Histoire de La Réunion année 1870, Histoire de Bourbon La Réunion, les événements de l'année 1870.

Histoire de La Réunion année 1870

- Page précédente :: Année 1869 - Page puivante :: Année 1871


20 juin 1870, la première locomotive de l'île fait ses essais à Saint-Pierre. C'est Monsieur de Kervéguen, qui possède un immense empire foncier et industriel qui imagine tout un réseau de chemins traversant ses immenses étendues sucrières. C'est donc à cette date que la première locomotive à vapeur est le tout premier engin motorisé à parcourir une route de Bourbon, fait ses essais. Il ne s'agit pas d'une locomotive sur rails, mais d'une locomotive routière, destinée à tracter des chariots emplis de cannes. La locomotive de 6 mètres de long et de plus de 12 tonnes est mise en route par le mécanicien Miot, dans la cour de l'usine des Casernes, elle effectue quelques ronds de piste puis, à la vitesse effarante de 4 kilomètres/heures, descend les étroites ruelles Saint-Pierroises jusque vers Ravine-Blanche où elle emprunte la route de Saint-Louis. Il n'avait fallu que quatre heures à l'étrange convoi pour aller de chez Kervéguen aux Casernes jusque chez Kervéguen à La Rivière Saint-Louis.

5 août 1870, La Réunion apprend la déclaration de guerre entre la France et la Prusse. Louis Brunet engagé volontaire, incite par son exemple de nombreux jeunes Créoles à s’enrôler pour défendre la patrie.

Le 24 septembre 1870, les Réunionnais apprennent la défaite de Sedan et la chute de l'empire. C'est le "Mozambique" qui vient de mouiller en rade de Saint-Denis qui annonce les revers de l'armée française et l'invasion du pays ; on y apprend en même temps, la reddition de Napoléon III, la colère du peuple de Paris, la proclamation de la République par Gambetta, la constitution d'un gouvernement provisoire présidé par le général Trochu et sa détermination de poursuivre coûte que coûte la guerre et de résister tant à Paris qu'en province aux d'armées d'invasion. Le même jour le gouverneur Louis Hyppolite de Lormel fait publier une proclamation dans laquelle il demande à la population de conserver son calme en attendant que le courrier officiel lui apporte de plus amples informations sur ce qui se passe à Paris.

Louis Hyppolite de Lormel

Samedi 22 octobre 1870, une foule immense accompage les 16 premiers volontaires que se sont enrôlés pour défendre la patrie. Ils embarquent sur le "Danube" à destination de Marseille. Les journaux les encensent même si il faut bien le reconnaître, ils ne sont pas aussi nombreux que la patriotisme affiché des créoles aurait pu le faire croire. "Le Moniteur de La Réunion" explique cela par le fait qu'ils ont dû "se soumettre à l'obligation de payer eux-mêmes leur passage". La liste des 16 volontaires est publiée par "Le Moniteur de La Réunion", le 22 octobre 1870 :
- Alexandre De Lahogue.
- Léonce Lenferma (de l'île Maurice).
- Louis Brunet.
- Auguste Abel.
- Charles Foucault.
- Édouard Brisson.
- Xavier Vaulbert.
- Imhaus Alexandre.
- Raphaël Chassagne.
- Clayransac Boyer de la Giroday.
- Henry Prouteaux.
- François Léonard.
- Édouard Lecoutour.
- Victor Léonce.
- Louis Dubourg.
- Marie-Philomé Hoareau.

20 septembre 1870, les Prussiens investissent Pithiviers et s'emparent du télégraphe. Ils relèguent la réunionnaise, Madame Juliette Dodu directrice du bureau et sa fille à l'étage, comme le fil de la station passe dans sa chambre, Juliette Dodu eut l'idée d'établir une ligne de dérivation, pour intercepter les transmissions des Prussiens.

Pendant 17 nuits, la jeune créole intercepte les dépêches ennemis et les communique aux autorités française. Elle sauve ainsi la vie de 40 000 soldats. Elle est dénoncée par sa servante et condamnée à mort comme espionne. Elle est graciée par le prince Frédéric Charles et libérée grâce à la signature de l'armistice. Saluée comme la nouvelle Jeanne d'Arc, Juliette Dodu sera la première femme à recevoir la médaille militaire et la légion d'honneur à titre militaire.

Juliette Dodu


3 novembre 1870. La Proclamation de la IIIe République à La Réunion.

3 novembre 1870 , sur la place du Gouvernement, à Saint-Denis, en présence des hautes autorités civiles et militaire et devant une foule énorme que le gouverneur Louis Hyppolite de Lormel prononce la proclamation de la République dans la colonie.

" Habitants de La Réunion, miliciens, soldats,
L'Empire a cessé d'exister.
La République a été proclamée à Paris, le 4 septembre, au nom du droit et de la défense nationale. Son avènement s'est accompli sans lutte, sans déchirement et elle est devenue immédiatement, du consentement de tous, le gouvernement de la France et par conséquent le nôtre. En vous déclarant ce fait dès qu'il m'a été connu indirectement, je vous ai demandé d'attendre sa consécration légale, dans le calme, dans la concorde et avec le respect qui étaient recommandés à la colonie par ses devoirs patriotiques et que lui prescrivaient plus hautement encore les cruelles épreuves de notre patrie.

Je ne doutais pas que ces pensées ne fussent les vôtres. Je vous avais compris et vous m'avez compris. C'est pourquoi je viens aujourd'hui avec la même confiance dans la communauté de nos sentiments inaugurer légalement le nouveau gouvernement de notre pays. Que ne puis-je en même temps vous annoncer sa délivrance ; mais le jour viendra ; ce ne sera pas en vain que la France aura prodigué tant d'héroïsme pour repousser l'étranger de son sein et Dieu permettra que nous la revoyions bientôt asseoir son indépendance sur le respect des grands principes qu'elle a proclamés la première, son éternel honneur. Les hommes qui, dans l'élan de leur patriotisme, ont accepté la mission de la délivrance nationale, n'ont écrit que deux courtes phrases par leur drapeau : " Chassons l'ennemi et qu'une constituante librement élue dispose du sort de la France ". Ce programme politique que la France a accepté est devenu le nôtre. La République de 1870 n'avait plus à accomplir pour nous le grand acte de l'émancipation ... ".

8 novembre 1870, le gouverneur de Lormel promulgue le décret organisant des élections à l'assemblée constituante. La Réunion dispose de deux représentants et elle est appelée à les élire le 20 novembre alors qu'en France les autorités ont décidé d'ajourner des législatives pour cause de guerre mais ce qu'ignore le gouverneur ! Sont élus Alexandre de La Serve et François Césaire de Mahy. Ils obtiennent respectivement 12 804 et 12 109 voix dans un scrutin où l'abstention est de 55,08 %, 31 650 inscrits, 14 218 votants.

1870, Monseigneur Maupoint, second évêque de La Réunion, obtient de la France l'équivalence des brevets de capacité délivrés dans la Colonie avec les diplômes de baccalauréats délivrés par la Faculté de France.


Télégraphe à La Réunion, 1870 ouverture de la premère ligne :

L'idée d'une liaison par fil entre les principaux quartiers de l'île est lancée dès 1862 par un certai Crestien. A cette époque il faut plus d'une journée pour aller de Saint-Denis à Saint-Pierre. Il est donc certain qu'une ligne télégraphique rendrait les plus grands services au négoce, sans parler de son intérêt stratégique et politique. Mais le projet Crestien, mal soutenu par le gouvernement échoue. Il est repris en 1869 par son auteur et M. F. Lacaze, qui publient dans le "Courrier de Saint-Pierre", le 15 avril, les comptes provisionnels de la future "société du télégraphue électrique". Il ne s'agit au départ que de créer une ligne entre Saint-Denis et Saint-Pierre, nécessitant 110 kilomètres de fil de fer galvanisé de 4 milimètres, 2 000 poteaux et 6 appareils émetteurs-récepteurs.

La société se forme et les travaux commencent. Le "Moniteur de La Réunion" du 3 août 1770 donne le compte rendu de l'ouverture du premier tronçon de ligne : "Depuis samedi le télégraphe électrique fonctionne entre les bureaux de Saint-Paul, La Possession et Saint-Denis. Les appareils employés donnent les meilleurs résultats, ce sont ceux dits à cadran, qui permettent de télégraphier avec un apprentissage presque nul pour les employés, surtout lorsque le courant des dépêches n'est pas fort considérable. Avec cet appareil à cadran de MM. Digney frères, les meilleurs constructeurs de ce genre et les plus justement estimés, on peut, nous assure-t-on, envoyer 20 dépêches à l'heure... Nous parlons des appareils, mais nous oublions l'âme : l'Electricité. A Bourbon, nous employons les piles électriques de M. Leclanché, ingénieur sorti de l'École centrale. Elles sont du plus facile entretien, il suffi d'y mettre quelques gouttes d'eau tous les trois à quatre mois et elles durent trois à quatre ans, sans nécessiter de dépenses nouvelles. La découverte de M. Leclanché est pour la télégraphie une dotation précieuse et déjà on commence à employer généralement ses piles. Ajoutons que nous avons nous même reçu un télégramme de M. le Directeur, daté de Saint-Paul, que nous y avons répondu et que le tout a demandé trois minutes. Trois minutes pour aller à Saint-Paul et retour, en passant par la montagne ! Décidément, c'est plus fort que les bottes du petit poucet !"

Cette même année 1870, la ligne est prolongée jusqu'à Saint-Pierre, et le 7 décembre 1871, la ligne "Au-Vent", de Saint-Denis à Saint-Benoît, est reliée à la ligne "Sous-le-Vent" de Saint-Pierre. En avril 1872, cette dernière est prolongée jusqu'à Saint-Joseph. Et en avril 1873, M. Crestien expédie son premier télégramme depuis le station thermale d'Hell-Bourg, enfin reliée à la capitale. Mais le progrès s'arrête là. La Société du télégraphe se contente d'exploiter les lignes en place, sans faire d'investissements nouveaux.

1870, Introduction en provenance de Madagascar du Géranium rosat, plante à parfum. A cette époque les habitants prennent peu à peu conscience de l'opportunité de la culture de cette plante dans le développement de l'île.

1870, le poète réunionnais Leconte de Lisle est nommé Officier de la Légion d'Honneur.


Décès en 1870 :

1870, décès de Jean Desse, premier directeur de La Banque de La Réunion de 1853 à 1865.

1870, décès de Marc-Antoine Jules Dejean de La Batie, représentant du Conseil colonial de La Réunion. Député de La Réunion de 1847 à 1849.



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Samedi 20 Juillet 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.