Vanille, vanillier, Vanille de Bourbon, Orchidée Flore de La Réunion, Famille : Orchidaceae - Orchidacées.

Vanilla planifolia Jacks

Vanillier , vanille

- Nom commun : Vanillier , vanille.
- Nom à La Réunion : Vanille Bourbon.
- Nom scientifique : Vanilla planifolia Jacks.
- synonyme(s) :
- Epidendrum vanilla L.
- Vanilla fragrans Ames.
- Ordre : Asparagales.
- Famille : Orchidaceae - Orchidacées :: 58 espèces sur le site.
- Sous-famille : Vanilloideae.
- Tribu : Vanilleae.
- Genre : Vanilla Mill.
- Origine : Méxique.



Vanille Vanilla planifolia


Vanilla planifolia Vanille


Vanille Vanilla planifolia Orchidée


Vanille Vanilla planifolia


Vanille Vanilla planifolia


Vanilla planifolia Vanille


Vanilla planifolia Vanille


Vanilla planifolia Vanille de Bourbon île de La Réunion


Vanille Gousses Fruit de Vanilla planifolia


Fleur de vanille Vanilla planifolia


Vanilla planifolia Jacks.


Vanilla planifolia Jacks.


Vanilla planifolia Jacks.


Vanilla planifolia Jacks, le vanillier appartient à la famille des Orchidaceae à la sous-famille des Vanilloideae et au genre Vanilla Mill., qui comprend environ 110 espèces originaires des régions tropicales et subtropicales, de l'Amérique tropicale à l'Asie tropicale, Nouvelle-Guinée et Afrique de l'Ouest. Cinq espèces sont connues du contigus des États-Unis, tous limités dans le sud de la Floride.

La Vanilla planifolia est la principale espèce d'orchidée utilisée pour produire la vanille, 3 espèces seulement sont cultivées et ont une valeur marchande :

- La vanilla planifolia, encore appelée la vanilla fragans.
- La vanilla pompona.
- La vanilla tabitensis.

La vanilla planifolia est l'espèce la plus prisée dans le monde et c'est elle que l'on cultive à La Réunion.



Description de vanilla planifolia.

Fleur Vanilla planifolia. Orchidée.

- La Tige. Cette espèce est une liane grimpante dont la tige cylindrique de couleur verte est de la grosseur d'un doigt. Elle est charnue, articulée et comprend des nœuds. Coupée, elle se conserve longtemps. Le vanillier est une plante résistante.

- Les racines. Le vanillier possède deux sortes de racines. Les unes sont souterraines et les autres aériennes ; elles sont encore appelées terrestres et adventives. C'est grâce à ses racines adventives que le vanillier se fixe sur les corps qui lui servent de support. Certaines de ses racines peuvent atteindre plusieurs mètres de longueur et peuvent arriver jusqu'au sol. Situées à l'aisselle des feuilles les racines aériennes ne sont jamais ramifiées et on n'en compte qu'une par nœud.

- Les feuilles. Les feuilles charnues et oblongues sont alternées. La tige est peu renflée au point d'insertion des feuilles qui sont de couleur vert brillant. Elles sont longues, entières et à nervures parallèles. A leur base se trouvent une racine aérienne qui joue le rôle de crampon et un bourgeon. Feuilles et tiges contiennent un suc visqueux qui, mis au contact de la peau, provoque une vive irritation.

- Les fleurs. Les fleurs sont disposées en épis qui sont appelés grappes. Il y a en général 15 à 20 fleurs par grappe et 5 à 6 grappes par liane. Les fleurs sont éphémères et dégagent une odeur plutôt faible. Comme chez toute les orchidées, la fleur est composée de 6 pièces dont trois externes appelés sépales et trois internes appelées pétales. Cinq de ces pièces sont semblables et la sixième, un pétale, a la forme d'un cornet. Ce pétale encore appelé labelle enveloppe les organes sexuels de la fleur. A l'intérieur du cornet, il y a une étamine. Entre l'étamine et l'organe femelle, le stigmate, il y a une petite languette qui est l'obstacle à la pollinisation naturelle : le rostellum.

- Les fruits. Le fruit du vanillier est une capsule longue, nommée couramment gousse. Au moment de la récolte, la gousse est ferme et de couleur vert clair. Les gousses sont regroupées en grappes ou " balais ".

- Les graines. Très nombreuses, noires et arrondies, elles se trouvent à l'intérieur des gousses.


La reproduction du vanillier.

Le vanillier produit des graines. Mais sa multiplication par semis présente, tant au niveau de la germination que de la pousse des jeunes plants, des difficultés telles que ce procédé ne peut être pratiqué couramment. La multiplication du vanillier se fait donc exclusivement par bouturage de ses tiges. Les conditions dans lesquelles se fait le bouturage déterminent en grande partie l'avenir d'une plantation.

Les boutures font l'objet de soins extrêmement attentifs. Elles sont prélevées sur des vanilliers de 3 ou 4 ans mais le choix des lianes-mères n'est pas laissé au hasard. Elles doivent être assez longues, elles mesurent en général 1,50m. Une fois parée, c'est-à-dire débarrassée de ses crampons, racines et des feuilles inférieures, la liane est roulé en couronne et remise à mûrir deux semaines à l'ombre et au frais. Pendant toute cette opération, les couronnes sont suspendues. Le vanillier se ramollit ce qui va faciliter la manipulation de la plante et diminuer le risque de pourriture. La mise en terre peut s'effectuer tout le long de l'année, mais de préférence, elle se fait en octobre à la fin de la saison sèche.

Le vanillier a une espérance de vie qui peut atteindre une vingtaine d'années. Cependant un vanillier n'est rentable que durant 8 à 10 ans. Les meilleurs rendements sont fournis les quatrièmes, cinquièmes et sixièmes années.


Système de culture.

On distingue à La Réunion deux types de vanilleraies : les vanilleraies de vocation et les vanilleraies intercalaires.

- Les vanilleraies intercalaires ( complémentaires ). Elle désigne la culture de la vanille en pleine lumière et en association avec la culture de la canne. Ce système fut imaginé en 1900 par un planteur de Saint-André, un certain Resseguier. Le pignon d'inde et le bois de chandelle sont régulièrement utilisés comme tuteur dans les champs de canne, la canne à sucre créant le micro-climat idéal : ombrage en saison chaude et protection du vent. De plus la canne fournit l'humus nécessaire qui améliore le sol. Ce mode de culture est aujourd'hui utilisé dans la région de Sainte-Suzanne, Saint-André, Bras-Panon et Saint-Benoît.

- Les vanilleraies de vocation ( en sous-bois ). La culture se fait alors grâce à l'utilisation comme tuteurs des essences de la forêt : vacoas, avocats marrons, filaos, goyaviers, jamrosa.... Ce système de culture se rencontre à Bras-Panon et à Saint-Benoît mais essentiellement à Sainte-Rose et Saint-Philippe.


La fécondation de la vanille.

Fécondation de la vanillee

Si la vanille est présente et plantée dans l'île à partir de 1819, elle n'est pas pour autant exploitée. Sa fécondation naturelle n'est pas possible sur l'île. Elle est réalisée naturellement dans la région d'origine de la vanille par des insectes du genre Melipona, sortes d'abeilles sociales sans aiguillon, mais ces abeilles sont absentes à Bourbon. La précieuse orchidée est condamnée à la stérilité.

Mais une telle situation ne pouvait convenir à l'homme. Aussi se mit-il à la recherche d'un moyen de féconder artificiellement la plante. C'est le botaniste belge Morren qui s'inspirant des travaux sur les orchidées menés par le savant Brown, réalisa le premier en 1836 au jardin botanique de liège, la pollinisation du vanillier. Deux ans plus tard le chef des Serres du Jardin à Paris, Neumann, renouvelle l'expérience. Cependant, il reviendra à un jeune esclave créole de Sainte-Suzanne, Edmond Albius de découvrir le procédé le plus opératoire. Le procédé utilisé aujourd'hui dans le monde entier est celui découvert par Edmond Albius.

Edmond Albius

A La Réunion les premières fleurs du vanillier s'épanouissent vers la mi-septembre. La floraison se poursuit jusqu'au mois de décembre. Les fleurs naissent par grappes à l'aisselle des feuilles. Chaque grappe contient 15 à 20 fleurs. Chaque fleur s'épanouit l'une après l'autre sur la grappe et ne dure qu'un seul jour. Parmi les fleurs à féconder on va donc effectuer un choix. Sur chaque grappe, encore appelée " balai " à La Réunion, on choisit six à sept fleurs. On prend les fleurs les plus belles, celles qui sont larges et dont l'embryon est bien développé. La sélection s'opère en général parmi les premières fleurs qui s'épanouissent à l'exception de la toute première qui est toujours supprimée. Elle ne donne en effet qu'une gousse courte et repliée sur elle même encore appelée " ergot de coq ". Et on laisse rarement plus de quatre grappes par liane.

La fécondation se pratique de préférence par temps sec. La pollinisation démarre dès le lever du jour. Elle se fait au plus tard jusqu'à 11 heures. La pollinisation ne se pratique jamais l'après-midi à cause du soleil. La fécondation a pour but de mettre le pollen en contact avec le pistil.

La pratique de la fécondation est simple grâce au génie d'Edmond Albius. Le savoir faire réclame cependant dextérité, souplesse et rapidité. Ce travail est à La Réunion l'œuvre des femmes. Une bonne ouvrière peut féconder entre 1 000 et 1 500 fleurs par jour. Pour pratiquer le fécondation artificielle, on utilise généralement une épine de citronnier, une pointe de bambou, une nervure dorsale appelée " nic " autrefois de cocotiers, de palmistes ou de lataniers.



La pollinisation se décompose en trois phases :

- On saisie la base de la fleur de la main gauche. On place son index sous le gynostène, encore appelé la tête, afin de lui donner un point d'appui. On déchire avec son instrument la pièce de la corolle en forme de capuchon, encore appelé jabot, pour mettre à découvert les organes sexuels.

- On introduit l'extrémité de l'instrument utilisé sous la valve supérieure ou opercule de l'organe femelle la languette. On la relève ensuite de manière à la redresser complètement et à la cacher sous l'organe mâle ou étamine.

- Quand l'opercule est bien relevé, l'étamine tend à prendre une position inclinée vers l'organe femelle. On aide cette inclinaison avec le pousse de la main gauche. On exerce une petite pression pour amener le pollen au contact du stigmate. La fleur est alors fécondée.

Six semaines après la pollinisation, le fruit, encore appelé gousse, atteint sa taille adulte. La gousse de vanille parvient à maturité entre le cinquième et le neuvième mois. Durant cette période elle est exposée à toutes sortes de convoitises et de vols. Pour les dissuader, les planteurs ont recours à un poinçonnage. Le poinçon, la marque du planteur, est un fragment de bois ou de liège hérissé de pointes. Il est appliqué à l'opposé de la crosse et sur la face de la gousse située vers l'extérieur.


Récolte de la vanille.

Elle a lieu de juin à septembre. Cette période est très délicate. La vanille doit être récoltée à point. Cueillie trop tôt, la gousse séchera difficilement. Elle est facilement attaquée par les moisissures et pourri quelques mois après sa préparation. Cueillie trop tard, la gousse se fend et elle aura une valeur commerciale dépréciée. Il existe quelques signes qui permettent de reconnaître que la gousse est bonne à cueillir. Quand elle approche de la maturation elle perd son brillant; sa couleur est vert clair. Son extrémité encore appelée queue, prend une teinte jaunâtre. Il convient de cueillir la gousse quand la couleur jaune pâle de la queue va aller en se dégradant vers l'autre extrémité, la tête. Les planteurs qualifient ce stade de " queue de serin " la vanille est dite " mure en queue de serin ". Le moment de la cueillette bien identifié, celle-ci doit être faite avec une extrême délicatesse. On saisi la gousse avec la main droite en la prenant par la crosse. On tire ensuite précautionneusement de droite à gauche car il ne s'agit surtout pas d'arracher tout le balai auquel il appartient. Il ne faut pas non plus sectionner avec l'ongle car on risque d'abîmer la crosse. Ce sont les conditions dans lesquelles la récolte s'est faite qui détermineront la qualité de la production.


La préparation de la vanille.

Au moment de la récolte, la vanille mûre en " queue de serin " ne dégage aucune odeur. Ce n'est que la préparation minutieuse qu'on lui fera subir qui lui donnera sa couleur et lui fera acquérir l'agréable parfum. La préparation à La Réunion, avant 1851, la vanille se préparait selon le procédé de dessiccation à l'ombre et au soleil. Cette méthode très délicate donnait des résultats limités. A partir de 1851 c'est le procédé Loupy, de préparation à l'eau chaude, qui est utilisé. Aujourd'hui à peu d'exceptions près c'est toujours le procédé Loupy qui est utilisé. Il est encore connu sous le nom de " Procédé réunionnais " il donne des résultats excellents. La préparation est constituée d'une série d'opérations dont les différentes phases sont :

- L'échaudage. Cette opération consiste à immerger dans une eau chauffée entre 60° et 65° des paniers contenant des gousses de vanille. A chaque plongée la cuve d'eau reçoit deux paniers d'osier contenant chacun environ 30 kg de vanille. L'immersion dure 3 minutes. L'échaudage est la phase la plus délicate de l'opération. Elle a pour but d'arrêter toute végétation dans les pousses, de les tuer en quelque sorte, afin d'éviter qu'elles ne s'ouvrent par la suite. L'échaudage provoque la sortie de corps gras des gousses.

- L'étuvage. Une fois échaudées, les gousses de vanille sont placées dans de grandes caisses capitonnées de couvertures de laine pour éviter toute déperdition de chaleur. Ces caisses sont recouvertes de couvertures. La durée de cette opération varie de 12 à 14 heures selon la qualité des gousses à traiter. Sous l'action de la température, les réactions enzymatiques démarrent rapidement. Les gousses perdent leur eau. On dit encore que la vanille " sue ". Elle change également de teinte et prend une couleur noir-chocolat.

- Le séchage. Il se fait en plusieurs étapes : au four, au soleil et à l'ombre. Les deux dernières étapes sont entrecoupées par une opération de triage.

- Au four. Sorties de caisses, les gousses de vanilles sont mises sur des claies, empilées sur des chariots et placées à l'intérieur d'un four à 65°, 3 heures par jour, pendant 7 jours.

- Au soleil. Disposées en couches minces sur des claies, les gousses de vanille sont exposées au soleil 3 à 5 heures par jour une semaine durant. On les rentre en fin d'après-midi et dès qu'il pleut. Les gousses vont perdre leur eau et devenir plus souples.

- Le séchage à l'ombre. Les gousses de vanille sont placées sur des claies dans un local aéré. Cette phase est longue. elle peut durer 1 mois. Elle exige des soins et de la surveillance. Les gousses de vanille sont régulièrement contrôlées et on enlève alors celles qui sont sèches. Les vanilles ménagères contiennent alors 40 % d'eau.

- Le triage. Il permet de séparer les gousses de vanille en fonction de leur taux d'humidité. Les vanilles industrielles vont directement dans les malles. Elles contiennent entre 25 et 28 % d'eau. Les vanilles ménagères subiront le séchage à l'ombre qui variera en fonction de leur catégorie.

- La mise en malles. Elle va durer 8 mois. Les malles sont en bois et garnies de papier sulfurisé. C'est au cours de ce séjour que le parfum apparaît. L'arôme de la vanille apparaît donc tardivement. C'est le parfum qui fait la valeur marchande de la vanille. Il va s'affirmer et s'affiner au cours du séjour dans les malles. Les gousses continuent à perdre leur eau. Les malles seront contrôlées une fois par semaine, ce qui permettra de vérifier le taux d'humidité. Au cours de ces contrôles les gousses moisies sont immédiatement retirées.

- Le calibrage. Mesurage et classement vont permettre de réaliser le calibrage des gousses de vanille. Le mesurage. A qualité égale, ce qui fait la valeur commerciale de la vanille c'est sa longueur, c'est dire s'il convient de la mesurer avec soin. On utilise une bande de papier divis"e un centimètres. A chaque division du papier correspond un casier et la gousse une fois mesurée est envoyée dans le casier correspondant.

- Le classement. C'est l'arrêté, du 2 octobre 1946 qui a longtemps réglementé la production, la préparation, la circulation et l'exploitation de la vanille. Il fixe les normes auxquelles doit se soumettre la vanille destinée à l'exportation. Il détermine les caractéristiques qui permettent d'identifier la Vanille-Bourbon.

- Le conditionnement. Une fois terminés le classement et le mesurage, on confectionne des paquets, encore appelés bottes, avec des gousses de même longueur. Les bottes sont alors emballées dans des caisses garnies de papier sulfurisé. Le service de la Répression des Fraudes et du Contrôle de la Qualité vérifie la conformité des produits aux normes édictées par la loi. Il appose des scellés sur les caisses. Ces scellés seront levés un mois plus tard. Si la vanille n'a subi aucun dommage, l'autorisation de vendre est accordée.


Histoire de La vanille.

La vanille, cette orchidée au nom exotique, a une longue histoire. Des biographes ont trouvé sa trace dans le livre "d'histoire générale des chose de la nouvelle Espagne" écrit par le moine espagnol Bernardino de Sahagun. Bien longtemps donc avant l'arrivée des Européens au Mexique la vanille était utilisée par les Aztèques. Les aztèques connaissent et apprécient la vanille qu'ils appellent tlilxochitl , ce qui signifie gousse noire, ils l'utilisent pour parfumer le cacao. Le Mexique garde le monopole de la vanille pendant le XVIIe siècle et le XVIIIe siècle.

L'orchidée après avoir reçu un nom latin, fut baptisée vanilla diminutif de vaina qui veut dire graine.

La vanille fait son apparition à la cour d'Espagne dès le début du XVIe siècle. Elle est aussi appréciée en France ou Louis XIV succombe à son arôme.


L'introduction de la vanille à l'île Bourbon (La Réunion).

L'introduction de la vanille à Bourbon s'est faite en trois temps et à partir de trois lieux différents.

Le 26 juin 1819 elle vient de Cayenne. Pierre Bernard Milius Gouverneur de l'île depuis le 13 septembre 1818 décide de diversifier l'agriculture de l'île. Il organise des expéditions dans toutes les parties du monde afin de ramener dans la Colonie des espèces nouvelles. A la tête d'une de ces expéditions se trouve un créole de Bourbon, le Commandant Pierre-Henri Philibert accompagné du Botaniste Perrotet. C'est de Cayenne qu'ils ramènent les premières boutures de vanille.

Le 6 mai 1820 elle vient de Manille. Une deuxième expédition du Commandant Philibert quitte Bourbon à destination de la Nouvelle Hollande, le botaniste Perrotet fait à nouveau partie du voyage. Cette expédition fera un arrêt à Manille et le botaniste en profitera pour collecter de nombreuses boutures de vanille.

Le 25 septembre 1822 elle vient du Muséum de Paris. M. Marchant ordonnateur de Bourbon, profitant d'un voyage en France, se rend au Muséum de Paris et se procure des boutures de vanille du Mexique. Depuis le siècle dernier on cultivait, au Muséum, cette variété dans des serres chauffées. M. Marchant et sa vanille voyagent sur un bateau commandé par un créole de Saint-André, David De Floris. Ils arrivent à Bourbon le 25 septembre 1822.


58 espèce(s) dans la famille des Orchidaceae - Orchidacées

1 espèce(s) dans le genre Vanilla

Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Vendredi 06 Décembre 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Mi-aime-a-ou.com ne peut prendre aucune responsabilité concernant les effets nocifs de l'utilisation des plantes. Sollicitez toujours l'avis d'un professionnel avant d'utiliser une plante médicinale.





Les dernières pages ajoutées :


Impatiens niamniamensis Gilg
Impatiens niamniamensis Gilg

Ruellia devosiana Jacob-Makoy ex E.Morren
Ruellia devosiana Jacob-Makoy ex E.Morren

Melicope borbonica (Bory) T.G.Hartley
Melicope borbonica (Bory) T.G.Hartley

Flueggea virosa (Roxb. ex Willd.) Royle
Flueggea virosa (Roxb. ex Willd.) Royle

Ficus pumila L
Ficus pumila L

Hypoestes phyllostachya Baker
Hypoestes phyllostachya Baker