Histoire de La Réunion année 1950, Histoire de Bourbon La Réunion, les événements de l'année 1950.

Histoire de La Réunion année 1950

- Page précédente :: Année 1949 - Page puivante :: Année 1951


29 mai 1950, Un terrible incendie ravage le centre ville de Saint-Benoît. Une lampe Titus à pression de pétrole explose dans un salon de coiffure, l'incendie se propage d'une maison en bois à l'autre. Au petit matin le centre ville est un champ de ruines : 17 maisons ont été la proie des flammes. On les reconstruira en dur.

Case, maison bois et tôle

1950. La Réunion compte environ 60 000 maisons, pour 270 000 habitants. Moins de 5 000 sont en matériaux solides. Plus de la moitié sont en bois, une bonne partie des autres sont en torchis couvertes de palmes. Cet habitat précaire est fort mal équipé sur le plan sanitaire : 10 % des maisons seulement ont l'eau courante ou l'électricité, et moins encore disposent d'installations sanitaires correctes. Un sous-équipement qui favorise maladies et parasitoses.

Case, maison en tôle

1 er juin 1950, Paul Demange préfet de La Réunion est remplacé par Roland Luc Béchoff.

27 septembre 1950, La Réunion fête le centenaire de son diocèse, c'est l'occasion de grandes fêtes. L'île accueille six évêques : Mgr Liston de l'île Maurice, Mgr Hilhort, vicaire apotolique de Miarinarivo, Mgr Le Bbreton, vicaire aspotolique de Tamatave, Mgr Wolff, vicaire aspotolique de Diégo-Suarez. Ces présences témoignent des bonnes relations entre ces diverses chrétientés. Le 27 septembre 1950, la messe solennelle du centenaire est célébrée au "Jardin colonial". La journée est pratiquement chômée. Les gens arrivent des quartiers par camions. Pie XII fait envoyer un télégramme par celui qui deviendra plus tard Paul VI, son substitut Mgr Montini : Sa Sainteté reconnaissante hommage occasion centenaire diocèse. Implore continuation abondantes grâces. Envoie votre Excellence, évêques présents, clergé, fidèles, bénédiction apostolique". A 11 h ce même jour, Jules Olivier, sénateur maire de Saint-Denis rebaptise la "rue de la Fontaine", en "rue Monseigneur de Beaumont".

2 octobre 1950 jusqu’au 3 novembre 1950, les cheminots cessent le travail. Ils sont rejoints dans la grève par les dockers, qui revendiquent 25% de majoration de leurs salaires. De leur côté, les cheminots demandent que le chemin de fer de La Réunion qui est à la charge de la colonie, soit rattaché au ministère des Travaux publics (aujourd’hui le ministère de l’Équipement) comme le port et les routes. Les cheminots réclament également que ce moyen de transports et de déplacements soit classé chemin de fer d’intérêt général au même titre que de nombreuses lignes de France métropolitaine. Enfin, les cheminots exigent "l’intégration" des 78% d’auxiliaires que compte le CPR (Chemin de fer et port de La Réunion).

27 décembre 1950, La réponse de Paris concernant les revendications des cheminots du chemin de fer réunionnais revêt la forme d’un décret portant dissolution du CPR. Ce décret est signé le par Antoine Pinay.

1950, mise en place des alertes cycloniques, l'amélioration des communications radio et services météorologiques de la région permet de mettre en place un suivi des trajectoires et aboutit à l'instauration, en 1950 d'un système d'alertes :
- Phase 1 : mise en alerte des services publics.
- Phase 2 : signale l'approche du cyclone et invite les habitants à prendre leurs précautions.
- Phase 3 : marque le danger immédiat, toute circulation est alors interdite.

1950, Air France devant l’accroissement constant du trafic, décide d’augmenter la fréquence de ses liaisons entre La France et Madagascar qui passent de deux à trois. C’est le Loocked L749 Constellation qui assurera ce troisième service. Ce nouvel appareil réduit la durée du voyage : la liaison France-Madagascar se fait en à peine plus de vingt-quatre heures. En revanche on change d’avion une fois arrivé dans la Grande Ile. En effet l’aéroport de Gillot ne peut recevoir le Constellation, la fin de la ligne vers La Réunion et Maurice, est toujours assurée par un DC4. Une fois par semaine, le "Constellation" met avec le DC4 La Réunion à trente heures de Paris.


Naissance en 1950 :

10 janvier 1950, naissance de Michel Vergoz Homme politique, maire de la commune de Sainte-Rose de 1989 à 2001, élu sénateur de La Réunion le 25 septembre 2011.

24 août 1950, naissance de Huguette Bello, Femme politique, première femme députée de La Réunion.

29 août 1950, naissance de Jean-Luc Poudroux, Président du Conseil général : 30 mars 1998 au 23 mars 2004.


Décès en 1950 :

2 novembre 1950, décès de Paul Hermann, enseignant, écrivain, historien. De nombreux établissements scolaires, écoles, lycées portent le nom de Paul Hermann à La Réunion.



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Lundi 12 Novembre 2018   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2018

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.