Paysage Auteur Volsy Focard.

Paysage Auteur Volsy Focard.

Paysage :: Volsy Focard.


Paysage

Pourquoi ne puis-je pas, d'une plume docile,
Peindre, en des vers chinois, des arbres et des fleurs,
Comme avec un pinceau gracieux et facile,
De la belle nature imiter les couleurs ?

Je ferais, ici même, un riant paysage,
Que vous retoucheriez afin de l'embellir,
Une maison cachée au milieu d'un bocage,
A l'heure où vient le soir, où le jour va pâlir.

Je placerais au vent un rideau de Jamroses,
Des vanilliers grimpant sur de hauts badamiers ;
Une varangue ouverte où monteraient des roses ;
A gauche, un clair massif de mobiles palmiers.

Quelques graves lascars, pétris en terre glaise,
Drapés dans leurs capras, accroupis deux à deux,
Seraient, de mon jardin tracé tout à l'anglaise,
Les gardiens vigilants qui ne garderaient qu'eux.

Les ondes d'un bassin, s'échappant sous des songes,
Après de vains détours, y reviendraient encor :
J'y mettrais des montbruns, ces poissons des mensonges
Qui, vus au fond de l'eau, semblent des lingots d'or.

Un bougainvillée couvrirait la tonnelle ;
Je planterais autour de jeunes arbrisseaux,
Tels que des bibassiers, des cerisiers-canelle,
Des goyaviers lilas, des hibiscus ponceaux.

De tortueux sentiers, marqués de galets rares,
Semés du sable bleu des Patates-Durand,
Formeraient des zig-zags, de ces contours bizarres,
Que sans les voir ou suit, on quitte et l'on reprend.

L'oiseau blanc, l'oiseau vert au chatoyant plumage,
Ces hôtes familiers de nos vergers ombreux,
Et l'oiseau-de-la-Vierge au triste et doux ramage,
Sans craindre la gaulette, y parleraient entr'eux.

J'emploierais des gazons, des netchoulis vivaces
A former des dessins extravagants ou non ;
J'aurais en chiendent fin de longs serpents voraces,
Ne dévorant jamais que des rose-pompon.

Là bas, au coin du mur, Echo viendrait répondre.
C'est là qu'on rangerait les bombardes à miel ;
Des afouches creusés, recouverts d'une empondre,
Logeraient les essaims jadis aimés du ciel.

Puis, je voudrais fermer d'une grille verdâtre
Cette calme villa; mettre, au petit portail,
Deux lions furieux, mais deux lions de plâtre,
Laissant voir aux passants leur langue de corail.

Mais des vives couleurs j'ignore l'assemblage;
Et ma palette, à moi, c'est un encrier noir.
J'aurais voulu, pourtant, peindre un frais paysage,
Quand le jour va pâlir, à l'heure où vient le soir.

Volsy Focard :

- Paysage



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Vendredi 17 Août 2018   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2018

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.