Histoire monétaire de La Réunion.

Histoire monétaire de La Réunion


Au milieu du XVIII siècle, il y a peu d'argent liquide à Bourbon. On pratique le troc et les employés de la Compagnie des Indes dans l'île sont payés en partie en nature, vin, eau-de-vie, tissus. L'absence de numéraire métallique est compensée par l'émission de papier-monnaie : billets de caisse ou lettres de change à payer au porteur. Le procédé est risqué. Les rares pièces sont vite enlevées de la circulation par les habitants afin de constituer des bas de laine. Le créole préfère être payé en balles de café ou en esclaves.

Extrait : Récit de Bory de Saint-Vincent en 1801 : Texte complet.
" On dépose ces balles ( de café ) dans des magasins publics, des gardiens en donnent un reçu qu'on nomme bon de dépôt, on trafique de ces bons, et l'on paie avec eux comme avec du numéraire; aussi à Bourbon conclut-on tous les marchés par bons et par balles. Certains propriétaires très riches n'ont pas souvent une piastre sous la main, et offrent du café pour tout ce qu'ils achètent."

Double sol

Les premières pièces pour les isles de France et de Bourbon ( Maurice, La Réunion ) sont fabriquées en 1723 à Pondichéry dans les Indes française. Elles sont fabriquées à l'instigation de la Compagnie des Indes. Photo au dessus : Double sol ou Grand Fanam en cuivre, cette pièce est recouverte d'une patine marron, diamètre 30.5 mm, poids 8,82 g.

La devise la plus recherchée, c'est la Piastre d'Espagne ; la pièce en argent est convertible partout dans le monde, sa valeur est stable et s'apprécie même vis-à-vis des autres devises : c'est la monnaie la plus forte du monde. Elle a cours légal dans l'île et on la préfère à la monnaie royale, c'est-à-dire l'écu, la livre tournois, frappée à l'origine à Tours, et ses déclinaisons : sols et deniers. Une libre vaut 20 sols ou 240 deniers et l'écu vaut 3 livres.

Piastre
ILES DE FRANCE ET BONAPARTE
Aigle impérial couronné, foudres en griffes

La piastre Decaen :
L'histoire de la frappe de cette monnaie est particulièrement intéressante, en voici les détails :
Pierre Bouvet, marin né à l'île de Bourbon ( île de la Réunion ), commande en 1809, l'Entreprenant, un brick de guerre de douze canons de 12, et de cent dix hommes d'équipage. Croisant près de Manille, Bouvet s'empare, le 20 octobre 1809, de l'Ovidor, de neuf cents tonneaux, armé de dix-huit canons de 12, et de cent soixante hommes d'équipage, appartenant à la Compagnie des Indes Hollandaises. Il trouve à bord de ce navire une riche cargaison de marchandises de Chine et de deux cents trente mille piastres renfermées dans des barils. Cette somme n'est pas composée seulement de numéraire : des lingots d'or et d'argent la complètent. Bouvet expédie sa prise à l'île de France ( île Maurice).

Piastre de decaen
DIX / LIVRES deux branches de laurier et d'olivier, en bas 1810.

A bout de ressources, le général Decaen, alors gouverneur de l'île de France, profita des matières d'or et d'argent provenant de l'Ovidor pour créer une nouvelle monnaie.

Un arrêté du 8 mars 1810 en donne les caractéristiques :

Pour la monnaie d'argent :
- Le titre sera de dix deniers.
- La taille sera de 9 pièces et un septième au marc.
- La valeur monétaire de chaque pièce sera de dix livres argent de la colonie (soit cinq francs).
- Leur diamètre sera de trois centimètres et neuf millimètres et leur épaisseur de deux millimètres.

Article II. Ces pièces porteront pour empreinte, d'un côté l'aigle impérial couronné, avec le millésime 1810 au-dessous, et ces mots : Isles de France et Bonaparte, pour légende ; de l'autre, ces mots […] 10 livres […] renfermés entre deux palmes de laurier et d'olivier ;[…] un cordon sur la tranche.

Lorsque les balanciers monétaires furent prêts, on frappa la monnaie d'argent, qui fut aussitôt mise en circulation. Quand arriva le moment de s'occuper de la monnaie d'or, les graves événements qui se déroulaient alors n'en permirent pas la frappe.

Kreutzers Kerveguen

Bourbon ( La Réunion ) utilise également les devises indiennes : la pagode, pièce d'or avec l'image d'un temple, déclinée en fanons, caches et doudous. En 1775, la pagode vaut 1 livre et 5 sols, le fanon 6 sols et 10,5 deniers, le cache 1,25 deniers et le doudou 5 deniers.

La compagnie des Indes est réticente à envoyer du numéraire en métal précieux à Bourbon. Elle le fera d'autant moins qu'après le naufrage du Saint-Géran, en 1774, au large de l'isle de France. Le vaisseau coula avec 54 000 piastres d'Espagne destinée à Bourbon, c'est une perte considérable.

Sous l'administration du gouverneur Joseph Murinay, Comte de Saint-Maurice, la colonie va être également confronté à une crise monétaire majeure, héritage de la Compagnie des Indes. C'est en effet La Bourdonnais qui en bute aux questions monétaires, met le premier en circulation des billets de caisse. Si les premières émissions sont bien acceptées, elles vont être suivies pas de nombreuses autres, plus rapprochées et plus massives. La Compagnie des Indes va se retrouver finalement incapable de garantir les billets en circulation. A la rétrocession de Bourbon au Roi, ce système de papier-monnaie est maintenu, les autorités royales se limitant à l'encadrer. C'est ainsi qu'en décembre 1776, les autorités décident d'émettre pour 510 000 livres tournois de billets, dont 250 000 pour Bourbon, destinés à remplacer toutes les émissions précédentes.

D'autres émissions vont suivre mais elles s'avèrent insuffisantes. Ont donc cours à Bourbon les billets nouvellement émis, les anciens billets qui auraient dû être détruits, divers bons et autres, ainsi que plusieurs espèces métalliques : sols, fanons, pagodes. Dans cette confusion totale, les piastres, dont la valeur monte très au-dessus du cours, sont très recherchées. Elles sont thésaurisées ou quittent la colonie. L'Édit royal du 28 août 1779 tente de mettre de l'ordre dans cette situation qui constitue un très lourd handicap pour Bourbon et sa population. Les autorités décident donc, une fabrication dans la monnaie de Paris, d'une certaine quantité d'espèces de billon qui ne pourra avoir cours que dans les Isle de France et Bourbon. En 1781, deux millions de pièces sont frappées et la suppression de papier monnaie est décidée.

11 juillet 1859, Gabriel Le Coat de Kerveguen, le plus gros propriétaire terrien de l'île, obtient l'autorisation de l'administration locale d'introduire sur ses domaines, pour payer ses engagés indiens, 227 000 pièces d'argent de 20 kreutzers.

Pierre Etienne Cuinier gouverneur de La Réunion décide le 5 mai 1879, de promulguer le décret du 22 avril 1879 qui étend à La Réunion le régime monétaire de la métropole. Désormais, toutes les monnaies étrangères qui circulent dans La Colonie doivent être retirées, circulent dans l’île des piastres espagnoles, des roupies et autres pagodes indiennes. La décision du gouverneur sème le désordre et ouvre une grave crise économique. Refusés par les commerçants qui perdent confiance, les Kreutzers, monnaie autrichienne introduite par Kerveguen en 1859, deviennent sans valeur et leurs propriétaires se sentent floués. La police supplie les commerçants de laisser leurs boutiques ouvertes et d’accepter les kerveguens. Ainsi, durant quatre mois d’avril à juillet 1879, l’économie réunionnaise se voit presque paralysée. Pour désamorcer la crise, Cuinier fait marche arrière et décide que les Kreutzers sont acceptés en l'acquit de l'impôt. Les critiques fusent de toutes parts contre le gouverneur Cuinier, accusé d'avoir agi dans la précipitation. De réunions en sessions extraordinaires, la colonie finit par opérer à ses frais le retrait des pièces. Toutefois, en juillet 1879, le tribunal condamna M. de Kerveguen à rembourser tous les kreutzers qu'il avait introduits.

25 décembre 1945. Par décret qui pris effet le 26 décembre 1945, le Franc CFA devient la monnaie légale de l'île de la Réunion. Ce décret fixe une nouvelle parité entre le Franc et le Franc des Colonies Françaises d'Afrique, ainsi que les francs des Colonies Française du Pacifique. Des unités monétaires d'inégales valeur furent instituées pour chacune des régions. Le CFA eut sa parité fixée à 1.70 Francs (métro). Le 17 octobre 1948, la parité du franc CFA passe à 2 Francs (métro).

Billet de 500 FRANCS CFA

Billet de 500 FRANCS CFA

Billet de 1000 FRANCS CFA

Billet de 1000 FRANCS CFA

Billet de 5000 FRANCS CFA

Billet de 5000 FRANCS CFA

1 er janvier 1975 suppression du franc CFA à l'île de la Réunion. Pour familiariser le public à ce changement, les deux monnaies le Franc CFA et le Franc métropolitain circulent simultanément pendant plusieurs mois.

1er janvier 1999, la monnaie de la France donc de La Réunion est l'euro. Depuis cette date et jusqu'à la fin de la période dite transitoire, le 31 décembre 2001, le franc subsistait comme " subdivision nationale de l'euro " le 1er janvier 2002, les unités monétaires nationales, donc le franc, ont disparu. Seul subsiste l'euro.



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Dimanche 15 Septembre 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.