Jean Baptiste Charles Bouvet de Lozier gouverneur de Bourbon. Personnage célèbre de l'île de La Réunion

La Réunion
Cherchez une page sur le site
www.mi-aime-a-ou.com

 
Promo Séjour La Réunion   Navigation :: Accueil :: Histoire de La Réunion ::  Personnages célèbres de La Réunion :: 
    Recherche par :: Liste alphabétique :: Liste année de naissance
    Rubrique   :: Artiste :: Divers :: Écrivain :: Gouverneur :: Militaire ::  Politique :: Préfet :: Religion :: Scientifique
       

Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+
 
 
 ITC Tropicar
 Location de voitures
 à La Réunion
 5 % de remise en ligne
  itctropicar.com
 
 Aide pour vos vacances
 Help-vacances
 Hôtels, gîtes, locations
 saisonnières, campings
 help-vacances.com
 
 

 

 

Jean Baptiste Charles Bouvet de Lozier.

Gouverneur de La Réunion.

 

Gouverneur précédent :: Joseph Brénier:: Gouverneur suivant :: François Jacques Bertin

 
   
 
Bourbon (La Réunion ) est subordonnée à l'île de France ( Maurice ). Gouverneur des deux îles : Bertrand François Mahé de La Bourdonnais. ( 1735 - 1746 ) et David Barthélemy ( 1746 - 1750 ).
 
     
  - Gouverneur de La Réunion du 02 octobre 1750 au 14 décembre 1752. Premier mandat.
- Gouverneur de La Réunion du 21 janvier 1756 au 11 juillet 1757. Deuxième mandat.
- Gouverneur de La Réunion du 19 octobre 1757 au 06 septembre 1763. Troisième mandat.
     
 

Jean Baptiste Charles Bouvet de Lozier est né en Bretagne le 14 janvier 1706.

Il rentre dans la marine à l'age de 17 ans et, il devient premier lieutenant d'un vaisseau de la Compagnie des Indes en 1731, naviguant sur les mers chaudes de Chine et de l'Inde.

Jean Baptiste Charles Bouvet de Lozier à la découverte des Terres Australes.

C'est en 1734 que Jean-Baptiste Bouvet de Lozier, clairement influencé par les Mémoires de Paulmier, propose un projet pour découvrir les Terres Australes. Pendant sa jeunesse, il avait témoigné beaucoup d'intérêt pour les terres australes et en partant à leur recherche, il réalise un rêve d'enfance. Voulant plus de détails qu'il n'en trouve chez Paulmier, il cherche l'original de la relation de Gonneville pour pouvoir organiser son voyage avec précision. Finalement, il doit pourtant compter sur Paulmier seul puisque les autorités à Rouen lui disent qu'ils n'ont pas de documents datant d'avant 1600.

Bouvet entreprend donc la recherche de la Terrre de Gonneville selon Paulmier.

Dans la pétition qu'il présente à la Compagnie, il donne sur la Terre de Gonneville les mêmes détails qu'on trouve chez Paulmier, en même temps que les arguments de celui-ci concernant la possibilité d'installer une colonie dans les Terres Australes et la nécessité de convertir les habitants au christianisme.

Le but principal de Bouvet, c'est de chercher de nouveaux comptoirs de commerce et de trouver une base maritime sur la route des Indes.

Sa première requête, sous la forme de mémoire à la Compagnie daté de 1734, sollicite la permission de partir à la recherche des Terres australes. Deux autres Mémoires suivent et enfin en 1738, bouvet obtient la permission qu'il cherche.

En 1738, Bouvet avec l'appui de Dupleix parti pour Lorient le 19 juillet dans les frégates l'Aigle et le Marie, avec Hay comme adjoint.

L'expédition traversa l'équateur le 8 septembre et alla vers l'Ouest, arrivant le 18 novembre à l'Isle Sainte Catherine près de la côte du Brésil. Bouvet tourna alors vers le Sud-est, sa direction étant déterminée par les cartes de De Lisle qui situait dans cette région la Terre de Vue. Quoique ce fût presque le milieu de l'été, il continuait à faire froid et ils ne trouvèrent aucune trace de la Terre de Vue.

Le 1er janvier 1739, ils aperçurent pourtant une terre élevée à 54°20 de latitude et à 25°47 de longitude. Bouvet de Lozier la nomma le Cap de la Circoncision, et crut que cette terre faisait partie des Terres australes. Ils essayèrent de l'aborder pendant douze jours mais n'y arrivèrent pas à cause de la glace, du vent et de la neige.

Bouvet retourna au cap de Bonne-Espérance qu'il quitta le 31 janvier 1739 et rentra en France le 24 juin.

 

 

Hemisphere meridional pour voir plus distinctement les Terres Australes

Carte des Terres Australes de Philippe Buache

Henri François d'Aguesseau

 
 

A son retour, Bouvet écrivit une lettre à la Compagnie :

" messieurs, j'ai le chagrin de vous dire que les Terres Australes... sont aussi de beaucoup trop reculées vers le Pôle pour servir de relâche aux vaisseaux des Indes. "

Dans cette même année où Bouvet rentrait de son voyage, 1739, le cartographe Philippe Buache publia une carte qui incorporait les découvertes de Bouvet. Grâce à cette expédition, il fut le premier à décrire les gigantesques icebergs tabulaires, que l’on ne trouve que dans les latitudes sud extrêmes, des densités de baleines inconnues jusque-là et un drôle d’animal : le manchot !

Aujourd'hui une toute petite île de 48 km2, dans l'Atlantique Sud, porte le nom de Bouvet. Une calotte glaciaire recouvre presque entièrement son sol volcanique. Longtemps possession française (1739-1927), elle est maintenant norvégienne.

Bouvet retourne dans l'Océan Indien en 1746 et participe à l'aventure française aux Indes. Il va secourir Dupleix assiégé à Pondichéry ; il est fait chevalier de Saint-Louis avant de rentrer en France à la paix de 1749.

Le 21 mars 1750, Jean Baptiste Bouvet de Lozier prête serment comme gouverneur de l'île Bourbon, devant le chancelier d'Aguesseau à Paris.

A bourbon il sillonne l'île dans tous les sens et va saisir les autorités royales de nombreux mémoires sur l'état de la colonie.

Dans l'un de ses premiers mémoires, il demande de séparer le gouvernement des îles de France et de Bourbon. A ses yeux, le développement de Bourbon passe par un gouvernement autonome.

C'est sous son gouvernement qu'est intensifiée la guerre aux Marrons. A toute personne qui capture vivant un Marron ou qui ramène la main gauche d'un Marron abattu, Bouvet de Lozier donne un esclave. Une telle mesure réactive le zèle d'une partie de la population et permet à François Mussard de donner la pleine mesure de ses capacités. De nombreux chefs marrons : Mafate, Sarcemate, Laverdure sont abattus lors des expéditions de François Mussard ce qui lui vaut comme récompense de Louis XV un fusil portant en lettres d'or l'inscription : Donné par le Roy.

Le Gouverneur va se préoccuper de la question d'un port à Bourbon. Après avoir fait le tour de l'île, il va arrêter son choix sur Saint-Pierre. Il étudie lui-même les abords du bassin Saint-Pierrois et fait construire des jetées pour l'abriter. Il développe également les communications dans l'île, en faisant construire la route de la Plaine et en prolongeant celle de Saint-Benoît à Sainte- Rose.

Bouvet de Lozier se préoccupe également de l'éducation, l'instruction à Bourbon n'existe pas. Le gouverneur y remédie en favorisant l'établissement d'un collège. Le collège Saint-Cyprien de Saint-Denis ouvre ses portes en 1759, il accueille les jeunes créoles des îles de France et de Bourbon.

Jean-Baptiste Bouvet de Lozier sera gouverneur particulier de Bourbon en trois périodes distinctes, ses compétences l'amènent à faire l'intérim au gouvernorat générale des îles de France et de Bourbon. Il se maria deux fois. La première avec Pauline de David, le 14 mars 1750, elle meurt à Saint-Denis le 11 décembre 1757, puis la seconde fois avec Marie-Hyacinthe-Madeleine de Léaumont, dont il aura un enfant le 20 juillet 1770, Athanase Hyacinthe Bouvet de Lozier, qui sera gouverneur de Bourbon du 6 avril 1815 jusqu'au 30 juin 1817.

Après son séjour aux îles, Jean Baptiste Charles Bouvet de Lozier se retire à Vauréal, dans le Val-d'Oise. Il est anobli en janvier 1774, il y meurt vers 1788.

 

 

 

 
 
   
  Voir les infos rajoutées sur cette page      Compléter les informations de cette page
   
  La dernière information ou le dernier commentaire de cette page : 
   
  Impossible d'effectuer la requête pour trouver les commentaires pour le site

Voici le message d'erreur renvoyé par la base de données :
1146 : Table 'miaimeaou1.commentaires_pages' doesn't exist