Histoire de La Réunion année 1939, Histoire de Bourbon La Réunion, les événements de l'année 1939.

Histoire de La Réunion année 1939

- Page précédente :: Année 1938 - Page puivante :: Année 1940


1 er septembre 1939, c'est la guerre, la TSF transmet le jour même la triste nouvelle à La Réunion. Attaque de la Pologne par Hitler.

2 septembre 1939, dans une allocution solennelle à la radio, le Gouverneur de La Réunion Joseph Urbain Court déclare : La mobilisation est décrétée. " qu'après avoir lutté pour la paix aux côtés de la Grande Bretagne jusqu'à la dernière minute, la France va défendre sa vie avec celles des peuples libres. Notre nation, debout aux côtés des alliés, répondra par la victoire aux défis cyniques portés par un chef barbare aux principes sacrés de la conscience humaine. Chacun fera son devoir jusqu'au bout ! ".

Journal septembre 1939

Pour la Réunion, comme pour la métropole, la guerre n'est pas une surprise. Les initiatives, les empiètements et les exigences croissantes d'Hitler, connus des Réunionnais, grâce à la TSF, la rendaient plus que prévisible. La Réunion est cependant loin d'être en mesure de supporter ce qu'implique une situation de guerre. L'île ne présente aucune défense réelle, tant sur le plan militaire qu'économique. L'épreuve va donc être particulièrement pénible.

3 septembre 1939, la mobilisation générale est décrétée. Il est également décidé que pendant la durée de la guerre, les ressources matérielles de La Réunion sont mises à la disposition du gouvernement central qui peut toujours obtenir toutes les prestations qu'il juge nécessaires, par accord amiable ou, à défaut, par réquisition. Enfin, le commerce extérieure de l'île, l'exportation des capitaux, les opérations de change et le commerce de l'or sont entièrement placés sous contrôle de l'État.

Pour assurer l'approvisionnent de la population locale en vivres, il est impératif tout d'abord de ne pas gaspiller les réserves. Le gouverneur Court prohiba donc les exportations ou réexportations de tous les produits de base : riz, maïs, farines, légumes secs et verts, bois, charbon, tissus, café, pommes de terre et tapioca. Pour lutter contre la spéculation en empêchant producteurs et commerçants de raréfier artificiellement l'offre pour faire monter les prix. Importateurs et grossistes et demi-grossistes sont tenus de déclarer auprès de l'administration, le 1er et le 15 de chaque mois, leurs stocks de riz, de viandes, poissons, légumes, pommes de terre, café, huile alimentaire, vins, sel, savons, combustibles, papiers et fûts métalliques. Dès septembre 1739, des prix maxima de vente au détail sont fixés pour le riz, la morue, le snook, l'huile d'arachide, les poids du Cap, le café, le sucre, le sel, le savon. Mais le gouvernement ne peut limiter son action à ces mesures d'urgence. La guerre risque d'être longue, il s'attache donc à encourager la production locale.

Septembre 1939, un Comité Consultatif de l'Économie Intérieure de la Guerre est créé, pour organiser le fonctionnement d'ensemble de la colonie. Dotée de pouvoir extraordinaire cette assemblée a à sa tête un Comité Directeur chargé de concevoir les plans généraux. Ceux-ci sont transmit aux Comités Communaux qui doivent les appliquer.

L'annonce de la mobilisation, le 1 er septembre 1939 et de la déclaration de guerre, 3 septembre 1939, provoque dans l'île, comme en 1914, un formidable élan patriotique. Les mobilisables affluent de tous les quartiers, vers la caserne Lambert de Saint-Denis, 15 000 à 20 000 hommes. La colonie n'est absolument pas en mesure de les héberger, les nourrir, les équiper et les acheminer sur le front. Seul un millier d'hommes sont retenu, les autres sont renvoyés dans leur foyer. L’afflux massif de volontaires contraint le responsable militaire de la place, la capitaine Plat, vétéran de la Première Guerre mondiale, à aménager plusieurs campements provisoires : un près de la caserne Lambert, un dans les locaux de l’école centrale de Saint-Denis et un troisième dans la ville du Port.

9 septembre 1939, un premier détachement d'un millier d'hommes embarque sur la Ville de Tamatave, seul navire disponible, pour la France. Dans l'urgence des préparations, les conditions de voyage sont exécrables. Neuf mobilisés meurent au cours du voyage et 147 autres doivent être hospitalisés à leur arrivée à Marseille. Les deux contingents suivants partent le 25 avril et le 5 mai 1940, avec successivement 800 et 1 200 mobilisés à bord. Le dernier contingent part le 17 juin avec 350 hommes. Au total, plus de 8 500 réunionnais sont mobilisés, l'essentiel, 6 000 hommes, sont enrôlé dans l'infanterie.

La quasi-totalité sont envoyés à Madagascar. Mais la France, cette fois n'est pas pressée de les recevoir, elle est sure de ses défenses et n'a guère besoin des coloniaux. Ceux-ci croupissent dans la Grande île. Quand le conflit va vraiment se déclarer, il sera trop tard, la plupart des soldats réunionnais, sans avoir combattu, reviendront au pays en 1940.

23 septembre 1939, le conseil général, alors réuni en session extraordinaire, vote à l’unanimité une taxe de défense active et passive de l’île et les dépenses pour la subsistance de la population. En outre cette session est l’occasion d’un geste social, début d’un mouvement qui prendra toute son ampleur après la guerre, la Colonie cède gratuitement un certain nombre de terrains, notamment dans le quartier de la Source à Saint-Denis, destinés à la construction d’habitations à bon marché.

Une série de mesures sont prises par le gouverneur pour assurer la défense de La Réunion. Cette défense est assurée par 250 fusils Lebel et 12 fusils mitrailleurs. Au port de la pointe des Galets, une batterie de 95 est installée avec 1 000 coups. Elle est placée sous les ordres du lieutenant Émile Hugot. Le gouverneur Court va mettre au point un plan d'évacuation de la ville de Saint-Denis en cas d'attaque. Par décret il va demander l'occultation des lampes donnant sur l'océan.

Joseph Urbain Court Gouverneur de La Réunion

28 octobre 1939, lors de la 2ème session ordinaire du Conseil Général, Urbain Joseph Court, explique les mesures prisent concernant les Travaux publics à La Réunion et son organisation : " A mon arrivée, son architecture administrative était luxueuse dans sa superstructure qui s'étendait à de multiples subdivisions formant autant de services complets. Cette organisation paradoxale correspondait aux besoins d'une Colonie de plusieurs millions d'habitants, et pour un peu, un Ingénieur eût été à la porte de chaque mairie, comme le facteur ou le percepteur. Ces Chefs de Travaux publics au petit pied, rivalisant d'émulation dans la dépense, étaient enlisés dans une paperasse que le Chef-lieu suffit, aujourd'hui, à faire pour toute l'île. Ils conduisaient en outre, du fond de leurs bureaux des travaux de toute nature, que fût d'ailleurs leur genre d'aptitude ou formation. Les chantiers livrés à des surveillants sans contrôle, souvent inaptes et surtout insuffisamment guidés, étaient d'un rendement déficient ; leur personnel sans aucune mauvaise volonté, travaillait comme pourraient le faire des agents retraités bénévoles à la recherche d'une occupation...

Mon arrêté du 25 août a supprimé cette organisation ; il a centralisé la comptabilité au chef-lieu. Il a créé trois arrondissements ayant chacun, à leur tête, un Ingénieur pérégrinant spécialisé, l'un dans les routes, un second dans les bâtiments et le troisième dans l'hydraulique. L'ancien système qui supposait l'universalité des compétence à tous les échelons explique qu'une caserne destinée à l'usage de cinq gendarmes ait pu coûter un million de francs. Du reste, très souvent aucun devis de travaux n'était établi et les dépassements étaient devenus la règle.

La nouvelle organisation permet aussi une meilleure utilisation des véhicules automobiles et du matériel routier en confiant l'exploitation de ce matériel à un seul organisme à Saint-Denis avec une annexe à St-Pierre au lieu de cinq comme auparavant ; et la même mesure est appliquée aux ateliers.

Le résultat le plus saillant obtenu de l'activité du service réside dans l'amélioration du rendement de la main d’œuvre...

D'ailleurs la comparaison entre les dépenses faites au 31 décembre et les dépense inscrites au budget donne une idée précise des résultats obtenue dans l'amélioration du rendement.

J'ai aussi entrepris l'aménagement de la place du Barachois, la continuation de son mur de protection, ainsi que la réfection de la jetée dans des conditions qui vaudront la surprise d'un port aménagé pour la pêche et pour les sports nautiques en même temps que celle de l'embellissement d'une place qui offre une perspective unique au bord de la mer et qui sera magnifique avec des jardins et pièces d'eau et les nombreux travaux en projet."

3 décembre 1939, le gouverneur Joseph urbain Court est admis à faire valoir ses droits à la retraite. Il quitte La Réunion le 15 février 1940.

22 décembre 1939, un comité chargé de la Surveillance des Prix et de la préparation des Arrêtés de taxation est constitués pour concevoir les mesures destinées à contenir l'augmentation des prix des produits de base. Le comité est composé des principaux responsables économiques de La Réunion, chef du bureau des affaires économiques, directeur du service des échanges commerciaux, le chef de la direction des douanes, les présidents de la Chambre d'Agriculture.

1939, éruption du volcan, le volcan émet des cheveux de Pelé, fins filets de lave qui seront responsable de la mort de plusieurs dizaines de vaches dans les hauts du Sud, par perforation intestinale.

1939, le téléphone moyen de communication moderne commence son apparition dans les foyers réunionnais. La Réunion compte en 1939, 1 410 abonnés dont 592 dans la seule ville de Saint-Denis, 99 à Saint-Pierre, 63 à la Pointe des Galets.


Naissance en 1939 :

25 Février 1939, naissance de Jacqueline Farreyrol. Auteur compositeur interprète.

22 juin 1939, naissance de Éric Boyer. Président du Conseil général : 8 octobre 1988 au 4 avril 1994.

16 octobre 1939, naissance de Daniel Honoré écrivain.

1939, naissance de Michel Blangy préfet de La Réunion du 26 mars 1984 au 9 avril 1986.


Décès en 1939 :

22 juillet 1939, décès de Ambroise Vollard Collectionneur Marchand d'art.



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Vendredi 18 Octobre 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.