Phasme. Les phasmes de La Réunion. Phasme on l'appelle couramment à La Réunion chipèque bâton.

Les phasmes de La Réunion.

Chipèque bâton.

Photo Phasme île de La Réunion.


Phasme de La Réunion.


Phasme de La Réunion.

Les phasmes de La Réunion.


Chipèque bâton.

- Nom commun : Phasme.
- Nom à La Réunion : Chipèque bâton.
- Classe : Insecta.
- Ordre : Phasmatodea.



Les phasmes, les phasmatodea, compte plusieurs milliers d'espèces estimation de 2 500 à 3 000 espèces. La majorité des espèces présente une distribution tropicale et équatoriale (Asie, Amérique et Océanie). Ils sont plus rares en Afrique continentale.



Les phasmes de La Réunion.

Il existe au moins cinq espèces de Phasmes à La Réunion. Phasme en grec signifie " fantôme " ces insectes ont en effet la particularité de se confondre avec la végétation qui les abrite.

A la Réunion les phasmes se trouvent essentiellement dans les forêts indigènes de Bois de Couleurs des Bas et des hauts. Toutefois, une espèce, Sypiloidea sypilus, se rencontre couramment dans les jardins.



Les espèces de La Réunion.

- Sipyloidea sipylus de la famille des Necrosciidae. Présent en Asie du Sud-Est, Madagascar et les Mascareignes. Taille de 80 à 90 mm. Il est reconnaissable à ses longues antennes, c'est le phasme le plus familier des réunionnais, car on le trouve dans la plupart des jardins, mais également en bordure de forêt. Il possède des ailes fonctionnelles mais en fait assez rarement usage. Cette espèce ne comporte pas de mâle. Il porte le nom à La Réunion de : Casse-zassiette, chipèque vanille, chipèque des bois.

- Monandroptera acanthomera de la famille des Phasmidae. Présent à Madagascar, Mayotte, Réunion, Maurice. Taille pour la femelle 180 mm. Ce phasme indigène de La Réunion est sans nul doute le plus gros insecte de l'île. Le dimorphisme sexuel est très important. Le mâle est relativement fin avec un corps cylindrique, des ailes fonctionnelles et des pattes très épineuses. La femelle a un corps souvent large et aplati, pourvu de lobes abdominaux, et ses ailes sont minuscules. Cette espèce habite les forêts de basse et moyenne altitude, tant en zone sèche qu'en zone humide. Ce phasme porte le nom à La Réunion de : Chipèque sept-noeuds, chipèque gros-dos, chipèque grossesse.

- Apterograeffea reunionensis de la famille des Phasmidae endémique de La Réunion. Taille pour la femelle 175 mm pour le mâle 50 mm. Ce phasme est connu seulement depuis l'an 2000, le genre Apterograeffea endémique des Mascareignes ne comprend qu'une autre espèce à l'île Ronde au nord de Maurice. A La Réunion, cette espèce ne se nourrit que des feuilles de palmiste rouge Acanthophoenix rubra, palmier endémique de La Réunion. Cette espèce est donc gravement menacée par le braconnage de ce palmier qui est devenu très rare dans la nature. Ce phasme porte le nom à La Réunion de : Chipèque palmiste.

- Heterophasma multispinosum Cliquennois & Brock, 2004 de la famille des Phasmatidae endémique de La Réunion. Espèce découverte récemment.

- Rhaphiderus spiniger de la famille des Tropidoderinae indigène de Madagascar et de La Réunion. Mâle de 6 à 7 cm de longueur de couleur bronze brillante. Femelle de 8 à 9 cm de longueur de couleur pomme fluo.



Généralité.

Dans la végétation, les phasmes se rencontrent généralement entre un et trois mètres de hauteurs, voire beaucoup plus haut en hauteur pour les Monandroptera. Ces derniers affectionnent les endroits aérés, tels que les clairières et les lisières de forêt. Les phasmes sont en général difficiles à repérer dans la végétation, car ils ne sont actifs que la nuit et passent leurs journées immobiles collés aux branches ou aux feuilles.

Les phasmes sont strictement végétariens. Souvent, chaque espèce de phasmes montre une préférence marquée pour un petit nombre d'espèces végétales. Par exemple, Apterograeffea reunionensis, se nourrit exclusivement du Palmiste rouge des Hauts et voit donc son existence menacée par le braconnage de ce palmier.

Les phasmes ont normalement une reproduction sexuée. Ils peuvent également se reproduire par parthénogenèse, sans avoir recours au mâle de l'espèce : chez S. sypilus, les mâles n'existent même pas et les femelles pondent des oeufs non fécondés qui ne donneront que des femelles. Une fois pondus, les oeufs sont projetés au hasard ou collés aux branches et aux feuilles selon les espèces. A la sortie de l'œuf, le jeune phasme ressemble déjà à l'adulte et va se développer en muant plusieurs fois jusqu'à atteindre le stade adulte.




Espèces de l'Ordre des Phasmatodea présentes à La Réunion.

Classement par Famille et Nom scientifique.

  




Dernière mise à jour : Mardi 24 Octobre 2017   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2017

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Liens commerciaux.




Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+