des affaires, sans toutefois motiver des investissements particuliers dans l'île de la part des occupants.

25 avril 1811, Robert Townsend Farquhar doit appliquer deux mesures très impopulaires. La première consiste en la prestation de serment " de fidélité, obéissance et soumission au roi d'Angleterre et au gouvernement britannique " de tous les habitants de plus de 16 ans, en avril-mai 1811. Cette contrainte est ressentie comme une atteinte à l'orgueil national : de nombreux Bourbonnais s'indignent d'avoir à jurer fidélité à l'ennemi d'hier. S'ils refusent, c'est l'exil en France. Beaucoup protestent, mais la plupart plient, faute d'alternative. La deuxième mesure est relative à l'interdiction très théorique de la traite. Elle est perçue comme une atteinte au patrimoine, mais Farquhar se montre très tolérant sur son application, toujours dans un souci d'arrondir les angles avec la société bourbonnaise.

Robert Townsend Farquhar

Extrait de la proclamation de Robert Townsend Farquhar gouverneur britannique de Bourbon. 25 avril 1811.

"... Enfin, sa majesté ayant pris cette isle sous sa protection immédiate, royale et très gracieuse, tous les habitants qui désirent partager les bienfaits dont jouissent les sujets britanniques dans les autres parties de sa domination doivent nécessairement lui prêter serment d'allégeance et de fidélité. Il leur est en conséquence accordé l'espace d'un mois, à compter de ce jour, pour remplir ce premier devoir, et des registres seront ouverts à cet effet au bureau du gouvernement à Saint-Denis, et chez les commissaires civils des différents quartiers de l'isle. A l'expiration de l'époque fixée, toutes personnes qui refuseront de préter le serment d'allégeance et de fidélité suivant la teneur et les termes dans lesquels l'ont signé les habitants de l'Isle Maurice, seront sans réserve, ou exceptions quelconques, envoyés sur le cartel en France.

Son excellence se plait à croire que les habitants qui connaissent sont caractère, sont d'avance convaincus qu'il est bien loin de désirer d'employer ce moyen ; mais considérant que cette obligation tient à son devoir le plus sacré, il doit les prévenir qu'il sera inexorable sur ce point."

1811. L'île Bourbon change de statut, elle est désormais annexée aux territoires de la Couronne, dés lors dépendante du gouvernement de sa Majesté britannique et non plus de celui de la Compagnie anglaise des Indes Orientales.

10 juillet 1811, Robert Townsend Farquhar retrouve alors le gouvernement général, des Mascareignes et dépendances, et Henry Sheehy Keating celui de gouverneur de Bourbon.

20 octobre 1811, Keating s'embarque pour l'Angleterre. L'administration de lacolonie est alors confiée à un nouvel intérimaire, le major général John Picton.


Novembre 1811, le complot de Saint-Leu :

Un complot se trame entre les esclaves du Gol et ceux de Saint-Leu, avec pour but de rallier tous les esclaves du Sud contre les Blancs. Les esclaves ont un atout majeur, leur supériorité numérique. En effet, dans cette région de grande culture, très riche, ils sont à peu près dix fois plus nombreux que les Blancs. La localité compte alors : 363 Blancs, 131 Libres de couleur et 5 050 esclaves.

Fresque Commémoration de la révolte des Esclaves de Saint-Leu
Commémoration de la révolte des Esclaves de Saint Leu.

Ce complot prend naissance dans le fond de la Ravine du Trou, il est éventé par Figaro esclave de la veuve Legrand qui averti les autorités, en l'occurrence Monsieur de La Gironde. On arrête le chef des conjurés, Jean. Les propriétaires incrédules quand à la possibilité d'une révolte ne prennent par de précautions. Mais les esclaves sont prêts et deux jours après l'arrestation de Jean, sous la direction d'Elie et de Prudent tous les deux appartenant à la famille Hibon, ils attaquent la maison de Jean Macé, et tue ce dernier. La troupe se sépare en deux groupes l'un se dirigeant sans succès chez Hibon et l'autre Chez Armel Macé. Celui-ci se défend mais est tué à son tour. Son jeune esclave Paulin, réussit à s'enfuir et court prévenir son propriétaire Dennemont. Ce dernier alerte les voisins et tout le monde se réunit autour de la mairie de Saint-Leu. Vingt quatre volontaires se proposent pour combattre l'insurrection et se mettent sous la direction de Fougeroux, ancien militaire. les insurgés sont surpris par Fougeroux et ses amis et doivent capituler, vingt des révoltés périrent, les autres sont fait prisonniers.

Tag Commémoration révolte des Esclaves de Saint Leu

21 novembre 1811. Informé des événements qui agitent la colonie, le gouverneur général Farquhar qui se trouve à Maurice embarque immédiatement pour bourbon. A son arrivée en rade de Saint-Denis, le 21 novembre 1811 l'ordre est rétabli, et les insurgés en prison dans l'attente d'un jugement.

22 novembre 1811, le gouverneur général Farquhar fit la proclamation suivante :

" Son Excellence ayant appris, le 17 du courant, la nouvelle qu'une révolte d'esclaves avait éclaté au quartier Saint-Leu, s'est déterminé à se rendre à Bourbon avec la plus grande diligence. En conséquence elle s'est embarqué le 19 sur la corvette le Mercure, et est arrivé le 21 en rade de Saint-Denis. S.E. le gouverneur a eu la satisfaction d'apprendre, en débarquant, que par les mesures fermes et sages qu'avait prises le colonel Picton, surintendant civil et commandant des forces à l'île Bourbon, la tranquillité publique y était entièrement rétablie.

Il ne lui reste plus qu'à rassurer l'esprit des habitants de ces colonies et à dissiper à jamais l'ombre même de l'espérance qu'auraient pu follement concevoir les esclaves de se révolter impunément ou de s'affranchir de l'obéissance qu'ils doivent à leurs maîtres. Il suffirait peut-être à S.E. le gouverneur, dans cette circonstance, de renvoyer les habitants à ses précédentes proclamations, et de leur rappeler avec quelle promptitude le gouvernement, dans cette dernière occasion, est venu à leur secours pour leur donner les preuves les plus convaincantes que les promesses du gouvernement britannique à tous ceux qui ont le bonheur de vivre sous sa protection sont sacrées. Il veut plus, il veut s'entretenir avec les habitants sur un sujet qui touche d'aussi près leurs intérêts, à l'effet de calmer leurs ardeurs et anxiétés, lors même qu'elles ne seraient pas fondées. Il veut encore une fois leur annoncer la ferme résolution dans laquelle il est de protéger et de maintenir, à l'aide des forces de Sa Majesté, les propriétés des habitants de ces colonies, telles qu'il les a trouvées lors de leur reddition.

Commémoration révolte des Esclaves Ravine du Trou Saint-Leu

Il ne peut assez fortement exprimer l'indignation que lui a inspiré l'atrocité des esclaves de Saint-Leu, en assassinant leurs maîtres et en s'élevant contre leur autorité légitime, ni manifester assez ouvertement sa volonté que les auteurs et instigateurs de cette conspiration soient punis de la manière exemplaire que commande la justice. Tant que l'humanité et la raison formeront le caractère dominant de la nation anglaise, Son Excellence pense que c'est entrer dans l'essence de ces principes, que de déclarer aux esclaves qu'ils doivent être bien convaincus que l'on emploiera toute la rigueur des lois contre les projets qu'ils auraient de se soulever ou de troubler l'ordre et la tranquillité. Il est de sa justice de ne pas leur laisser ignorer que de tels complots doivent, conformément à la loi, être punis de mort.

Son excellence pourrait avoir à regretter que la punition des esclaves insurgés n'ait pas aussi promptement frappé le crime que la nature et l'exemple, seul vrai but de justice, auraient pu l'autoriser, si, d'un autre côté, elle n'était convaincue que son exécution, quoique différée, n'aura pas moins son effet...

Commémoration révolte des Esclaves de Saint-Leu

En considération de la conduite infiniment louable de l'esclave Figaro, qui a dévoilé la dernière conspiration éclatée à Saint-Leu, il a plu à S.E. le gouverneur de lui donner la liberté, en récompense de ses fidèles services; de lui faire au nom du gouvernement britannique, sa vie durant, une pension de 250 piastres par an, payable chaque mois, et de lui assurer la propriété d'un morceau de terre dans les réserves de Saint-Joseph, pour son entretien et celui de sa famille.

Commémoration révolte des Esclaves de Saint-Leu

Afin de pourvoir plus efficacement à la police intérieure de ces colonies, Son Excellence, en vertu de l'autorité dont elle a été revêtue par S.A.R. le prince régent, et du pouvoir spécial à elle donné par son seing et sous le grand sceau du Royaume Uni, a résolu de lever et armer une milice locale dans chaque quartier des îles Maurice et Bourbon. Cette mesure doit autant assurer la tranquillité des habitants contre leurs esclaves, que contribuer à resserrer les liens de fidélité et d'affection qui les attachent au gouvernement britannique. S'ils sont pénétrés de ces sentiments, ils y trouverons l'exécution d'un devoir dicté par l'honneur, la tranquillité permanente et la prospérité publique, et ils seront raffermis contre les intrigues et les agitations des alarmistes. Vive le roi ! "

1811. La colonie se trouvait dans un état de gène extrême au moment où les Anglais en firent la conquête. Elle ne s'était pas relevée des désastres survenus dans les années 1806 et 1807. Il n'y avait ni argent, ni commerce, ni crédit. La France semblait l'avoir abandonnée, et n'y avait envoyé aucun secours. L'anglais au contraire, intéressé à conserver Bourbon, y faisait affluer des pièces d'or et d'argent pour payer ses troupes et ses employés, qui n'étant pas alors traités sur le pied d'Europe étaient largement rétribués par la Compagnie des Indes. Cet argent, versé dans la circulation, améliora le sort du pays et y mit quelque aisance.

Novembre 2009, Commémoration de la révolte des Esclaves de Saint-Leu, les artistes pays ont peint à même les roches des fresques historiques à La Ravine du Trou, lieu où les esclaves se rendaient tous les matins pour chercher de l’eau pour les maîtres.


Naissance en 1811 :

1 janvier 1811, naissance à Saint-Benoît de Louis Henri Hubert Delisle. Gouverneur de La Réunion du 8 août 1852 au 8 janvier 1858.

11 février 1811, naissance à Sainte-Marie de Pierre-Louis Frédéric Levavasseur. Prêtre missionnaire spiritain.

23 mai 1811, naissance à Saint-Denis de Jules Geslin procureur et homme politique.



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Dimanche 15 Septembre 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.