L'aloès Auteur P. De Monforand.

L'aloès Auteur P. De Monforand.

L'aloès :: P. De Monforand.


L'aloès

Sur nos monts décharnés, dans un sol tout de pierre
Incessamment brûlé par les flots de lumière
Que lui verse un soleil de feu,
Vous avez vu souvent une robuste plante
Dardant de tous côtés la pointe menaçante
De ses grandes feuilles vert-bleu.

Regardez à l'entour... Pas un brin de verdure
N'ombrage du rocher la face sombre et dure,
pas un murmure de ruisseau.
Dans ce coin désolé l'aloès solitaire
Pousse loin des regards, et son aspect austère
Écarte le vol de l'oiseau.

Et pendant bien des mois il semble vivre à peine ;
Mais pourtant sans relâche il grandit, il enchaîne !
Le rocher dans ses bras noueux.
Il arrête en passant les atomes de terre
Que transporte la brise, et boit l'eau salutaire
Qui tombe du ciel orageux.

Mais un jour il s'éveille à la vie, il découvre
Le mystère enfermé dans son sein qui s'entrouvre
Il se dresse en fût élégant,
Puis en rameaux légers il étage sa tige,
Et se couvre de fleurs où l'essaim qui voltige
Vient puiser un suc odorant.

Et quand il a jeté ses parfums à la brise,
L'aloès se flétrit fleur à fleur, il se brise
Et meurt sur le roc étendu.
Trop heureux si perçant le dur linceul de pierre,
Un rejeton chétif renaît de sa poussière
Pour vivre et tomber inconnu....

Tel est aussi ton sort, ô sublime Génie !
Tu n'es pas, toi non plus, des élus de la vie :
Marchant loin des sentiers frayés,
Tu te nourris longtemps du pain de la misère,
Et les plaisirs du monde à ton regard sévère
Se détournement tout effrayés.

Puis à l'heure où le temps a mûri ta pensée,
Tu laisses s'épancher ta force réservée ;
Tu lèves ton front radieux,
Et ton âme, cherchant une sphère plus grande
Monte vers le Seigneur et lui porte l'offrande
De ses travaux mystérieux.

Mais bientôt épuisé de cet effort immense,
Tu sens flétrir en toi la fleur de l'existence ;
Ton beau jour est sans lendemain.
Quand pour prix du combat tu crois à la victoire,
Quand déjà triomphant tu vas saisir la gloire,
La mort vient arrêter ta main.

Et pourtant, tous les deux, grande homme et pauvre arbuste
Vous avez votre part; et pour se montrer juste
Dieu vous fait un destin commun :
Vous survivez encor longtemps à cette vie,
Et laissez après vous à la terre ravie,
Toi, ton oeuvre, et toi, ton parfum !

P. De Monforand. :

- L'aloès

- La sieste



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Vendredi 17 Août 2018   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2018

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.