Histoire de La Réunion année 1886, Histoire de Bourbon La Réunion, les événements de l'année 1886.

Histoire de La Réunion année 1886

- Page précédente :: Année 1885 - Page puivante :: Année 1887


14 février 1886, c'est l'inauguration du port de la Pointe des Galets, mais il a déjà une réputation de port dangereux. Une seconde inauguration a lieu le 1er septembre 1886.

Commencement des travaux du port à la Pointe des Galets, les premiers coups de pioche sont donnés en 1879. Le plus grand chantier de l'histoire de la Réunion, 15 000 ouvriers essentiellement créoles, vont être mobilisés. Mais les obstacles s'accumulent : La mer gêne à plusieurs reprises les travaux des digues. Le sol ne s'avère pas aussi meuble qu'on l'avait espéré, il y a des barres rocheuses redoutables, qu'il faudra faire sauter à la dynamite. Plusieurs épidémies se répandent dans le camp des ouvriers. En 1882, seules les digues sont construites. Par la suite l'histoire du port est une longue péripéties de problèmes. Le dessin des digues entraîne une modification des courant côtiers, qui rongent la pointe et déposent leurs alluvions juste dans l'entrée du port. En 1900 la jetée sud suite à un cyclone est endommagée sur 40 m, en 1904 la même jetée est détruite de nouveau. Le port ne deviendra fiable que dans les années 1920.

Plan du Port de la Pointe des Galets

19 juin 1886, Alexandre Foliguet est le premier prêtre réunionnais ordonné à La Réunion. La cérémonie à lieu dans la cathédrale de Saint-Denis, par l'évêque de la colonie Monseigneur Dominique Joseph Coldefy. Il a eu avant lui 5 prêtes natifs de l'île mais non ordonnés à la Réunion : Sassy, Le Vavasseur, Théodose de Guigné, Gonneau et Murat.

6 septembre 1886, le trois-mâts Le Renée pris dans un coup de vent s’empale devant Sainte-Marie. Dans la journée le navire se trouve en rade de Sainte Marie, face à la gare, ancré proche du rivage en raison de la présence d’un autre trois-mâts, La France. Vers 9 h 00 du soir, une jolie brise venant de terre décide la capitaine à appareiller. Il fait larguer les voiles et commence à virer l’ancre de tribord quand une pluie torrentielle s’abat. Dans l’incapacité de mouiller l’ancre sans aborder l'autre navire La France, les marins tentent de hisser les voiles, tandis que de puissantes lames frappent le navire et le mette en travers. L’avant du bateau est pris par les rouleaux qui le poussent vers la rive, le gouvernail vole en éclats, la mâture menace de tomber. Le Renée touche le récif par l’avant, puis, poussé par les lames, l’arrière drague le fond. Réfugié à l’arrière, l’équipage reste impuissant, sous les coups de boutoir des vagues, le navire se couche sur tribord, se brise et l’eau envahit les cales laissant s’échapper une partie de sa cargaison. Au matin du 7 septembre, le transport, La Sendre porte assistance aux naufragés en leur fournissant des chaloupes. L’équipage, ses effets, les papiers de bord, ainsi que tout ce qui peut être sauvé, est évacués. Histoire maritime de La Réunion.

1886, le réunionnais Leconte de Lisle est élu à l'Académie Française où il succède à Victor Hugo.

Leconte de Lisle élu à l'Académie Française en 1886

1886, la réunionnaise Blanche Pierson devient, en 1886, la 313 e sociétaire de la Comédie-française en jouant le rôle d'Elmire dans Tartuffe de Molière.

Blanche Pierson  sociétaire de la Comédie-française en 1886

1886, le réunionnais Paul Édouard Vivien est président du syndicat de la Presse Coloniale Française. Il sera constamment réélu à ce poste pendant 45 ans.

Le célèbre journal clérical, "La Malle" qui avait fait parler de lui en 1868 en provoquant les émeutes du 2 décembre, disparaît en 1886. Son matériel d'imprimerie est racheté par les abbés Chalvet, Desgéry et Murat qui fondent un nouveau journal destiné à l'opinion cléricale. C'est "La Vérité" dont le rédacteur en chef est l'avocat Jules Dejean de la Bâtie.

1886, le gouverneur Pierre Étienne Cuinier fait valoir ses droits à la retraite et quitte la colonie, confiant l'intérim au procureur général Dufour Brunet.

10 octobre 1886, Étienne Antoine Richaud arrive à Saint-Denis, sur le paquebot des Messageries maritimes, Le Salazie mouille en rade de Saint-Denis avec deux jours d'avance sur son plan de navigation. Le lendemain, le 11 octobre 1886, Richaud est accueilli par le maire de Saint-Denis, au son de la Marseillaise et de quinze coups de canon. Lors de son discours de prise en fonction, le gouverneur Richaud prononce un véritable réquisitoire contre le mono-culture de la canne :

" ... S'acharner à conserver une culture qui a pu faire la fortune d'un pays, si elle ne donne plus de bénéfices c'est courir à une ruine certaine ... ".

21 décembre 1886, Monseigneur Dominique Joseph Coldefy quitte définitivement La Réunion pour raison de santé. Pendant ce temps, à La Réunion, l’abbé Dupérier, second vicaire général, prend la gestion du diocèse en main, jusqu'à l'arrivé du nouvel évêque en avril 1888, Monseigneur Frédéric Fuzet.



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Vendredi 18 Octobre 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.