La Sakay colonisation ou immigration réunionnaise à Madagascar 1952, Babetville.

La Sakay colonisation ou immigration réunionnaise à Madagascar 1952, Babetville


Page(s) liée(s) : Raphaël Jean-Baptiste Benjamin Babet :: Année 1952


Nombre de familles réunionnaises, au début des années 1950, vivent dans le marasme le plus total, la misère fait des ravages. Nombre de gens survivent avec peine sur des lopins de terre dérisoires qui ne suffisent pas à nourrir une famille. Pourquoi ne pas offrir à quelques centaines de familles, les plus démunies, des moyens d'existence décent ?. Cette idée naquit dans le cerveau du député maire de Saint-Joseph, Raphaël Babet, une idée simple et généreuse. La terre existe, pas loin, à Madagascar où d'immenses espaces sont encore vierge de tout occupant.

Raphaël Babet

Le conseil général s'enthousiasme pour le projet, le Crédit agricole se dit prêt à s'engager dans l'aventure, Raphaël Babet présente au FIDOM son idée. Elle rencontre un écho favorable. Car, sous la pression des élus et des responsables du département, Paris s’intéresse au dossier et décide non seulement de financer cette implantation, mais encore de la piloter.

1950. Une société d’État est créée, le Bureau d’études pour la production agricole (BDPA) présidé par Robert Delavignette. Il reçoit la mission de mener à bien une première expérimentation avec cinquante familles créoles Le site de La Sakay, du nom d'un fleuve La Sakay baignant la région (à 140 kilomètres environ dans l’Ouest de Tananarive), est choisi, de grandes surfaces sur les plateaux du Moyen-Ouest, à mi-parcours entre Tananarive et le canal de Mozambique, quelques milliers d'hectares où ne se rencontrent que de rares hameaux isolés et où le sol de latérite ne semble guère prometteur. Le pari semble de prime abord fou : régénérer des sols de latérite, implanter un noyau colonisateur où travailleraient de concert des Métropolitains, des Réunionnais et des Malgaches, mettre au point des structures économiques collectives viables, etc.

1952, les premiers volontaires réunionnais 16 familles, débarquent à La Sakay. En un temps record, le BDPA érige une véritable ville, Babetville. Tout est à faire, et principalement la formation des colons, peu habitués à la culture extensive et maniement d'engins lourds. Au début, les volontaires dorment sous la tente, s'initient à l'agriculture mécanisé, construisent routes et ponts pendant que des ouvriers venus de La Réunion bâtissent fermes et bâtiments administratifs. Un vaste plan de régénération des sols est entrepris et des croisements de race bovines sont opérés avec le Zébu malgache, résistant et goûteux mais relativement pauvre en viande. Dix ans plus tard, après l'indépendance de Madagascar, le régime de Philibert Tsiranana ne remettra jamais en cause les accords de La Sakay, la réussite est éclatante. Au plus fort du peuplement de La Sakay, plus de deux cents familles sont installées autour d'un village gonflé par les arrivées successives de Malgaches venus chercher du travail dans le nouvel Eldorado. Tous en trouveront et on verra même venir du grand Sud, des Antandroy, meilleurs gardiens de bétail de Madagascar. A côté du village indigène d'Ankadinondry se dressent les villas des enseignants et du personnel administratif de la SPAS, Société Professionnelle et Agricole de La Sakay. Sur les fermes, les cultivateurs disposent de plus de cent hectares, dont 50 entièrement cultivables. Ils y font pousser du riz, du manioc, du maïs, du soja, de l'arachide, ainsi que des cultures vivrières. Chaque fermier entretient également un cheptel porcin et bovin.

Babetville. La Sakay

La SPAS achète toutes les productions des fermiers. Deux système d'exploitation prévalent. Soit le fermier perçoit un salaire et en contrepartie, doit fournir un certain contingent de produits agricoles et de porcins : soit il exploite directement sa ferme avec tous les risques que cela comporte. Gros travailleurs, les Créoles choisissent presque tous la seconde formule et la plupart, au bout de quelques années, ont largement remboursé leurs dettes et jouissent de comptes en banque florissants. Presque tous sont propriétaires de leur matériel agricole.

A babetville, un Crédit agricole mutuel gère les revenus des fermiers pendant que la SPAS développe ce qui deviendra la deuxième porcherie du monde ! Une laiterie alimentée par les fermiers fournit presque exclusivement Tananarive en lait, beurre, fromage, yaourt, crème fraîche...

Une antenne du Bumidom ouvre un atelier de préformation professionnelle à l'intention de jeunes Réunionnais venus y effectuer des stages avant de se rendre en France. A ces réalisations s'ajoutent un atelier mécanique et une menuiserie. Toutes ces composantes sont dirigées par des Réunionnais mais la quasi totalité du personnel subalterne est malgache, avec des salaires dix fois supérieurs à ce qui se pratique dans la grande île. Une infirmerie est gérée par un médecin militaire et enfin un cercle restaurant accueille chaque week-end des Tananariviens en villégiature comme des Réunionnais venus chasser la sarcelle et l'oie sauvage.

Le vice-rectorat a monté une importante structure scolaire. Chaque zone de culture est pourvue d'une école primaire avec un ou deux instituteurs. A babetville, l'affaire prend une autre tournure avec une dizaine de classes primaires et un collège d'enseignement secondaire où élèves créoles et malgaches fraternisent. Les enseignants viennent essentiellement de La Réunion et quelques-uns de métropole. Le taux de réussite aux examens du Certificat du BE et du BEPC parlent : jamais moins de 90 % de réussite !

Pendant 20 années, La Sakay va vivre un véritable âge d'or, la SPAS étant devenue la première entreprise réunionnaise.

1972, la situation se dégrade très vite. En mai une mini révolte estudiantine signe le glas de la démocratie malgache. Peu après, un régime militaire s'installe, vite pris en main par Didier Ratsiraka, aidé par les Soviétiques, les Libyens et les Nord-Coréens Nationaliste à outrance, Didier Ratsiraka extrait son pays de la zone franc et procède à la nationalisation forcée de tout ce qui appartient aux étrangers. Dès 1975, les créoles sont invités à préparer leurs bagages. Le dernier réunionnais quitte le paus en 1978. Certains fermiers, ne supportant pas l'idée de quitter ce pays qu'ils avaient fini par considérer comme le leur, choisiront le suicide.

Malgré les promesses successives, les fermiers de La Sakay n'ont jamais été indemnisés. La plupart accepteront l'exil en France métropolitaine quelques-uns rentreront à La Réunion. Ils avaient tout réussi, ils avaient tout perdu. Mais les grands perdants, au bout du compte, sont peut être les Malgaches eux-mêmes, qui voyaient s'envoler salaires et avantages dont ils bénéficiaient au même titre que les Créoles.



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Dimanche 17 Novembre 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.