Histoire ville et commune de Sainte-Marie île de La Réunion.

Histoire Sainte-Marie La Réunion.

Création de la commune de Sainte-Marie en août 1790.


Blason de Sainte-Marie île de La Réunion

Sainte-Marie. Album de La Réunion. Antoine Roussin.


Sainte-Marie, église. Album de La Réunion. Antoine Roussin.


Sainte-Marie, pont. Album de La Réunion. Antoine Roussin.


Gare de Sainte-Marie

Le blason et armoiries de Sainte-Marie.

Le navire rappelle la vocation maritime de Sainte-Marie. La fleur de lys la royauté.


Histoire de la commune de Sainte-Marie.

1667 : L'histoire de Sainte-Marie est liée à celle des débuts de la colonisation et à l'époque des flibustiers. La tradition rapporte cette histoire :

Un navire français, détaché de la flotte du Marquis de Mondevergue dont il faisait partie, fut envoyé à la découverte d'un point du littoral, propre au débarquement des malades. Chemin faisant, ce navire aperçut un petit bâtiment aux allures suspectes, et lui donna la chasse. C'était le soir ; les grands arbres dont le rivage était alors couvert projetaient au loin leur ombre sur les flots : les forbans s'empressent de profiter de cette circonstance pour échapper, en rasant la plage, aux poursuites dont ils sont l'objet. Ils réussissent mais pour tomber dans un danger non moins redoutable. Dans sa fuite précipitée, leur petit bâtiment s'engage dans les récifs d'où leurs efforts désespérés ne peuvent le faire sortir. La mort affreuse, inévitable, menace ces forbans. La nuit se fait. Sur le commandement de leur chef, ils font un vœu qu'ils jurent d'accomplir à la sainte Vierge, si elle daigne les exaucer dans leur détresse extrême. A ce moment, une vague énorme les jette sur les rochers où le vaisseau se brise.

Précipités dans les flots, par la violence du choc, dans ce naufrage nocturne, sur une plage solitaire et inconnue, ces naufragés luttent en désespérés ; sans provisions et presque sans vêtements, ils n'ont, pour se soutenir sur cette mer agitée, que quelques débris du navire.

Séparés les uns des autres pendant cette affreuse nuit, ils se retrouvent tous le lendemain sur la plage où la mer les a jetés sains et saufs.

Le vœu, qu'au moment du danger, ces forbans avaient fait, était donc exaucé. Ils l'accomplissent aussitôt. Leur chef ordonne à sa troupe qu'un monument de reconnaissance s'élève près du lieu où ils ont été sauvés des eaux.

Les débris du naufrage sont transformés en un sanctuaire auquel ils donnent le nom de Sainte-Marie. C'est pourquoi le bourg établi plus tard dans cet endroit a été appelé de ce nom.

On a pu remonter assez loin dans l'origine du peuplement de Sainte-Marie, lors de l'occupation temporaire de l'île en 1663, Payen vint accompagné de dix domestiques malgaches. Quelques uns restèrent après le départ de Payen en 1665, en particulier Marie Caze et Jean Mousse, qui se marièrent et eurent deux filles Anne et Cécile, nées respectivement en 1668 et 1674. Marie Caze, veuve se remaria et ses filles épousèrent Noël Tessier et Gille Dugain. En 1690, ces trois couples décident alors d'aller s'installer à Sainte-Marie et ils fondent le quartier dont ils sont les seuls habitants.

Sainte-Marie ne commença à être citée parmi les quartiers de l'île que verts 1722, après Saint-Paul, Saint-Denis et Sainte-Suzanne. Elle fait partie avec ces deux derniers du Beau Pays, où toutes les cultures sont possibles, riz, tabac, blé, vigne, café, arbres fruitiers .... Le quartier de La Mare se développe avec l'installation de son complexe usinier, le territoire connaît un essor important grâce à la canne à sucre.

Devenue paroisse en 1748, Sainte-Marie est commune en août 1790. Son premier maire est M. de Guigné.

1801, description de Sainte-Marie par Bory de Saint-Vincent :

Sainte-Marie est assez agréable : c'est un rassemblement de maisons de campagne, peu éloignées les unes des autres, situées autour d'une baie arrondie, dont la plage est composée de galets, depuis Saint-Denis. Une rivière assez tranquille, et dont l'eau remplit le canal, traverse le bourg en serpentant; ce qui donne de la fraîcheur à la paroisse, d'ailleurs assez jolie.

La rivière de Sainte-Marie descend de la partie la plus basse de la plaine des Fougères : elle prend sa source au pied d'un morne, que l'on voit de loin en mer. Le principal bras de la Rivière Sainte-Suzanne, qui donne son nom à ce piton, en découle du côté opposé. Il est à remarquer que les deux rivières dont nous parlons, avec celle des Roches que nous verrons bientôt, et qui prend sa source au bas d'un morne particulier, sont celles dont le cours est plus égal et le plus tranquille à leur embouchure; elles ont le plus de rapport avec nos gros ruisseaux de France.

Une ravine, appelée du Charpentier, traverse encore Sainte-Marie; elle me paraît venir aussi de la base du morne de Sainte-Suzanne. C'est sur le bord oriental de son encaissement, plus élevé que le reste du quartier, qu'est située l'église, assez simple, où nous fûmes entendre la messe le matin, en quittant Sainte-Marie.

Essentiellement agricole jusqu'au milieu du XXe siècle, la commune de Sainte-Marie voit affluer toute une population de travailleurs immigrés à partir de 1848, pour l'exploitation de ses immenses plaines sucrières et de ses innombrables usines et distilleries.

Le mercredi 26 novembre 1929, le FARMAN-AJJB piloté par le capitaine Marcel Goulette, assisté de Marchesseau et Bourgeois réalise la première liaison aérienne France-Réunion, après une épopée de plusieurs semaines, riche en péripéties. Depuis le lever du jour, une foule impressionnante s'était massée autour du terrain. L'avion qui ne possédait alors aucun instrument de guidage devait pour trouver l'île repérer un bateau des Messageries Maritimes, le Gandidier. L'avion se pose sur les terres d'un certain Gillot, d'où le nom donné à l'Aéroport qui y sera construit après 1946. C'est M. Sammat, pionnier de l'aviation à la Réunion qui choisit l'emplacement de Gillot, trop sec pour des cultures, pour y tracer un terrain rudimentaire. Plusieurs fois agrandit il est devenu Roland-Garos, en hommage au pionnier du tir à travers l'hélice, héros réunionnais de la première guerre.

Sainte-Marie devint canton en 1945, après avoir été auparavant rattachée à Sainte-Suzanne dont elle a maintenant dépassée la population.


Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Mercredi 22 Mai 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.