Tuit-tuit. Coracina newtoni. Échenilleur de La Réunion ou Échenilleur cuisenier. Oiseau endémique de La Réunion Famille : Campephagidae.

Tuit-Tuit.

Échenilleur de La Réunion ou Échenilleur cuisenier.

Coracina newtoni(Pollen, 1866). Oiseau endémique de La Réunion.

Tuit-tuit. Coracina newtoni


Tuit-tuit. Coracina newtoni


Tuit-tuit oiseau endémique de La Réunion
Tuit-tuit. Album de La Réunion. Antoine Roussin.

Tuit-Tuit.

Coracina newtoni(Pollen, 1866).

- Nom commun : Tuit-Tuit.
- Autre nom : Échenilleur de La Réunion. Échenilleur cuisenier.
- Nom scientifique : Coracina newtoni(Pollen, 1866).
- Synonyme :
- Butorides striatus rutenbergi.
- Butorides spodiogaster.
- Classe : Aves.
- Ordre : Passeriformes.
- Famille : Campephagidae.
- Genre : Coracina.
- Espèce : Coracina newtoni.
- Origine : Endémique La Réunion.



Coracina newtoni(Pollen, 1866)., le Tuit-Tuit appartient à La famille des Campephagidae constituée de 6 genres et 92 espèces, et au genre Coracina qui comprend 57 espèces toutes appelées : échenilleur.



Tuit-Tuit oisean endémique de La Réunion.

Le Tuit-tuit Coracina newtoni est un oiseau forestier endémique de l'île de la Réunion. Tuit-tuit est le nom créole le plus utilisé mais on l'appelle aussi échenilleur cuisenier ou échenilleur de la Réunion.



Tuit-tuit espèce menacée.

Ce passereau en voie de disparition est sur la liste rouge des espèces menacées par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) éditée en septembre 2008.



Histoire du Tuit-tuit.

L’Échenilleur de la Réunion Coracina newtoni, a été observé avec certitude pour la première fois par Jacob de Cordemoy en 1860, sous le nom de Lannius ferrugineus. Par la suite, d’autres auteurs l’ont rattaché au genre Schetba sous le nom de Schetba ferruginea avant de le rattacher aux espèces malgache et mauricienne en tant que Oxynotus ferrugineus. C’est le naturaliste Hollandais Pollen, qui l’a décrit pour la première fois avec précision en janvier 1865.

Auparavant, l’Echenilleur de la Réunion était connu des créoles sous les noms vernaculaires de Tec-Tec des Hauts, Tuit-Tuit, Merle Blanc ou encore Grive. Par la suite, aucune mention de son existence n’est publiée avant celle de Milon en 1948, qui n’en a observé qu’un exemplaire. Sa dénomination est alors changée pour devenir Coqus newtoni, avant d’être modifiée à nouveau par Vincent en 1966, sur les conseils de Jouanin elle devient l’appellation actuelle, Coracina newtoni.

La description du Tuit-Tuit du naturaliste François P.L. Pollen né en 1842 et mort en 1886 se trouve dans l'Album de La Réunion d'Antoine Roussin, elle est datée de janvier 1865. Dans cette description Coracina newtoni est nommé de son ancien nom Oxynotus ferrugineus, et Tuit-Tuit est écrit Tui-tuit. Extrait :

" Parmi les oiseaux de l'île de La Réunion, un des plus intéressants est celui que les créoles de cette île nomment Tec-tec des hauts, Merle blanc et Tui-tuit.

Je le décrirai sous le nom de Oxynotus ferrugineus que le célèbre naturaliste Robert Swainson a donné à cette espèce...

... L'Oxynotus ferrugineus aime surtout la solitude et se tient de préférence dans les forêts les plus impénétrables. Il cherche son asile dans les broussailles les plus épaisses, dans les pentes des montagnes les plus escarpées, où le chasseur a beaucoup de peine à pénétrer.

On peut se figurer qu'il est très pénible de le chasser dans des localités où on doit descendre à l'aide des mains et des pieds. Heureusement, pour la science, qu'on peut se procurer cette espèce plus facilement en prenant les sentiers dans ces endroits indiqués par les arpenteurs comme limites pour les différents propriétaires des forêts. C'est là que le naturaliste chasseur poursuit l'oiseau de son désir. Les amateurs et les braconniers ne chassent presque jamais l'Oxynotus ferrugineus, parce que sa chair a, suivant-eux, un mauvais goût. Leur préoccupation dans ces lieux est de chasser le merle, qui leur donne un gibier bien préférable.

Pour attirer l'Oxynotus ferrugineus sous le coup de fusil, on peut avoir recours à différentes ruses. En répétant les syllabes Tui-tuit ! Tui-tuit ! on imite le cri de cet oiseau...

... L'oiseau dont je parle vit principalement des inscetes coléoptères et de leur larves. Il aime surtout les larves des Oryctes, qui vivent dans les palmiers qui nous donnent le chou-palmiste. Dans les estomacs de 14 individus d'Oxynotus ferrugineus, je n'ai trouvé rien que des débris de coléoptères d'Oryctes. On voit par cette observation combien l'Oxynotus ferrugineus est utile pour l'agriculture de la Colonie. Il est ennemi de ces insectes des tructeurs qui font tant de mal, sous leurs différents états, aux plantes utiles.

Sa manière de vivre est encore très inconnue ainsi que sa manière de nicher...

... J'ai trouvé le Tui-tuit très abondant dans les hauts de la Possession, principalement dans les forêts du Dos d'âne. M. Lantz et moi, nous l'avons trouvé dans les hauts de Saint-Denis, et dans les montagnes, près de la Ravine le Frais et du Camp Rattaire...

... Voici les couleurs du mâle et de la femelle.

Couleurs du mâle : Bec noir bleuâtre, pattes couleur de plomb, yeux d'un brun foncé. Tête et parties supérieures d'un bleu grisâtre ; parties situées entre le bec et les yeux, plus foncées ainsi que les plumes des oreilles. Couleur des ourcils et des joues claire. Ailes d'un noir bleuâtre (teinte-neutre). Plumes en dessous des ailes, blanches. Les extrémités de la septième, huitième, neivième et dixième penne sont blanches. Parties inférieures, blanc lavé de bleu. Couverture de la queue, bleu-grisâtre, blanchâtre en dessous. Queue noire, les plumes au nombre de douze ont les extrémités blanches. Les extrémités des plumes extérieures sont la moitié plus larges que les plumes inférieures.

Couleurs de la femelle : Bec noir brunâtre ; mandibule à sa base d'une teinte beaucoup plus claire. Pattes, couleur de plomb brunâtre. Tête et parties supérieures, d'un brun ferrugineux. Sourcils blancs ; espace entre le bec et les yeux et plumes de l'oreille, d'un noir bleuâtre ; joues blanches, striées de noir ; partie inférieures, blanches, garnies de brun noirâtre ; ailes, brun ferrugineux tirant sur le noir ; pennes de l'aile, noir brunâtre ; les parties extérieures, blanc jaunâtre ; les extrémités des pennes, blanches ; plumes en dessous de la queue, blanches, striées de brun clair.

P.S. - L'Ornithologiste Hartlaub suppose que les couleurs du jeune mâle sont bleuâtres, mêlé de brun.

Je ne veux pas terminer cette Note sans faire publiquement mes remerciements cordiaux à mes sincères amis Messieurs Rétout et ses fils Grégoire et Jean, qui me font, chaque fois que je vais à la Possession, l'accueil le plus aimable. Sans les soins de ces infatigables chasseurs, je n'aurais pas eu les nombreux spécimens de l'Oxynotus ferrugineus que j'ai envoyés au Musée de ma patrie. "



Population, protection du Tuit-tuit.

L’Échenilleur de la Réunion possède une population très faible, environ 80 couples, située actuellement uniquement dans une zone très réduite de 16 km² au nord de l’île et constituée par la Plaine d’Affouches et la Plaine des Chicots, entre 1300 et 1800 m d’altitude. La réserve naturelle de la Roche Écrite a été créée en 1999 pour le protéger dans son milieu naturel. Cet espace réglementé a longtemps été géré par la Société d'études ornithologiques de La Réunion, l'Office national des forêts et la Société réunionnaise pour l'étude et la protection de l'environnement, les trois organismes œuvrant ensemble pour la protection de cet oiseau. Son habitat relève désormais du parc national de La Réunion. La raison pour laquelle l’Echenilleur de la Réunion reste confiné sur son territoire actuel alors qu’il existe des biotopes quasiment similaires ailleurs reste un mystère.



Description du Tuit-tuit.

Le Tuit-tuit est un oiseau de taille moyenne à queue courte, arrondie et aux ailes rondes. Il mesure environ 20cm de longueur pour un poids de 38 à 43 g adulte. L’aile mesure 96 à 101mm, le bec de 17 à 21mm, le tarse de 24 à 25 mm et la queue de 73 à 87 mm.



Reproduction du Tuit-tuit.

La période de reproduction s’étend au moins de septembre à février, la femelle pond 2 à 3 oeufs bleus-verts pâles couverts uniformément de taches brun rouge. L’incubation dure de 3 à 4 semaines. Les deux sexes couvent, bien que la femelle soit plus présente que le mâle. Après l’éclosion, les deux sexes nourrissent les jeunes. Les premières plumes apparaissent 12 à 15 jours plus tard. Les jeunes peuvent quitter le nid et accompagner les parents peu après et l’élevage dure en tout 2 à 3 mois.



Alimentation du Tuit-tuit.

L’alimentation de l’Échenilleur de la Réunion reste peu connue, Il se nourrit principalement : longicornes, papillons, vers de terre, araignées et petits insectes, sa source de nourriture principale semble être les chenilles de 1 à 3 cm qu’il assomme sur une branche avant de les avaler. Il a pu être observé en train de manger des fruits de végétaux indigènes.




Les oiseaux de La Réunion.

Classement par Famille et Nom scientifique.

                                                                          




Dernière mise à jour : Jeudi 19 Octobre 2017   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2017

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Liens commerciaux.




Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+