Joseph Murinay Comte de Saint-Maurice gouverneur de Bourbon. Personnage célèbre de l'île de La Réunion

La Réunion
Cherchez une page sur le site
www.mi-aime-a-ou.com
 
Promo Séjour La Réunion   Navigation :: Accueil :: Histoire de La Réunion ::  Personnages célèbres de La Réunion :: 
    Recherche par :: Liste alphabétique :: Liste année de naissance
    Rubrique   :: Artiste :: Divers :: Écrivain :: Gouverneur :: Militaire ::  Politique :: Préfet :: Religion :: Scientifique
       

Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+
 
 
 ITC Tropicar
 Location de voitures
 à La Réunion
 5 % de remise en ligne
  itctropicar.com
 
 Aide pour vos vacances
 Help-vacances
 Hôtels, gîtes, locations
 saisonnières, campings
 help-vacances.com
 
         
 

 

 

Joseph Murinay Comte de Saint-Maurice.

Gouverneur de La Réunion du 25 mai 1779 au 22 août 1781.

 

Gouverneur précédent :: François de Souillac :: Gouverneur suivant :: Alexandre François Chalvet Baron de Souville

 
     
Bourbon (La Réunion ) est subordonnée à l'île de France ( Maurice ).
     

Le 2 mai 1779, François de Souillac prête serment en qualité de gouverneur des Isles de France et de Bourbon. Il nomme Joseph Murinay, comte de Saint-Maurice pour lui succéder à Bourbon.

Joseph Murinay, colonel au Régiment de l'île de France, prend son poste à Bourbon le 25 mai 1779.

Révolte d'esclaves pentecôte 1779.

C'est avec la dénonciation d'un complot d'esclaves que démarre l'administration de Saint-Maurice. Le jour de sa prise en fonction on signale le regroupement dans l'Est de la colonie, de près d'une soixantaine d'esclaves des quartiers de Sainte-Suzanne et de Saint-André.

La rumeur prête alors à ces esclaves, l'abominable projet de massacrer tout les blancs des environs,. Ce projet, qui doit être mis en exécution le jour de la pentecôte pendant que les maîtres seraient à l'église, est pris très au sérieux par les administrateurs. D'importantes mesures de sécurité sont alors arrêtées. La milice est mobilisée, des patrouilles sont organisées et des renforts du régiment de l'Isle de France sont sollicités. Le complot éventé, une vague d'arrestation est déclenchée, les administrateurs de Bourbon veulent donner un exemple et installer durablement la peur dans l'esprit des esclaves.

Parmi les personnes impliquées dans le complot, il y avait un certain Bernard, esclave d’un propriétaire du nom de Moreau. Il s’agissait d’un esclave créole, donc né à Bourbon. Sachant le sort qui l’attendait, il préféra se donner la mort en s’étranglant avec ses liens, dans sa cellule. Le Conseil colonial, informé, décida quand même que son procès aurait lieu : celui-ci, bien que décédé, fut condamné à être traîné par un cheval, sur une claie, la face retournée vers la terre, dans les rues du quartier de Saint-André. Après quoi, il serait pendu par les pieds à une potence sur la place du bazar et laissé là 24 heures avant que l’on ne jette sa dépouille à la voirie.

Un certain Sergé ayant fait appel de la décision, car il espérait, des juges, un peu plus d’humanité, on recommença le procès et le tribunal prit le même jugement. L’homme était mort depuis trois semaines. On le déterra, car entre temps, on l’avait inhumé et on lui fit subir son horrible supplice. On dit que les spectateurs étaient nombreux : les esclaves contraints d’assister aux évènements pour que la peur les habite à jamais, les maîtres se délectant de leur vengeance, et les badauds généralement attirés par des scènes de ce genre.

Saint-Maurice note également :

" Deux esclaves ont été condamnés à être rompus vifs, brûlés ensuite, leurs cendres jetées au vent ... Deux autres ont été condamnés à être pendus et brûles, leurs cendres jetées au vent... Deux autres ont été fouéttés, marqués, et sont condamnés aux galères perpétuelles... Un autre y est aussi condamnés pour un an. Enfin, un dernier en a été quitte pour assister avec ceux qui n'ont pas péri, la corde au col, au supplice des autres ".

 

Pièce de 3 sols 1779, Bourbon et île de France

Monnaie commune à l'île de France et à l'île Bourbon frappée en 1779 par la Monnaie de Paris.

Inscription :

3 SOLS A L'ISLE DE FRANCE ET DE BOURBON

Monnaie : Pièce de 3 sols 1779, Bourbon et île de France

Inscription :

LOUIS XVI. R. DE FR ET DE NAV

Une couronne et trois lis.

 

 
 

Sous l'administration de Joseph Murinay, Comte de Saint-Maurice, la colonie va être également confronté à une crise monétaire majeure, héritage de la Compagnie des Indes. C'est en effet La Bourdonnais qui en bute aux questions monétaires, met le premier en circulation des billets de caisse.

Si les premières émissions sont bien acceptées, elles vont être suivies pas de nombreuses autres, plus rapprochées et plus massives. La Compagnie des Indes va se retrouver finalement incapable de garantir les billets en circulation.

A la rétrocession de Bourbon au Roi, ce système de papiers-monnaie est maintenu, les autorités royales se limitant à l'encadrer. C'est ainsi qu'en décembre 1776, les autorités décident d'émettre pour 510 000 livres tournois de billets, dont 250 000 pour Bourbon, destinés à remplacer toutes les émissions précédentes.

D'autres émissions vont suivre mais elles s'avèrent insuffisantes. Ont donc cours à Bourbon les billets nouvellement émis, les anciens billets qui auraient dû être détruits, divers bons et autres, ainsi que plusieurs espèces métalliques : sols, fanons, pagodes. Dans cette confusion totale, les piastres, dont la valeur monte très au-dessus du cours, sont très recherchées. Elles sont thésaurisées ou quittent la colonie.

L'Édit royal du 28 août 1779 tente de mettre de l'ordre dans cette situation qui constitue un très lourd handicap pour Bourbon et sa population.

Les autorités décident donc, une fabrication dans la monnaie de Paris, d'une certaine quantité d'espèces de billon qui ne pourra avoir cours que dans les Isle de France et Bourbon. De 1779 à 1781, deux millions de pièces sont frappées et la suppression de papier monnaie est décidée.

L'administration de Saint-Maurice est également marquée par d'importantes catastrophes naturelles où alternent de violents cyclones et des sécheresses tenaces. Récoltes de blé, de maïs et de riz subissent des pertes considérables et plongent la colonie dans la disette.

En août 1781, Alexandre François Chalvet, Baron de Souville, succède au Comte de Saint-Maurice.

 

 

 
 
   
  Voir les infos rajoutées sur cette page      Compléter les informations de cette page
   
  La dernière information ou le dernier commentaire de cette page : 
   
  Pas de commentaire ajouté


 
  Liste des Gouverneurs de l'île de La Réunion
   
   Etienne Régnault
Jacques de la Heure Henry Hesse d'Orgeret
Germain de Fleurimont Bernardin de Quimper
Jean-Baptiste Drouillard Henry Habert de Vauboulon
Michel Firelin Directoire de Saint-Paul
Joseph Bastide Jacques de La Cour
Jean-Baptisite de Villers Michel François des Bordes de Charanville
Pierre Antoine Parat Henry de Justamond
Joseph de Beauvollier de Courchant Antoine Labbé dit Desforges Boucher
Hélie Dioré de Périgny Pierre Benoît Dumas
Mahé de La Bourdonnais Charles Lemery Dumont
Pierre André d'Héguerty Didier de Saint-Martin
Jean Baptiste Azéma Gérard Gaspard de Ballade
Joseph Brénier Bouvet de Lozier
François Jacques Bertin Martin Adrien Bellier
Guillaume Léonard de Bellecombe Jean Guillaume de Steinauer
François de Souillac Joseph Murinay Comte de Saint-Maurice
Alexandre François Chalvet Baron de Souville Claude Élie Dioré de Périgny
David Charpentier de Cossigny Dominique Prosper de Chermont
Jean Baptiste Vigoureux Comte Duplessis Pierre Alexandre Roubaud
Philippe Antoine Jacob de Cordemoy François Louis Magallon Comte de La Morlière
Nicolas Ernault de Rignac Baron des Bruslys Chrysostome Bruneteau de Sainte-Suzanne
Robert Townsend Farquhar Henry Sheehy Keating
Athanase Hyacinthe Bouvet de Lozier Hilaire Urbain de Lafitte du Courteil
Pierre Bernard Milius Louis Henri De Saulses de Freycinet
Achille Guy Marie de Cheffontaines Etienne Henry Duval d'Ailly
Jacques Philippe Cuvillier Anne Chrétien Louis de Hell
Charles Léon Joseph Bazoche Joseph Graëb
Sarda Garriga Marie Bon Ézéchiel Barolet de Puligny
Louis Isaac Pierre Hilaire Doret Hubert Delisle
Rodolphe Augustin Darricau Marie Jules Dupré
Louis Hyppolite de Lormel Pierre Aristide Faron
Pierre Etienne Cuinier Etienne Antoine Guillaume Richaud
Jean Baptiste Lougnon Aimé Louis Édouard Manès
Henri Éloi Danel Henri Charles Roberdeau
Laurent Marie Émile Beauchamp Paul Samary
Adrien Bonhoure Camille Lucien Xavier Guy
Philippe Émile Jullien François Pierre Rodier
Hubert Auguste Garbit Pierre Louis Alfred Duprat
Frédéric Estèbe Maurice Pierre Lapalud
Jules Vincent Victor Repiquet Alphonse Paul Albert Choteau
Léon Hippolyte Claudius Truitard Joseph Urbain Court
Pierre Émile Aubert André Capagorry