Histoire de La Réunion année 1943, Histoire de Bourbon La Réunion, les événements de l'année 1943.

Histoire de La Réunion année 1943

- Page précédente :: Année 1942 - Page puivante :: Année 1944


1943, le ralliement de la Réunion à la France combattante provoque le soulagement de la majorité de la population. La Réunion retrouve, enfin, la voie dont l'avait détournée le gouverneur Aubert. L'arrivée des gaullistes marque la fin du régime de Vichy, la fin des contraintes politiques, de l'ambiance policière, des dénonciations, des interdictions, des surveillances. Mais l'île reste confrontée à la situation de guerre, politique et économique, au début de 1943, La Réunion se trouve dans une véritable situation de famine et le Gouverneur Capagorry est contraint de demander de toute urgence une livraison, transporté par le contre torpilleur Léopard de 12 000 tonnes de riz, 8 000 tonnes de maïs et de 4 000 tonnes de grains secs.

1er janvier 1943, par décret du général de Gaulle, le gouverneur de La Réunion Capagorry et le général Legentilhomme, haut-commissaire de la France libre dans l'océan Indien, deviennent membres du Conseil de Défense de l'Empire. La Réunion se retrouve insérée d'emblée dans les plus hautes instances de la France libre.

11 janvier 1943, le gouverneur Capagorry nomme Monsieur Roger Duplan chef du Bureau Presse, Propagande, Informations et Censure, en remplacement de Jean-Jacques Pillet. Il a sous ses ordres un jeune étudiant réunionnais affecté au service des Informations, Raymond Barre.

Raymond Barre

15 janvier 1943, un arrêté du gouverneur Capagorry place le pain sous le régime de la carte alimentaire.

1 er trimestre 1943, les maires nommés par Vichy sont démissionnés et remplacés par des délégations spéciales.

3 février 1943, un arrêté du gouverneur Capagorry lève l'état de siège à la Réunion.

Mars 1943, le Conseil Général suspendu depuis 1940 est restauré dans ses fonctions, la première session du Conseil général vote un impôt spécial pour combler la dette de la colonie.

16 avril 1943. Jean-Charles André Capagorry gouverneur de La Réunion écrit au procureur général : " l’action des personnes qui ont servi les gouvernements Pétain jusqu’à mon arrivée ne s’est jamais exercée ici sciemment en faveur de l’ennemi. Et s’il y eut quelques ardents propagandistes de ce qu’on appelle la « révolution nationale », cette propagande évita toujours soigneusement de recommander la collaboration ou le racisme, pour des raisons tirées des contingences locales. "

20 avril 1943, une chambre de révision siégeant à Saint-Denis annule presque toutes les condamnations, mises à pied et rétrogradations prononcées entre juin 1940 et le 27 novembre 1942, réhabilitation et dédommagement des victimes, remboursement des amendes, réintégration de fonctionnaires avec reconstitution de carrière et avancement. Vis-à-vis des responsables du régime de Vichy, Capagorry choisit l’apaisement. Á peine une vingtaine de responsables passeront en jugement, soit devant la chambre civique de la Réunion, soit devant le tribunal militaire de Tananarive : la plupart seront relaxés ou légèrement condamnés. Par contre, Jean-jacques Pillet, directeur de cabinet d’Aubert, l'ancien gouverneur, sera révoqué.

6 mai 1943, Raymond Vergès qui s’impose comme un leader politique dans l’île, affirme son attachement à la personnalité du général de Gaulle. Au nom de l’Union départementale des syndicats, Raymond Vergès adresse le radio-télégramme suivant au Général de Gaulle : "occasion premier mai, nous cégétistes réunionnais, exprimons Général de Gaulle, chef France Combattante et parti résistance, profonde admiration, attachement total et fervente espérance le voir réaliser union nécessaire de tous vrais Français. Prisonniers de nôtre île, la rage au cœur ne pouvoir lutter à ses côtés, eûmes joie frénétique pouvoir accueillir Forces nationales françaises libres libératrices ; Aussitôt nos jeunes camarades se sont engagés pour théâtres extérieurs, tandis que vieux donnaient leurs fils pour servir la France, celle qu’il eût la gloire de maintenir qu’il rassemblera tout entière, qu’il conduisit et conduira à victoire dont notre patrie sortira plus grande et plus prestigieuse que jamais."

Octobre 1943. Le Conseil général désigne à l'unanimité Mickaël De Villèle, comme représentant de la Réunion à l'Assemblée consultative d'Alger en décembre 1943.

19 décembre 1943. Visite officielle à la Réunion de René Pleven, commissaire aux colonies du Gouvernement d'Alger.

René Pleven commissaire aux colonies du Gouvernement d'Alger

1943, l’Académie décerne à Marius et Ary Leblond une troisième récompense : le Grand prix de l’Empire, pour l’ensemble de leur production littéraire.


Naissance en 1943 :

23 janvier 1943, naissance de Pierre Steinmetz, préfet de La Réunion du 9 janvier 1995 au 27 novembre 1995.


Décès en 1943 :

1943, décès de Auguste de Villèle. Poète et Homme de sciences.



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Samedi 15 Décembre 2018   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2018

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.