Histoire de La Réunion année 1711, Histoire de Bourbon La Réunion, les événements de l'année 1711.

Histoire de La Réunion année 1711

- Page précédente :: Année 1710 - Page puivante :: Année 1712


1711, Antoine Labbé dit Desforges Boucher remet à M. Fougerolle, directeur général de la royale Compagnie des Indes un texte sulfureux dans lequel il règle ses comptes avec la société bourbonnaise. "Dans cette galerie de portraits, rares sont ceux qui échappent à la vindicte de Desforges Boucher et de son jugement est sans appel. Ceux qui bénéficient de son indulgence sont qualifiés de paresseux, d'ivrognes invétérés ou de fainéants. Antoine Boucher dresse un portrait au vitriol de tous les habitants de l'île, décrivant par le détail leurs revenus mais surtout tous leurs mauvais penchants. Sous sa plume acerbe, personne ne trouve grâce. A commencer par les premiers colons et leurs enfants :

Mémoire d'Antoine Boucher

" des bestes féroces, des débauchez, comme vous, auxquels vous n'avez jamais fait donner la moindre éducation (...). Vous les avez élevés comme des cochons à l'angrais, dans une honteuse oisiveté. Vous les avez nourris à la destruction de l'isle, dont vous avez dépeuplé les bois de bestiaux (...). Vous leur avez donné l'exemple de l'ivrognerie et des autres débauches". Il est également intraitable avec les mulâtres. " Vous voulez estre blancs et vous pratiquez une vie de nègre (...). Comme eux, vous fuyez vous cacher dans les bois pour échapper aux punitions que vous avez méritées ; comme les nègres, vous volez et massacrez les bestiaux d'autrui ; les nègres le font par crainte d'être maltraitées s'ils ne rapportent pas de gibier, mais, vous le faites par votre inclination quy vous porte à piller le troupeau entier de vos voisins".

Son jugement est tout aussi impitoyable vis-à-vis de tous les flibustiers et autres aventuriers qui ont trouvé refuge à Bourbon :

"Il y a quatre jours vous étiez l'horreur du genre humain, errants par les mers sans savoir que devenir, ni quel sort serait le vôtre dans le détestable métier de pirate que vous exerciez".

Il se fait encore plus virulent, lorsqu'il parle des esclaves :

"Le nègre est plus noir que le diable".

17 février 1711, la Compagnie adresse au gouverneur Parat, le texte d'Antoine Boucher, Les propos sont si venimeux que ce texte restera longtemps secret. ", il fut conservé aux archives de la Compagnie des Indes puis à celles de la Marine. Joseph de Villèle, ministre de Charles X, et marié à une créole que ses ennemis politiques feignaient d'appeler la négresse, donna l'ordre, qui fut respecté jusqu'à nos jours, de garder secret le Mémoire de Boucher. Cependant, Pierre Margry, à la fin du 19e siècle, en fit faire une copie assez fidèle, qui à sa mort, fut déposée à la bibliothèque Nationale, où chacun put avoir le loisir de le consulter, note le père Jean Barassin dont on trouve les commentaires dans la réédition de ce texte réalisée en 1978.

7 mars 1711, l'organisation judiciaire est remaniée par lettres patentes, Louis XIV crée le conseil provincial pour rendre justice en lieu et place de celui de Pondichéry considéré comme trop éloigné. Il faut attendre le 23 juillet 1713, pour que cette nouvelle arrive à Bourbon par le navire l'Auguste.

1711, Bourbon (La Réunion) franchi le cap des 1 000 habitants, plus exactement 1 024 habitants avec 557 Blancs et 467 Noirs.

20 Avril 1711 au 3 Septembre 1711, Louis Boyvin d’Hardancourt, Secrétaire Général de La Compagnie des Indes est chargé d’évaluer les comptoirs que La Compagnie possède dans l’Océan Indien. Il séjourne à Bourbon du 20 Avril 1711 au 3 Septembre 1711, où il s’informe de tout. Et c’est en revenant d’une excursion organisée par Jacques Auber dans les hauts de Saint Paul qu’un des serviteurs qui les accompagnes, retire des poches de son vêtement des grains qu’Hardancourt identifie immédiatement comme étant des cerises de café. Ils retournent immédiatement sur les lieux et retrouvent les arbustes qui sont en production. Hardancourt fait ramasser les cerises qui sont déjà tombé sur le sol et cueillir les baies mûres. Il prélève aussi quelques rameaux pour identification. Il en fait confectionner deux ballots qu’il rapporte à Paris. C'est la découverte du café marron de Bourbon, il a été identifié seulement en 1783 par Lamarck, qui lui donna son nom scientifique de Coffea mauritana Lam.

Coffea mauritiana Lam. Café marron.

20 avril 1711. Henry de Justamond arrive à Bourbon sur la flotte de Raoul, il a été nommé Garde-magasin, il devient donc le bras droit du gouverneur Pierre Antoine Parat de Chaillenest.

Coffea mauritiana Lam.



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Jeudi 18 Juillet 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.