Histoire Saint-Denis La Réunion.

Histoire Saint-Denis La Réunion.

Création de la commune de Saint-Denis le 23 juillet 1790.

Blason de la ville de Saint-Denis de La Réunion 974
Cathédrale de Saint-Denis de La Réunion.
Hôtel de ville de Saint-Denis de La Réunion.
Gare de Saint-Denis de La Réunion.
Débarcadère du Barachois Saint-Denis de La Réunion.


Promenade au Barachois Saint-Denis.
Fête des fleurs au Jardin de l'État Saint-Denis La Réunion.
8 mai 1945 : Fête de la Victoire à Saint-Denis de La Réunion.
Monument aux morts de la première guerre mondiale Saint-Denis La Réunion.
Le Léopard Contre torpilleur


Le blason de Saint-Denis.

Le blason de la capitale de l'Île de La Réunion, Saint-Denis évoque d'une façon imagée les différents aspects de l'île. Il fut créé par M. Christol de Sigoyer, Conseiller municipal créole sous le Second Empire.

Ce blason fit l'objet d'une délibération du Conseil municipal du 13 février 1866.

L'écu timbré d'une couronne murale, à cinq merlons d'or, maçonnée et couverte de sable est posé sur un rayonnement de quatorze feuilles de phénix d'argent. Il est soutenu d'une ancre du même mouvant de la pointe retenant un listel d'or aux retroussis de gueules brochant sur le feuillage et chargé de la devise empruntée à un texte d'Horace en lettres romaines de sable "Praeter omnes angulus ridet". Plus que tous, ce coin de terre me sourit". Au 1er d'azur à la galère d'argent voguant sur des ondes du même mouvant de la pointe, au 2ème d'or à deux palmiers de sinople posés sur une île soutenue à senestre d'un îlot du même, au chef de sinople chargé d'une chaîne de trois volcans d'argent : celui du centre, sommée d'une nuée fumante de gueules, la dite chaîne soutenue d'une autre chaîne de cinq monts de sinople.


Histoire du nom de Saint-Denis.

La Réunion ne fut occupée de façon permanente qu'à partir de l'arrivée d'Étienne Regnault, premier gouverneur en 1665. Débarqué à Saint-Paul, il décida de s'établir à Saint-Denis en 1669, car, disait-il " son ancrage était le meilleur, ce lieu était destiné à devenir le centre du commerce et du gouvernement.

En 1665, la Compagnie des Indes décide l'expédition d'une flotte vers l'île. L'escadre quitte la Rochelle le 14 mars 1665. Elle comprend une houcre de 60 tonneaux, le " Saint-Denis ". Au cours de l'expédition, à Ténériffe, ce vaisseau perd contact avec le reste de la flotte, il vient ancrer dans la baie du chef-lieu en 1668 devant l'estuaire de la future rivière de Saint Denis. Au nom de la profonde amitié qu'il exprimait pour Chanlette, commandeur du houcre " Saint Denis ", Étienne Régnault, Gouverneur de l'époque, nomma le futur chef-lieu de l'île, Saint Denis.

Saint-Denis fut au III ème siècle, vers l'an 250, l'un des sept évêques missionnaires envoyés sous Dèce en Gaule et devint évêque de Paris, ville où son culte lié à un martyr fut très populaire. Un regard jeté sur la Cathédrale de Saint-Denis permet de voir le martyr de Saint-Denis et ses deux compagnons Rustique et Elentère condamnés à la décapitation, une des scènes les plus émouvantes de l'église, une page éloquente de cette lutte terrible livrée par Saint-Denis.


Histoire de Saint-Denis La Réunion.

En 1671, Jacob Banquet de la Haye, vice-roi des Indes approuve le projet de faire de Saint-Denis, le chef-lieu. Mais cette décision ne sera officialisée que 69 ans plus tard, en 1738, sous l'autorité de Bertrand-François Mahé de La Bourdonnais, Gouverneur de la Réunion. Saint-Denis compte alors 2 166 habitants.

Mahé de Labourdonnais fit entreprendre à Saint-Denis des constructions : un pont débarcadère pour le transport des cafés, la fortification du palais du gouvernement, l'installation de batteries devant la baie au Butor et au Cap Bernard, la construction d'un fort à la Redoute avec une Poudrière, enfin une nouvelle église.

L'ordonnance royale du 17 août 1766 divise l'île en cinq quartiers dont celui de Saint-Denis.

1771, L'ordonnateur de Crémont va donner à Saint-Denis son aspect définitif en faisant tracer par le chevalier Banks le plan de la ville où figurent les principaux bâtiments de la ville. Le nombre des rues fut fixé à, 12 dans le sens Est-Ouest, et 7 dans le sens Nord-Sud.

Le développement de la ville se poursuit, elle est érigée en commune le 23 juillet 1790, impulsé par les négociants et les habitants mais aussi par la volonté d'embellissement des gouverneurs et édiles locaux qui la dotent de quelques monuments de prestige et de nombreux équipements.

Le premier maire de Saint-Denis Joseph jean Baptiste Delestrac est élu le 3 août 1790 :

La séance du mardi 3 août 1790 à 8 heures du matin décide qu'il sera procédé à la nomination d'un maire, de cinq échevins ou officiers municipaux, d'un procureur de la commune, d'un trèsorier, d'un secrétaire-greffier et de douze notables. Joseph jean Baptiste Delestrac est élu avec 126 voix sur 171 votants. Delestrac est né dans le Vaucluze vers 1736 et est arrivé à Bourbon en 1767 ; il est marchand, négociant et cultivateur. Il s'est marié le 22 août 1769. Il est décédé à Saint-Denis le 8 spetembre 1814 à son domicile rue de la Fontaine ( actuelle rue Monseigneur de Beaumont ).

Au début du 19 ème siècle, Saint-Denis et plus particulièrement la Redoute sont le théâtre de la bataille qui décida du sort de l'île et de la victoire anglaise.

En 1815, l'île est rendue à la France, Saint-Denis va enfin jouer son rôle de capitale dans une île devenue indépendante. Une nouvelle période s'annonce avec l'énergique Gouverneur Pierre Bernard Milius qui dote Saint-Denis de plusieurs édifices :

- Un nouveau pont débarcadère au Barachois. Le gouverneur Pierre Bernard Milius pose la première pierre le 29 novembre 1819, cet embarcadère conçu par Partiot est baptisé Barachois, il est capable de recevoir des navires de 150 tonneaux. Au milieu des travaux un cyclone vint tout détruire et les débris de la jetée formèrent un bassin qui devint le Barachois. On abandonna le projet de port mais on construit, pour le débarquement des chaloupes, un pont en bois à l'est du bassin ébauché, premier d'une série d'ouvrages successivement démolis par les cyclones et chaque fois rebâtis au même endroit.

- En 1825, une école de jurisprudence.

- En 1829, un collège Royal. Le Collège royal de l’île Bourbon voit le jour. Sous les ordres du Colonel Maingard, nommé directeur, officieront un professeur de mathématiques, un autre de rhétorique, deux professeurs « d’humanités », un professeur de dessin, un maître de lecture, un autre d’écriture, un surveillant et un portier. Tous sont " logés et nourris dans la maison ". Les élèves paient entre 95 et 30 francs selon qu’ils sont pensionnaires ou externes.

- Le 4 novembre 1829 pose de la première pierre de la Cathédrale de Saint-Denis. Construit sur les plans de l'ingénieur Jean-baptise Dumas, les travaux sont dirigés par Prosper Gourel de Saint-Perne, puis Charles Diomat. Toujours le 4 novembre 1829 Achille Guy Marie de Cheffontaines pose la première pierre de hôpital militaire de Saint-Denis, sur l'ancienne place d'Armes.

23 août 1831, par ordonnance royale Saint-Paul perd la responsabilité de chef-lieu judiciaire de la colonie, cette compétence est transférée à Saint-Denis.

En 1835, Construction du Palais législatif à Saint-Denis pour abriter le Conseil Colonial. ( actuel Muséum ).

Dans les années 1850, le commerce se développe et nécessite l'installation de marines supplémentaires. C'est à cette époque que furent créés, la Banque Colonial, le Muséum d'Histoire Naturelle, la Société Sciences et Arts, l'Hôtel de Ville, le Pensionnat de l'Immaculé Conception.

En 1861, un voyageur M. Simonin nous laisse un descriptif de la ville de Saint-Denis dans son récit : Voyage à l'île de La Réunion.

En 1868, de graves émeutes ont lieu à Saint-Denis. A la suite du vote par le conseil Général de subsides importants aux fondations religieuses, des mécontents réagissent violemment.

28 novembre 1905, inauguration de la mosquée de Saint-Denis, c'est la première mosquée de France, que les fidèles baptisent Mosquée Noor-e-Islam désormais les musulmans jouissent d’un lieu officiel de prière. A cette époque la mosquée peut accueillir dans la salle de prière 150 personnes.

En 1915, l’île de la Réunion est une nouvelle fois pionnière en matière d’institutions religieuses islamiques, elle possède le premier cimetière musulman de France au Butor à Saint-Denis. Cimetière Musulman de Saint-Denis.

24 avril 1926, inauguration de la statue de Roland Garros à Saint-Denis de La Réunion, oeuvre du sculpteur Etienne Forestier. D'abord inaugurée en 1925 à Paris sur les Champs-Élysées, elle a été ensuite installé sur le front de mer de Saint-Denis.

Saint-Denis suit dans les dernières années du 19 ème siècle, l'histoire et l'évolution économique de l'île toute entière.

Lors de la seconde guerre mondiale un événement mémorable survint à Saint-Denis, l'arrivée en rade du contre torpilleur le Léopard, d'une compagnie des Forces Française libres et celle du Gouverneur Jean-Charles André Capagorry. Celui-ci fut le dernier gouverneur de l'île car le 19 mars 1946, le parlement Français votait la loi de Départementalisation, faisant de La Réunion un département Français.

1991. Événements dans le quartier du Chaudron. Des émeutes anti-gouvernementales font 10 morts à Saint-Denis.

Haut de page

Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Mercredi 16 Août 2017   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2017

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.