Bactrocera cucurbitae. Mouche du melon.

Bactrocera cucurbitae (Coquillett).

Mouche du melon.

Insecte de La Réunion.

Bactrocera cucurbitae.


Bactrocera cucurbitae. Mouche du melon.

Bactrocera cucurbitae. Mouche du melon.

- Nom commun : La mouche du melon.
- Nom scientifique : Bactrocera cucurbitae (Coquillett).
- Synonyme :
- Chaetodacus cucurbitae (Coquillett).
- Dacus cucurbitae (Coquillett).
- Strumeta cucurbitae (Coquillett).
- Zeugodacus cucurbitae (Coquillett).
- Ordre : Diptera.
- Sous-ordre : Brachycera.
- Famille : Tephritidae.
- Genre : Bactrocera. - Origine : Asie du sud est.



Bactrocera cucurbitae, la mouche du melon appartient à la famille des Tephritidae et au genre Bactrocera qui comprend plus de 500 espèces décrites.



Origine, répartition Bactrocera cucurbitae.

Bactrocera cucurbitae (Coquillett)., est originaire de l'Asie du sud est, cette mouche est présente dans de nombreux pays du monde : Birmanie, Ceylan, Formose, Guam, Hawaï, l'Inde, le Japon, Java, Kenya, Malaisie, Maurice, La Réunion, les Philippines, Singapour, la Chine du Sud et l'île de Timor.



Bactrocera cucurbitae à La Réunion.

Bactrocera cucurbitae, la mouche du melon est connue à La Réunion depuis les années 1970, très polyphage elle cause des dommages aux cultures car elle pond ses oeufs dans toutes les cucurbitacées cultivées à La Réunion : melon, courgette, citrouille, pastèque, concombre, poivron, chouchou ou christophine, Patolle ou patole, margose, luffa ou pipangaille, calebasse. La mouche à melon sévi aussi sur : la tomate, le haricot vert, occasionnellement l'aubergine, l'orange, la papaye, la mangue, la pêche, la figue. Elle attaque aussi les fleurs, les feuilles, les tiges et les racines.

Bactrocera cucurbitae est présente à La Réunion de préférence à basse altitude, à moins de 600 m. Son développement est favorisé dans l'île, car il est fortement dépendant des conditions thermiques, l'optimum se situe à 32 °C, température qui permet l'achèvement d'une génération en 2 semaines.



Régime alimentaire Bactrocera cucurbitae.

Bactrocera cucurbitae, la mouche du melon se nourrit de nectars et de la sève des plantes, de fruits en décompositions et des excréments d'oiseaux. Elle vole de préférence le matin et en fin d'après-midi et se reposent sur le dessous des feuilles ou dans des zones ombragées la journée parfois à une distance considérable de plantes hôtes. Les adultes vivent généralement pendant 10 mois à un an.



Description Bactrocera cucurbitae.

La mouche du melon adulte mesure de 6 à 8 mm de longueur. La tête et les yeux sont brun foncé. Le corps est brun jaunâtre avec une tache jaune au-dessus de la base de la première paire de pattes, une bande jaune, avec des lignes courbes de chaque côté et un triangle jaune. Les ailes sont modelées avec une bande brune épaisse s'étendant le long du bord d'attaque, se terminant par une tache brune plus grande à la pointe. Une autre bande mince s'étend à partir de la base de l'aile juste à l'intérieur du bord de fuite de chaque aile. Une tache brune se produit près de la marge de l'aile. L'abdomen est jaune rougeâtre avec des bandes plus foncées sur le deuxième et le troisième segments abdominaux. Les jambes sont jaunâtres.



Reproduction Bactrocera cucurbitae.

Les œufs de la mouche du melon sont pondus sous la peau des fruits, préférentiellement mûrs. Une femelle pond 1 000 œufs tout au long de sa vie, dans les conditions optimales, en moyenne 300. Les œufs sont insérés dans les fruits en grappes de 1 à 37, ils sont minces, blancs, elliptiques, courbés, mesurant deux millimètres de longueur, et éclosent en 2 à 4 jours. Le cycle de vie de l'oeuf à l'adulte nécessite de 14 à 27 jours.

Il y a 3 stades larvaires pour cet insecte.

Les larves, blanc crème et longues de dix millimètres, se développent en se nourrissant de la chair du fruit durant 6 à 11 jours, chaque étape larvaire dure de 2 jours ou plus. Une fois achevée sa croissance, la larve, qui mesure alors 7,5 à 11,8 millimètres de longueur, quitte le fruit et passe au stade de pupe sur le sol.

Les pupes restent dans le sol sous la plante hôte. Elles sont de forme elliptique, de couleur brun-jaunâtre. Elles sont nettement cernées par des bandes jaunes étroites autour de chaque segment. Par temps chaud le stade dure 9 à 11 jours.



Nuisibilité Bactrocera cucurbitae.

La mouche du melon est une espèce nuisible, des pièges sont fabriqués en imbibant des bouts de papier d'un mélange de cue-lure et d'insecticide, moyen utilisé à La Réunion. Des moyens de prévention comme le ramassage des fruits tombés à terre, la limitation du transport des fruits, leur emballement et leur mise en quarantaine sont aussi efficaces.

La limitation des dégâts causés par les mouches passe par une stratégie globale de lutte intégrée comportant différentes méthodes complémentaires à mettre en oeuvre :

- La prophylaxie : nettoyage des abords des parcelles et ramassage et la destruction des fruits piqués.
- Le piégeage sexuel de masse (MAT).
- Le traitement par tâche (BAT).



Mouches nuisibles à La Réunion :

Mouches des fruits :
- Bactrocera zonata. - Ceratitis capitata. - Ceratitis rosa.

Mouches des légumes : :
- Dacus demmerezi. - Dacus ciliatus. - Bactrocera cucurbitae.




Espèces de l'Ordre des Diptera présentes à La Réunion.

Classement par Famille et Nom scientifique.

                                                                 




Dernière mise à jour : Mercredi 13 Décembre 2017   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2017

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Liens commerciaux.




Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+