Michel Firelin Gouverneur. Personnage célèbre de l'île de La Réunion 974

La Réunion
Cherchez une page sur le site
www.mi-aime-a-ou.com
 
Promo Séjour La Réunion   Navigation :: Accueil :: Histoire de La Réunion ::  Personnages célèbres de La Réunion :: 
    Recherche par :: Liste alphabétique :: Liste année de naissance
    Rubrique   :: Artiste :: Divers :: Écrivain :: Gouverneur :: Militaire ::  Politique :: Préfet :: Religion :: Scientifique
       

Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+
 
 
 ITC Tropicar
 Location de voitures
 à La Réunion
 5 % de remise en ligne
  itctropicar.com
 
 Aide pour vos vacances
 Help-vacances
 Hôtels, gîtes, locations
 saisonnières, campings
 help-vacances.com
 
         

 

 

Michel Firelin.

Gouverneur de La Réunion : du 4 mars 1691 au 29 avril 1694.

 

Gouverneur précédent :: Henry Habert de Vauboulon :: Gouverneur suivant :: Le Directoire de Saint-Paul

 
     
 

Michel Firelin, né vers 1667 à Montivilliers, archevêché de Rouen, de Clément Firelin et de Catherine Colas.

Comment et pourquoi, le jeune Firelin, Il a 24 ans, se retrouve gouverneur de Bourbon en 1691 :

A l'instigation du Père Hyacinthe et de Firelin, procureur du Roi, les habitants tendent au gouverneur, Henry Habert de Vauboulon, un guet-apens, le dimanche 26 novembre 1690. En pleine messe, à la chapelle de Saint-Denis, il est arrêté. On le mène au cachot. Par prudence on neutralise les proches de Vauboulon : son valet, Simon-Louis de La Citerne, et Bidon, le greffier. Les affaires courantes sont expédiées par le duo Hyacinthe, Firelin. Le Père Hyacinthe refuse la proposition d'assurer la charge de gouverneur et propose Firelin. Les habitants de Boubon élisent Michel Firelin le 4 mars 1691 :

 

 

Carte de Bourbon 1600 - 1700

 
 

" Nous, habitants de l'Ile Bourbon, voyant que Monsieur de Vauboulon Gouverneur pour le Roi en cette Ile a été mis dans le cachot pour les mauvais traitements qu'il nous a faits et menaçait de nous faire journellement, nous sommes assemblés pour élire un Commandant dans ladite ile en attendant nouvel ordre pour en prendre soin afin que tout se maintienne en paix et en ordre, et avons pour cet effet prié et élu le sieur Michel Firelin, Commis pour Messieurs de la Royale Compagnie des Indes Orientales de France de vouloir accepter cet emploi, promettant de lui obéir et de le maintenir en tout ce qui sera pour le service de Sa Majesté très Chrétienne, et pour le bien de ladite Ile ; en foi de quoi nous avons signé le présent à St Denis, Ile Bourbon, le quatrième jour de mars mil six-cent quatre- vingt-onze. "

Michel Firelin se retrouve donc gouverneur, pendant que l'ancien commandant de Bourbon est au cachot, la tâche n'est pas facile. Il n'a aucune réaction quand on pille les biens de la Compagnie après l'incarcération de Vauboulon. En sus des marchandises, 2 400 livres furent volées par les colons.

La chasse et le commerce avec les forbans reprirent de plus belle.

En fait Firelin prend ses directives du Père Hyacinthe qui ne signe aucun acte.

Conformément aux missions d'un gouverneur, Firelin rédige un mémoire sur l'état de l'île, organise un recensement de la population et attribue des concessions.

Recensement de Firelin, 1690 : " Liste des habitants de l'isle Bourbon, enfants et nègres ".

- 46 chefs de famille installés sur autant d'habitations et répartis comme suit :

- Quartier de Saint-Paul : 23 familles, plus un vieil nègre de Saint-Omer.
- Quartier de Saint-Denis : 8 familles, plus 12 nègres du Roy, plus 2 français, petit et Perrot.
- Quartier de Sainte-Marie : 3 familles.
- Quartier de Sainte-Suzanne : 12 familles, plus 6 personnes diverses.

3 mai 1692 sous la responsabilité de gouverneur Firelin, débute le procès du valet de l'ancien gouverneur vauboulon. Le valet Simon Louis de la Citerne est accusé de complot de mort contre Firelin et de tentavie d'évasion de son maître Vauboulon. La cour martiale nommée par les habitants, le condamne à mort le 6 mai 1692 et le fait fusiller peu après. La sentence du 6 mai 1692 :

Nous, habitants de l'Ile Bourbon soussignés à tous ceux qui ces présentes lettres verront, vues les dépositions faites contre Simon Louis de La Citerne suivant l'assassinat qui se devait par lui commettre tant à la personne dudit Sr Firelin, Commandant de ladite Isle, que au Révérend Père Hyacinthe, capucin et missionnaire apostolique en ladite Ile et au frère Anthoine de Lannion son compagnon, vu aussi l'interrogatoire subi par ledit La Citerne, les témoins devant lui confrontés, comme aussi ledit assassinat par lui avoué et signé, le tout considéré, Nous avons condamné ledit Simon Louis de La Citerne à être arquebusé jusqu'à ce que mort s'ensuive, Nous avons condamné Paul Désiré d'accompagner ledit Simon Louis de La Citerne au lieu du supplice pour avoir celé ledit assassinat et de retourner après l'exécution faire chez Julien Robert, habitant de Sainte-Suzanne comme il y était ci-devant, lui faisant défense à l'avenir de découcher de chez son hôte ni d'avoir aucune correspondance avec ceux qui sont accusés pour complices à peine de subir le même châtiment dudit La Citerne, Nous avons aussi condamné Jacques Fontaine, habitant de St-Paul de n'avoir aucune correspondance avec ceux qui sont accusés pour complices, lui faisant défense à l'avenir et à ses enfants de passer la Rivière du Galet et de ne se mêler d'aucunes affaires sans l'ordre dudit Sr Firelin, Commandant, à peine de subir le même châtiment dudit La Citerne, et ordonnons que la présente soit exécutée selon la forme et teneur, donné au Fort St-Denis Ile Bourbon ce sixième jour de mai mil six cent nonante et deux.

Le 18 août 1692, Henry Habert de Vauboulon meurt dans sa cellule. Le lendemain, les derniers sacrements sont rendus à l’ancien gouverneur ; mais très rapidement, le bruit court qu’il a été empoisonné. L'acte de décès établi par le Père Hyacinthe est ainsi rédigé :

" Le 18 d'août 1692, Henry Habert, sieur de Vauboulon, gouverneur de la part du Roy en cette isle de Bourbon, fut trouvé mort d'une maladie de deux mois, en la prison de Saint-Denis, où il était depuis le 26 novembre 1690, pour les mauvais traitements et les vexations exorbitantes qu'il faisait au peuple, ayant le même jour appris cette triste nouvelle, j'assemblay incontinent tous les habitants de ce quartier de l'isle où je me trouvais alors pour leur en faire part, et le lendemain ... je luy fis un service avec messe, où l'on fit cinq coups de mousqueterie ... ". Une autopsie est pratiqué qui ne confirme pas l'empoisonnement.

Michel Firelin va indemniser les créanciers de Vauboulon en liquidant les biens du gouverneurs.

Ainsi nous voyons, dans une des études des notaires de Saint-Paul, des reçus données en 1692 et 1693, audit sieur Michel Firelin, liquidateur de la succession de Vauboulon, par vingt et quelques habitants de Saint-Paul, relativement à l'argent, aux étoffes et aux marchandises que ces habitants prétendaient leur avoir été injustement pris par de Vouboulon ci-devant gouverneur pour le roy. Les sommes restituées s'élèvent au chiffre de 2 408 livres. Il y est dit encore " que les sommes versées par Firelin pour compte des directeurs généraux de la Compagnie des Indes étaient, pour argent injustement pris par Vauboulon, pour le fond de leurs habitations,qu'il leur avait fait prendre par force, et encore pour marchandises livrées aussi par force, en non payées, au navire Les Jeux sur ordre du Gouverneur."

 

Mais Bourbon est au plus mal, une île totalement abandonnée par la France. Car suite au naufrage, le 31 décembre 1689, de son vaisseau, le Saint-Jean Baptiste, au large de l'île, la Compagnie des Indes avait décidé de ne plus desservir Bourbon.

Les forbans font escale ouvertement, sachant les préférences des colons pour les cotonnades et l'arack de l'Inde aux tissus et eau de vie de la Compagnie. Ayant tenté de faire preuve d'autorité, Firelin est pris à partie par les colons irascibles.

Les habitants de Bourbon se réunissent et réclament la démission de Firelin.

Le 29 avril 1694, Jullien Dalleau, Jacques Fontaine, Robert Du Hal, Etienne Hoarau, François Grondin, Jacques Barrière, signe la destitution de Firelin :

"... Nous tous habitants de l’Ile de Bourbon, nous sommes assemblés pour sommer les Sieurs Firelin et Royer chirurgien, et Marc Vidot et Jean Bidon de se vouloir rendre avec nous pour aviser et conclure une bonne paix, et voir avec lui qui sont les Chefs de tant de crimes et injustices qui se sont commises et se commettent actuellement dans l’Ile jusqu’à présent, et pour mettre fin à ce désordre. Nous voulons et prétendons que ledit Sieur Firelin soit destitué, cassé et annulé de sa charge de Commandant dont nous l’avions établi, et nous lui promettons qu’il ne lui sera fait aucun tort ni insulte, mais bien suivra sa commission et engagement qu’il a de la Royale Compagnie de France, sans prétendre ni attenter davantage à aucun pouvoir ni commandement sur aucun des habitants
de l’Ile..."

Firelin par obligation démissionne le 29 avril 1694, avant de s'enfuir, comme marron dans les montagnes, car il craint pour sa vie.

En novembre 1694, il profite du passage du navire, Les Jeux, pour s'enfuir en Inde, abandonnant même son épouse, Margueritte Royer, avec qui il avait convolé le 13 juin 1694.

Firelin sera arrête à Goa et ramené sur l'île le 2 juillet 1696 ar l'escadre du comte de Serquigny.

Ramené en France, Michel Firelin est jugés à Rennes pour crime de lèse-majesté. Il est condamné à la potence le 24 mai 1697 et exécuté quelques jours plus tard.

Verdict du procès du 24 mai 1697 :

" L’arrêt du conseil d’Etat du Roi du 23e mars dernier par lequel Sa majesté a ordonné que le procès sera par Nous fait et jugé en dernier ressort au Présidial de Rennes ? coupables de l’emprisonnement et de la mort dudit Sr de Vauboulon et de celle dudit De La Citerne son valet, et nous a permis de subdéléguer pour l’instruction dudit procès.

Nous, par jugement souverain et en dernier ressort, avons ledit Michel Firelin déclaré dûment atteint et convaincu d’avoir fait emprisonner et mettre dans un cachot le Sr Habert De Vauboulon, Gouverneur 1690, où il est mort après une longue détention, pour réparation de quoi l’avons condamné, et le condamnons à être pendu et étranglé jusqu’à ce que mort s’ensuive à la potence qui est élevée dans la place publique de cette ville de Rennes.

Le père Hyancinthe est ramené en France, gracié, il se retira au convent des capucins de la ville d'Hennebont. On obtient du Roi Louis XIV que le Pére fut confié à ses supérieurs, " pour le punir comme ils le jugeront à propos ".

Sur le site : Procès du Père Hyancinthe.

 

 

 

 
 
   
  Voir les infos rajoutées sur cette page      Compléter les informations de cette page
   
  La dernière information ou le dernier commentaire de cette page : 
   
  Pas de commentaire ajouté


 
  Liste des Gouverneurs de l'île de La Réunion
   
   Etienne Régnault
Jacques de la Heure Henry Hesse d'Orgeret
Germain de Fleurimont Bernardin de Quimper
Jean-Baptiste Drouillard Henry Habert de Vauboulon
Michel Firelin Directoire de Saint-Paul
Joseph Bastide Jacques de La Cour
Jean-Baptisite de Villers Michel François des Bordes de Charanville
Pierre Antoine Parat Henry de Justamond
Joseph de Beauvollier de Courchant Antoine Labbé dit Desforges Boucher
Hélie Dioré de Périgny Pierre Benoît Dumas
Mahé de La Bourdonnais Charles Lemery Dumont
Pierre André d'Héguerty Didier de Saint-Martin
Jean Baptiste Azéma Gérard Gaspard de Ballade
Joseph Brénier Bouvet de Lozier
François Jacques Bertin Martin Adrien Bellier
Guillaume Léonard de Bellecombe Jean Guillaume de Steinauer
François de Souillac Joseph Murinay Comte de Saint-Maurice
Alexandre François Chalvet Baron de Souville Claude Élie Dioré de Périgny
David Charpentier de Cossigny Dominique Prosper de Chermont
Jean Baptiste Vigoureux Comte Duplessis Pierre Alexandre Roubaud
Philippe Antoine Jacob de Cordemoy François Louis Magallon Comte de La Morlière
Nicolas Ernault de Rignac Baron des Bruslys Chrysostome Bruneteau de Sainte-Suzanne
Robert Townsend Farquhar Henry Sheehy Keating
Athanase Hyacinthe Bouvet de Lozier Hilaire Urbain de Lafitte du Courteil
Pierre Bernard Milius Louis Henri De Saulses de Freycinet
Achille Guy Marie de Cheffontaines Etienne Henry Duval d'Ailly
Jacques Philippe Cuvillier Anne Chrétien Louis de Hell
Charles Léon Joseph Bazoche Joseph Graëb
Sarda Garriga Marie Bon Ézéchiel Barolet de Puligny
Louis Isaac Pierre Hilaire Doret Hubert Delisle
Rodolphe Augustin Darricau Marie Jules Dupré
Louis Hyppolite de Lormel Pierre Aristide Faron
Pierre Etienne Cuinier Etienne Antoine Guillaume Richaud
Jean Baptiste Lougnon Aimé Louis Édouard Manès
Henri Éloi Danel Henri Charles Roberdeau
Laurent Marie Émile Beauchamp Paul Samary
Adrien Bonhoure Camille Lucien Xavier Guy
Philippe Émile Jullien François Pierre Rodier
Hubert Auguste Garbit Pierre Louis Alfred Duprat
Frédéric Estèbe Maurice Pierre Lapalud
Jules Vincent Victor Repiquet Alphonse Paul Albert Choteau
Léon Hippolyte Claudius Truitard Joseph Urbain Court
Pierre Émile Aubert André Capagorry