Église Notre Dame de la Délivrance à Saint-Denis de La Réunion.

Église Notre Dame de La Délivrance.

A voir. A faire. A visiter à Saint-Denis La Réunion.



Notre Dame de La Délivrance Saint-Denis La Réunion.


église Notre Dame de La Délivrance Saint-Denis La Réunion.


Façade supérieure église Notre Dame de La Délivrance Saint-Denis La Réunion.


vierge église Notre Dame de La Délivrance Saint-Denis La Réunion.


Intérieur église Notre Dame de La Délivrance Saint-Denis La Réunion.


Saint-Expédit église Notre Dame de La Délivrance Saint-Denis La Réunion.

Église Notre Dame de La Délivrance.

- Nom : Église Notre Dame de La Délivrance.
- Situation : Place de La Délivrance. La Redoute.
- Ville : Saint-Denis.
- Commune : Saint-Denis.
- Momument : Classé le 29 mars 1996.



L'eglise Notre Dame de La Délivrance inscrite à l'inventaire des monuments historiques le 29 mars 1996.

L'histoire de l'église de Notre Dame de La Délivrance commence en 1857, le premier évêque de La Réunion, Monseigneur Desprez, est nommé au siège de Limoges, le nouvel évêque Monseigneur Maupoint ancien vicaire général de Rennes embarque donc de France sur une Frégate Royale pour rejoindre son nouveau diocèse. Le voyage France, Réunion à cette époque dure quatre mois, c'est une traversée périlleuse qui se fait en contournant l'Afrique.

Au large du Cap de Bonne Espérance le temps se gâte. Le journal de bord de l'époque relate en ces termes l'évènement :

" Un furieux ouragan, qui en quelques heures tord les agrès, fait craquer les vergues, enlève les chaloupes et bastingages et penche lamentablement le vaisseau. Sur le pont en péril, cramponnés ça et là, les passagers et l'équipage attendent dans cette morne stupeur, qui précède le dénouement, qu'un dernier craquement les plonge à jamais dans les abysses..."

Monseigneur Maupoint implore Marie :

" Ô Marie, Étoile des mers, sauve-nous du danger et nous faisons le voeu d'élever sur cette terre de Bourbon ( La Réunion ) où nous aborderons, un sanctuaire qui parlera sans cesse de reconnaissance et d'amour."

Par miracle la frégate arrive à rejoindre Bourbon, le 23 octobre 1857. L'évêque est reçu avec tous les honneurs dus à son rang, c'est aussi le deuxième personnage de la Colonie. Homme d'étude, de science et de dévouement, auteur de plusieurs ouvrages remarquables, Monseigneur Maupoint avait été précédé d'une haute réputation.

Monseigneur Armand René Maupoint réalise son voeu, et le 16 mars 1858, Un arrêté du gouverneur par intérim, M. Lefèvre, commissaire de marine, ordonnateur, autorise l'évêque à ériger une chapelle sur la quatrième paroisse de Saint-Denis. Cette quatrième paroisse est dédiée à Marie Libératrice, qui porte le nom de Notre Dame de la Délivrance, une petite chapelle est édifiée sur le plateau de Petite-Île, avec des matériaux de fortune. Très vite elle devint un lieu de pèlerinage pour les marins et leur famille et reçoit de très nombreux ex-voto.

La chapelle, et le terrain sur lequel elle se trouve sont achetés par la municipalité le 8 mars 1860.

La modeste chapelle ce révèle dans les années 1880, 1890, trop petite pour recevoir toutes les familles du quartier de Petite-Île et de la Rivière ainsi que les pèlerins. L'abbé Pierre Berthomieu natif de l’Aveyron, en poste à la Délivrance depuis 1891, ouvre une souscription pour un projet d'une grande hardiesse, construire l'édifice actuel, c'est le plus important programme religieux de la fin du XIXe siècle à Saint-Denis.

En 1892, le conseil municipal approuve le projet d'une nouvelle église. L'ingénieur communal Auguste Bénard dresse de nouveaux plans et suit le chantier de 1893 à 1897.

La construction d'un nouvel édifice de style néogothique débute en 1893, l'église est achevée en 1897, et consacrée par Monseigneur Fabre le 14 avril 1898.

L'intérieur est formé d'une nef centrale se terminant par un chœur à pans coupés et de deux bas-côtés. Cette distribution intérieure est lisible sur la façade extérieure, où les pilastres sont surmontés de pinacles annonçant les tois vaisseaux.

En 1898, le travail de décoration de l'intérieur de l'édifice est confié au Frère Fulbert de la congrégation des frères du Saint-Esprit, celui-ci rehausse d'un décor floral stylisé l'ensemble des murs de la nef et des bas-côtés tandis que la voûte centrale, en plaques de métal rivetées, est peinte d'un ciel constellé d'étoiles.

Le chœur est garni de toiles marouflées représentant des scènes de la vie de la Vierge et de l’enfance du Christ peintes en 1904-1905, toujours par le frère Fulbert. Certaines scènes sont surmontées d'anges musiciens. Le style du frère Fulbert, arrivé par les Messageries maritimes en novembre 1903, est caractérisé par un accadémisme influencé par la Renaissance italienne.

Quatre vitraux éclairent la partie supérieure de la nef, ils proviennent des ateliers Bessac de Grenoble.

Le vitrail placé au-dessus des fonds baptismaux, illustre le vœu de Monseigneur de Maupoint lors de la tempête qu’il rencontra au large du Cap. Il montre : Un vaisseau en perdition, la prière des naufragés vers marie, l'étoile de la mer qui les conduit à bon port. L'oeuvre qui évoque l'origine du sanctuaire, est bénie le 30 septembre 1928.

La façade est réalisée dans un style gothique toscan. Les murs en moellons de basalte sont liés par des joints saillants. Les contreforts de la façade se termine par des pinacles appareillés en basalte dont la couleur gris foncé s'oppose à des zones enduites et blanchies. Un escalier à double volée qui renferme un oratoire dédié à Notre-Dame, permet l'accés depuis la rue du Pont. La façade est haute d'une vingtaine de mètres, elle comporte trois niveaux :

- La partie inférieure percée de trois portes.

- la partie médiane dotée d'une rose et de deux quatre feuilles aveugles.

- Le niveau supérieur, sommé d'une vierge portée par les quatre évangélistes érigée le 24 septembre 1897, statue polychrome, en fonte de fer, copie d’une statue dite de l’Immaculée Conception de Pie IX, qu’avait admirée le père Berthomieu dans sa région natale. Vingt-huit statues en terre cuite, réalisées par la maison Tête, à Lyon, décorent l'ensemble. Parvenues dans l'île le 30 mars 1897 et disposées en frise, elle représentent les apôtres et les saints. Les figures de Saint Joachim et Sainte Anne sont placés dans les niches des grands pinacles.

Le Mobilier :

Les éléments du mobilier liturgique sont l'oeuvre de Jules Thierse et Joseph Antony, ébénistes à La Réunion. De très nombreuses essences tropicales de bois sont employées : benjoin, natte, tamarin, bois d'olive, bois de rose...

On trouve dans l'église de Notre Dame de La Délivrance une statue de Saint-Expédit, c'est la première église de l'île à avoir accueilli une statue de Saint-Expédit, qui fait objet d'une grande dévotion. On l'invoque pour la réussite en affaires et quelquefois pour des raisons moins louables !

Le pèlerinage de Notre Dame de La Délivrance consacré à la Vierge est très fréquenté par les Réunionnais et on vient chaque dimanche la prier de tous les coins de l'île.

A l'extérieur :

Devant l'église en haut des escaliers à double volée, se trouve un oratoire dédié à Notre-Dame.

Sur la droite de l'église, un calvaire complété en 1952 par des statues de Saint-Jean et de la Vierge, conformation à une association classique dans l'iconographie chrétienne pour ce genre de monument et une symnolique renforcée par le vocable de la paroisse.

A l'arrière de l'église, se trouve un oratoire dédié à la Vierge.

Oratoire à La Vierge église Notre Dame de La Délivrance Saint-Denis La Réunion.

Calvaire église Notre Dame de La Délivrance Saint-Denis La Réunion.


Dernière mise à jour : Lundi 29 Mai 2017   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2017

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Liens commerciaux.


Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+