Jacques de La Heure Gouverneur de La Réunion du 11 mai 1671 au 01 décembre 1674, personnage célèbre de La Réunion.

Jacques de La Heure dit La Hure.

Gouverneur de La Réunion du : 11 mai 1671 au 01 décembre 1674.

Gouverneur précédent : Étienne Régnault :: Gouverneur suivant : Henry Hesse d'Orgeret.

Liste chronologique des gouverneurs de La Réunion.

Jacques de La Heure dit La Hure.

Navires de la Compagnie des Indes Orientales


Rade de Saint-Denis à Bourbon


Manchy, chaise à porteurs

- Nom : Heure.
- Prénom(s) : Jacques.
- Naissance : Date de naissance inconnue.
- Décès : Date de décès inconnue.



Le 1 er mai 1671, la flotte de Jacob de la Haye mouille à Saint-Denis.

Cette flotte envoyée aux Indes sous le commandement de Jacob de La Haye, appelée, L'escadre de Perse, quitte Rochefort, le 29 mars 1670. Elle comprend outre le navire amiral, Le Navarre, quatre vaisseaux, Triomphe, Jules, Saint-Jean de Bayonne et Flamand, une frégate, Diligente, trois flûtes, Europe, Indienne et Vautour.

Le 5 mai, à tous les habitants ( 50 ) assemblés, Jacob de La Haye se fait reconnaître pour, Vice-roi, Amiral et lieutenant Général pour le Roy en tous les pays des Indes, il leur fait prêter serment et prend officiellement la possession de l'île.

Le 17 juin avant de repartir de Bourbon, Jacob de La Haye remplace Etienne Régnault par Jacques de la Heure dit la Hure, cet ancien capitaine d'infanterie n'est pas, comme Régnault, choisi par le conseil des habitants. Il est nommé par l'Amiral de La Haye et installé le lundi 11 mai devant les troupes et la population assemblées au Port de Saint-Denis.

Jacques de La Heure, d'abord va s'acquitter de sa charge de gouverneur avec la raideur et la rigueur militaire mais par la suite, il rencontre des difficultés relationnelles avec la population, et l'alcool aidant il devient brutal et intolérant. Il s'en prend violemment au capitaine Duclos du navire Breton, arrivé en septembre 1671, et qui avait mouillé à Saint-Paul plutôt qu'à Saint-Denis. Il lui refuse secours et rafraîchissements alors qu'il a 400 hommes à bord ayant souffert de la traversée.

Son comportement avec les colon n'est pas meilleur, les vexations sont nombreuses, défense de vendre ou de troquer avec les vaisseaux en rade, interdiction de manger, sans sa permission, la volaille ou le cochon qu'ils élèvent pour eux-mêmes. La chasse est interdite.

Il est dit ( archives de France, série M.M., 530 à 533 ). Que de La Hure était un scélérat impie, ne craignant ni Dieu ni les hommes, un forcené jouant la folie furieuse que les grandes chaleurs tropicales contribuaient à mettre hors de lui ; il marchait toujours son mousqueton chargé à ses côtés. C'est lui qui tua Vérron, ( son adjoint, magasinier ) en déchargeant tout simplement son arme sur lui.

Il lui arrivait de s'en prendre au ciel, au soleil, de ses souffrances provoquées par la chaleur. Il faisait supporter aux habitants toutes sortes de vexations; aussi la plupart des colons qui s'étaient établis sur les dunes de Saint-Paul prirent le parti de s'enfuir dans le sud de l'île avec femmes, enfants et animaux; ils s'arrêtèrent dans un endroit plat et désert, couvert d'arbres de haute futaie, lieu désigné aujourd'hui sous le nom de Grand Bois à quatre ou cinq kilomètres au-delà du quartier qu'on appela plus tard la Rivière d'Abord, et ensuite Saint-Pierre.

Parmi ces émigrants nous voyons figurer les noms de Pierre Cadet, Hoareau, Folio, Rouloff et autres que l'on peut considérer comme les ancêtres de la population Saint-Pierroise.

A la moindre fantaisie, de La Hure réquisitionnait les habitants et se faisait porter en manchy ( chaise à porteurs ). Un jour, ses porteurs complotèrent de le jeter au rempart au premier voyage qu'ils auraient à faire de la Possession à Saint-Denis. Le complot fut découvert par lui ; arrivé à l'endroit appelé plus tard la Ravine à Malheur, il fit déposer son manchil, et déchargea son fidèle mousqueton sur ces hommes, en tua un, les autres prirent le chemin de la forêt, et courent encore. C'est de cet acte de justice expéditive qu'a pris son nom la Ravine à Malheur.

L'information sur le comportement de La Heure étant parvenue en France, la Compagnie l'ordonne, le 27 février 1673, de rentrer en France sur la Dunkerkoise. En vain.

Le 19 novembre 1674, les rescapés de l'escadre vaincue de Jacob de La Haye retournent à Saint-Denis. Ils arrivent sur deux vaisseaux prêtés par les vainqueurs hollandais : le Velse et le Ramequin. Jacob découvre la situation de quasi-insurrection de l'île.

Le 22 novembre, La Heure est révoqué, mis aux fers et rapatrié en France.

1 er décembre 1674, Jacob de La Haye nomme Henry Hesse d'Orgeret, Gouverneur de Mascareignes, celui-ci est un capitaine de troupe. De la Haye met en place l'administration de l'île avec Germain de Fleurimont comme lieutenant, adjoint au commandant, et un cordelier, le Père Bonnet pour les affaires religieuses. Il pense avoir trouvé en la personne de d'Orgeret un homme agréable qui sera instaurer la paix civil.

Avant de repartir le 2 décembre 1674, Jacob de La Haye laisse une charte pour la bonne administration de l'île. Avec 25 articles, c'est la première constitution de l'île Bourbon. Ordonnance de Jacob de La Haye 1674.

En France, Jacques de La Heure est jugé pour l'assassinat de son adjoint Véron. Il est exécuté, pendu haut et court.




Dernière mise à jour : Vendredi 31 Mars 2017   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2017

Sources Bibliographiques.

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Liens commerciaux.


Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+