Histoire Saint-Philippe La Réunion, création de la commune le 4 octobre 1830.

Histoire Saint-Philippe La Réunion.

Création de la commune de Saint-Philippe le 4 octobre 1830.



                                    Blason de La Commune de Saint-Philippe


Église de Saint-Philippe.


Warren Hasting.

Blason de la commune de Saint-Philippe.

En haut à gauche, les vagues et le dauphin évoquent la vocation maritime de Saint-Philippe.

En haut à droite, le volcan, une très grande partie du massif se trouve sur le territoire de la commune.

En bas, le tressage sur fond vert souligne l'artisanat du vacoa.



Histoire Saint-Philippe.

Le territoire actuel de Saint-Philippe était à l'origine la partie extrême du quartier de Saint-Joseph, créé en 1785 et qui s'étendait alors, de la Ravine à Panon au pays Brûlé. C'était un immense terrain de chasse et une grande forêt.

Saint-Philippe connaît ses premières installations de colons sous l'impulsion de Joseph Hubert. Dès 1735, les deux premières concessions sont attribuées. Ce n'est qu'en 1785 qu'un nouveau morcellement s'effectue, faisant ainsi 125 bénéficiaires. Elles tenaient compte du terrain presque entièrement fait de coulées volcaniques récentes qui restaient propriétés de l'État.

Par ordonnance du 14 octobre 1822, un second adjoint au maire de Saint-Joseph M. Leroy fut établi. Il devait présider la partie de la commune comprise entre Basse Vallée et la Ravine du Tremblet, qui prit le nom de section du Baril. Ce nom était celui de la ravine qui la traversait. Une première chapelle en bois est construite en 1823, elle est remplacée en 1836 par l'église actuelle, en même temps que la paroisse est érigée sous le vocable de Saint-Philippe.

Le 4 octobre 1830, par ordonnance du rois Louis Philippe, la dite section devient la commune de Saint-Philippe, elle prit ce nom en l'honneur du roi, les limites de la nouvelle commune sont, d'une part la ravine de Basse Vallée, et d'autre part le pays Brûlé. L'adjoint Leroy devint maire, et, à 11 heures du matin s'installa le premier conseil municipal.

A cette époque, les habitants vivent surtout des ressources de la pêche et de la forêt, notamment des cultures intensives du café et du maïs. Les cultures intensives du café et du maïs arrive par la suite. Malgré la dureté du travail, Saint-Philippe est un quartier où le nombre d'hommes libres reste toujours supérieur à celui des esclaves, contrairement aux autres communes de l'île.

Dans la seconde moitié de XIX siècle, les grandes propriétés se convertissent à l'exploitation de la canne à sucre et formèrent les propriétés du Baril, Mare Longue et Trinité avec les usines de Baril et Trinité. Suite à la découverte en 1841 par l'esclave Edmond Albius de la fécondation artificielle de la vanille, cette dernière prend à Saint-Philippe un essor considérable. La commune devient deuxième productrice de l'île.


Dernière mise à jour : Mercredi 20 Septembre 2017   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2017

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Liens commerciaux.


Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+