Paracoccus marginatus. Cochenille du papayer. Insecte de La Réunion. Famille Pseudococcidae.

Paracoccus marginatus Williams & Granara de Willink, 1992.

Cochenille du papayer.

Insecte de La Réunion.

Paracoccus marginatus. Cochenille du papayer.


Paracoccus marginatus. Cochenille du papayer.


Paracoccus marginatus. Cochenille du papayer.


Paracoccus marginatus. Cochenille du papayer.

Paracoccus marginatus Williams

& Granara de Willink, 1992.

Cochenille du papayer.

- Nom : Cochenille du papayer.
- Nom scientifique :
- Paracoccus marginatus Williams & Granara de Willink, 1992.
- Synonyme : .
- Classe : Insecta.
- Super-ordre : Hemipteroidea.
- Ordre : Hemiptera.
- Sous-ordre : Sternorrhyncha.
- Super-famille : Coccoidea.
- Famille : Pseudococcidae.
- Genre : Paracoccus.
- Espèce : Paracoccus marginatus.
- Auteur : Williams & Granara de Willink.



Paracoccus marginatus, de son appellation commune Cochenille du papayer est un insecte de la famille des Pseudococcidae et du genre Paracoccus.



Origine et distribution Paracoccus marginatus.

Cette cochenille farineuse est considérée comme originaire de Belize, du Costa Rica, du Guatemala et du Mexique. Elle est présente aujourd'hui dans certaines îles des Caraïbes, Hawaï et la Guyane française, dans des parties de l'Asie du Sud, dont l'Inde, l'Indonésie et la Thaïlande, dans les États-Unis, Floride, Texas et la Californie.



Paracoccus marginatus à La Réunion.

Cette cochenille originaire d’Amérique centrale a été détectée à La Réunion en février 2010 dans la région de l'étang-salé. Elle s'est ensuite propagée dans l'Ouest et le Sud-Ouest avant d'être présente sur l'ensemble de l'île.

L'introduction de Paracoccus marginatus à La Réunion s’explique par le commerce international de fruits et de plantes ornementales. La propagation par le biais de voyageurs est également possible.



Nuisibilité de Paracoccus marginatus à La Réunion.

A La Réunion la Paracoccus marginatus s'est d'abord développée sur le papayer, son principale hôte sa victime favorite, l'insecte étant polyphage il a ensuite attaqué plus de vingt cultures avoisinantes : les mangues, les hibiscus, les aubergines, les poivrons, les haricots, les ananas, les patates douces, les tomates, les avocats, les citronniers, les grenades...



Description de Paracoccus marginatus.

Paracoccus marginatus est un insecte piqueur suceur au corps mou. Il présente un dimorphisme sexuel important. Les antennes ont huit segments dans les deux sexes qui distingue cette espèce de la cochenille d'hibiscus ( Maconellicoccus hirsutus ).



La femelle Paracoccus marginatus.

La femelle adulte a une couleur jaunâtre segmenté, elle n’a pas d’aile, son corps est aplati ovale d'environ deux millimètres de long, elle peut mesurer jusqu’à 3 mm de long. Elle est recouverte d’une sécrétion cireuse bordée de filaments blancs et d’aspect cotonneux. Elle est peu mobile et se déplace en rampant sur de courtes distances , légère elle peu être transportée par le vent. La femelle se développe en quatre stades.

La reproduction est sexuée et il peut y avoir plusieurs générations par an. Les femelles adultes attirent les mâles avec des phéromones sexuelles. La femelle pond 100 à 600 oeufs regroupés dans un ovisac constitué de filaments cireux blancs. Ce sac se situe sous ou dans le prolongement du corps de la femelle. L'éclosion des œufs se produit au bout d'environ 10 jours. Les larves, de couleur jaune claire, sont très mobiles. Dès l’éclosion, les larves se rendent vers les organes de la plante pour se nourrir. Elles sont légères et facilement disséminées par les courants d’air.



Le mâle Paracoccus marginatus.

Le mâle adulte est rose, d'environ un millimètre de long, il possède une paire d’ailes et des balanciers. Il n’a pas de pièce buccale. Il ne fait pas de dégâts. Il se développe en cinq stades, le cinquième stade est celui dans laquelle la nymphe subit la métamorphose en un adulte ailé.



Dégâts :

Les cochenilles sont visibles sur les feuilles et les fruits. Elles vivent parfois sous des amas cotonneux au niveau des nervures à la face inférieure des feuilles, des fruits, mais aussi du tronc. La cochenille du papayer se nourrit de la sève des plantes, en insérant ses stylets dans l'épiderme de la feuille, ainsi que dans le fruit et la tige. Les feuilles finissent par se dessécher et tomber. Des décolorations, des tâches jaunes ou des déformations au niveau des feuilles apparaissent ainsi que la présence d’une suie noire sur les organes attaqués. Ceci entraine l’affaiblissement voire la mort de la plante.



Lutte :

Les seuls produits autorisés à être appliqués sur une culture sont à base d’huiles minérales. Ils provoquent une couverture asphyxiante tuant la colonie. Cependant, ce produit n’est pas sélectif et peut tuer des insectes utiles à l’environnement.




Espèces de l'Ordre des Hemiptera présentes à La Réunion.

Classement par Famille et Nom scientifique.

                                                        




Dernière mise à jour : Mardi 12 Décembre 2017   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2017

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Liens commerciaux.




Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+