Histoire de La Réunion année 1901, Histoire de Bourbon La Réunion, les événements de l'année 1901.

Histoire de La Réunion année 1901

- Page précédente :: Année 1900 - Page puivante :: Année 1902


14 janvier 1901, le navire, le Kaisairi sombre à la pointe des Cascades (Anse des Cascades à Sainte-Rose) après une perte de gouvernail. C'étaient au cours d'un cyclone et les conditions de sauvetage furent très difficiles. Les survivants sont amenés à l'établissement des Cascades et à celui de Ravine Glissante. Il y eut 17 morts. Le Kaisairi, vapeur de commerce de 1 569 tonnes, 75 hommes d'équipage en provenance de Rangoon, quitte le Port de La Pointe des Galets pour l'île Maurice le 10 janvier 1901 Imprudemment sans doute, puisque ses soutes à charbon sont presque vides et qu'un cyclone menace. Après une traversée agitée, il se présente le matin du 11 devant Port-Louis, mais il ne peut rentrer dans le port, et doit fuir. Pendant trois jours le Kaisairi a caboté, secoué par le cyclone, vers 1 h du matin, le 14 janvier 1901 alors que l'oeil du cyclone frôle l'Est de La Réunion, le bâtiment, désemparé, sans gouvernail, s'écrase à l'anse des Cascades, près de Sainte-Rose. Le navire, empalé sur les récifs apparaît imméditement perdu. Les marins du Kaisairi rééditent le sauvetage du Warren-Hasting, en tendant une échelle de corde entre leur navire et les rochers du rivage. Dans la nuit les hommes se détachent un à un du gaillard avant, progressent, agrippés aux cordages, vers le salut de la côte. Le capitaine, le second, le chef mécanicien ont tenu à être les derniers à quitter l'épave. Ce sera leur perte ; ils sont encore à bord quand le tiers arrière du bateau se détache, bascule dans les profondeurs avec tous ses occupants.

19 février 1901, Le nouveau gouverneur de La Réunion Paul Samary arrive par le navire le Natal qui mouille au Barachois à Saint-Denis, il reste à ce poste jusqu'au 31 juillet 1905.

Paul Samary Gouverneur de La Réunion

Plusieurs fois annoncée son arrivée est retardée par l'épidémie de peste dans l'île. Selon l'usage un jour de congé est accordé aux fonctionnaires, le lundi 25 février 1901. Il est reçu par le maire de Saint-Denis, Le Coq du Tertre, Anatole Hugot, président du Conseil général et le gouverneur par intérim, Charles Albert Madré. Ce dernier dans son allocution de bienvenue insiste sur la nécessité de l'immigration :

" ... Le manque de bras jette un trouble profond dans notre agriculture et cause à la principale culture du pays, et par suite, à la richesse publique, le plus sérieux préjudice. Le recrutement de travailleurs immigrants est le seul remède à cette situation. ... Bourbon aime qui l'aime, et il rend au centuple en respect et en affection ce qu'on lui donne en dévouement et en sympathie. ... ".

Confrontés aux habituels problèmes de la monoculture sucrière, Samary va proposer trois mesures : la réduction des tarifs de transport par chemin de fer de la canne, du sucre et des autres produits d'exportation ; la reprise de l'immigration des travailleurs de l'Inde anglaise ; une protection douanière pour la production des fécules et du tapioca.

Début 1901, des travailleurs comoriens et indochinois sont envoyés à La Réunion. Ainsi 24 indochinois sur 66 arrivés dans l'île, sont employés sur les propriétés du Crédit Foncier Colonial en juillet 1901. De même le Crédit Foncier Colonial reçoit 24 Comoriens sur les 238 répartis dans l'île entre les différents propriétaires. Le recrutement des Comoriens s'est fait dans des conditions douteuses, en effet, la plupart d'entre eux étaient des anciens esclaves achetés par les négociants et libérés par ces derniers à condition qu'ils s'engagent à travailler à La Réunion. Les travailleurs avaient été transportés par le steamer du Sultan de Zanzibar " Le Kilwal " affrété par Leboucher, négociant réunionnais, pour cette opération. Dans la pratique, ce système du rachat préalable avait réactivé le commerce des esclaves condamné par les lois européennes après les différentes abolitions de l'esclavage. Certes l'esclave Comorien ou Africain était en droit libéré, mais en fait, il n'était pas maître de son destin puisqu'il était obligé de s'engager pour ne pas retomber en esclavage dans son pays ! on ne lui demandait pas son avis au moment de la transaction qui se déroulait entre le maître de l'esclave et le recruteur d'engagés. De nombreux engagés du Crédit Foncier Colonial sont recrutés selon ce système.

2 juillet 1901, un arrêté du gouverneur Paul Samary pour la laïciser les écoles, onze écoles de la colonie sont concernées.

La bataille engagée par les parlementaires réunionnais à la fin du XIXe siècle contre la centralisation, trouve un relais au Conseil général à partir de 1901. Une commission est nommée pour étudier un projet de réforme du système politique. Deux groupes s'affrontent :

- Le premier, majoritaire à l'Assemblée, mené par Jules Hermann, notaire à Saint-Pierre, veut que la colonie soit dotée d'une Constitution qui lui accorderait l'autonomie politique et financière au sein de la République Française. Il dénonce la méconnaissance des problèmes réunionnais par l'administration métropolitaine. " ... On a figure en France que nos mœurs sont a tel points arriérées que l'anthropophagie existe comme chez les peuplades isolées au cœur de l'Afrique ... ". Affirme Jules Hermann.

- Le deuxième groupe, représenté au Conseil général par Paul Dussac, propose l'assimilation de la Colonie à un département Français. Selon ce dernier " ... La Réunion ne peut être une colonie d'exception où les lois de la République Française ne s'appliquent pas, où les habitants ne sont pas considérés des citoyens français, mais comme des sujets que l'on régit à coups de décrets fantaisistes et d'arrêts spéciaux... ". Pour que la solidarité nationale joue, pour que les déficits ne soient plus un sujet d'angoisse pour les élus réunionnais, il désire que le budget de la Colonie soit géré par la Métropole. Paul Dussac n'est pas écouté par ses collègues.

30 décembre 1901, un arrêté promulguant le décret du 9 novembre 1901, règle les relations entre le gouverneur et le commandant supérieur des troupes aux colonies. Le commandant militaire est placé sous l'autorité du gouverneur ; sa façon de servir est appréciée par le gouverneur, qui transmet l'avis chaque année au ministre de la Guerre.


Naissance en 1901 :

13 août 1901, naissance de Paul Antoine Julien Boiteau. Le Père Julien Boiteau, directeur du séminaire de Cilaos et curé de la paroisse de Cilaos.



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Mercredi 22 Mai 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.