Pierre Antoine Parat de Chaillenest Gouverneur. Personnage célèbre de l'île de La Réunion

La Réunion
Cherchez une page sur le site
www.mi-aime-a-ou.com

 
Promo Séjour La Réunion   Navigation :: Accueil :: Histoire de La Réunion ::  Personnages célèbres de La Réunion :: 
    Recherche par :: Liste alphabétique :: Liste année de naissance
    Rubrique   :: Artiste :: Divers :: Écrivain :: Gouverneur :: Militaire ::  Politique :: Préfet :: Religion :: Scientifique
       

Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+
 
 
 ITC Tropicar
 Location de voitures
 à La Réunion
 5 % de remise en ligne
  itctropicar.com
 
 Aide pour vos vacances
 Help-vacances
 Hôtels, gîtes, locations
 saisonnières, campings
 help-vacances.com
 
         

 

 

Pierre Antoine Parat de Chaillenest.

Gouverneur de août 1710 au 12 novembre 1715.

 

Gouverneur précédent :: Michel François des Bordes de Charanville :: gouverneur suivant :: Henry de Justamond

 
     
 

Pierre Antoine Parat de Chaillenest.

Pierre Antoine Parat de Chaillenest est lieutenant de la garnison de Ponchichéry, il fait escale à Bourbon par le Saint-Louis le 18 avril 1709, lors de son retour en France.

Le 18 juin 1709, alors qu'il attend le départ du vaisseau pour continuer sa route, il apprend que la Compagnie des Indes vient de la nommer gouverneur de Bourbon. Cette nomination qui vient de France le surprend, sceptique, il repart en Inde à la mi-juillet pour en faire part à son supérieur André Herbert, directeur général de la Royalle Compagnie des Indes Orientales et prendre de nouvelles consignes. Le nouveau gouverneur est de retour à Bourbon en début d'année 1710.

Création du Conseil provincial.

L'organisation judiciaire est remaniée par lettres patentes, Louis XIV crée ce conseil provincial le 7 mars 1711, pour rendre justice en lieu et place de celui de Pondichéry considéré comme trop éloigné. C'est le navire l'Auguste qui apporte cette nouvelles le 23 juillet 1713.

Le capitaine de l'Auguste, Gilles Anice de Vanhariot amène aussi le brevet d'une distinction honorifique particulière pour le gouverneur Pierre Antoine Parat de Chaillenest. Le 25 juillet 1713, le gouverneur arbore son nouveau titre de Chevalier de Notre-Dame du Mont-Carmel et de Saint-Lazare de jérusalem.

Le conseil provincial comprend les représentants de la Compagnie : gouverneur, procureur fiscal, et ceux du clergé, des membres nommés par la gouverneur, pour chacun des trois quartiers, Saint-Denis, Saint-Paul et Sainte-Suzanne.

Sur le plan politique, la création du Conseil provincial associe pour la première fois les habitants à la vie administrative. Jacques Léger, Augustin Panon et Pierre Parny furent les élus des quartiers.

Henry Justamond siège comme procureur et Parat complète par la nomination de Denis Turpin, capitaine de Sainte-Suzanne.

 

 

Café Arabica

récolte du café

 
 

Le 29 août 1713, tous les membres du Conseil se réunissent au gouvernement à Saint-Denis, cinq membres pour les affaires civiles et sept pour les affaires criminelles. Les lettres de Patentes sont lues et enregistrées, le gouverneur reçoit le serment de tous les membres du conseil.

Henry de Justamond garde-magasin depuis le 1 er mai 1711, est nommé par le Conseil provincial notaire. Celui-ci ouvre, le 1er septembre 1713, un registre destiné à la transcription des sentences, obligations, contrats de mariage, donations, testaments.

Jusque là, les concessions estampillées du sceau de la Compagnie étaient faites sur des feuilles volantes conservées par leurs attributaires et pouvaient être détruites ou égarées. Attribution de nouvelles concession, le gouverneur est maître de fixer la redevance de la concession de concert avec le demandeur. L'acte devra être signé en présence : du gouverneur, du notaire, du procureur général et du demandeur tous quatre devront signer la minute avec le greffier, à peine de nullité.

Pendant son mandat, Pierre Antoine Parat de Chaillenest informe La Compagnie des Indes par de nombreux rapports.

En décembre 1712, il rapporte au Ministre Pontchartrain l'insuffisance des ports de Bourbon et le départ des hollandais de l'île Maurice.

En 1714, il recommande à la Compagnie l'acquisition de Maurice. Il insistait surtout sur les avantages du mouillage :

" Cette île conviendrait fort à la Compagnie des Indes y ayant deux beaux ports qui mettent les navires à l'abri de tout vent ; la terre y est fort bonne, le terrain est plus plat que l'île de Bourbon , si les Hollandais ne se sont pas réservés quelques droits sur cette île, la Compagnie ne pourrait jamais mieux faire que de s'en emparer et d'y passer une partie des habitants de l'île de Bourbon qui commencent à être en grand nombre et qui ont de la peine à vivre. "

Parat revenait à l'idée d'établir à Maurice l'entrepôt du commerce des Indes, une fois en possession de l'île, la Compagnie :

" y pourrait faire des magasins y ayant des ports fort commodes et y avoir des vaisseaux qui iraient aux Indes charger des marchandises pour ceux qui viendraient de France, dont le voyage se pourrait faire en moins d'un an ".

 

Le 29 janvier 1713, la colonie manque de main-d'œuvre, le gouverneur Parat promet l'amnistie aux quelques marrons qui ont demandé asile a la montagne et qui n'ont pas d'autre crime à se reprocher :

" On fait savoir à nos Noirs, Négresses qui sont marrons dans les bois et qui ne sont coupables d'aucun autre crime que celui de marronnage qu'ils aient au plus tard à se rendre dans quelques jours à commencer de celui-ci sous promesse qu'on leur fait qu'ils seront pardonnés de leur marronnage au contraire faute à eux de se rendre dans les quinze jours s'ils sont pris ils seront punis de mort et pour que la présente amnistie aient toute leur force et valeur, et que lesdits marrons y puissent faire foi, nous y avons apposé le sceau du Roy et celui de la royalle Compagnie à Saint-Paul ".

Le 8 décembre 1714, arrivent cinq Lazaristes, répartis dans les trois paroisses, Bourbon aura un clergé stable et cette présence se fera sentir par son influence sur la population.

Sur le plan économique l'île entre dans l'ère du café. Alors que le café de Moka est introduit pour acclimatation dans l'île, on découvre en abondance un café indigène que l'on appela le " café marron ". Dès cette découverte Parat va faire le déplacement pour la France, accompagné d'un jeune créole Dalleau, pour défendre le dossier de la nouvelle richesse auprès de la Compagnie des Indes.

Ils embarquèrent à bord du navire l'Auguste le 14 novembre 1715. Cette entrevue aura une incidence positive pour l'île car la Compagnie des Indes, dont le privilège d'exploitation de Bourbon devait expirer le 1 er avril 1715, va le renouveler pour encore 10 ans.

Le 12 novembre l'intérim est confié à Justamond, en attendant son retour. Pierre Antoine Parat de Chaillenest ne reviendra pas gouverneur. Il sera évincé par les intrigues d'Antoine Desforges de Boucher.

La France s'installe à Mauritius, le 20 septembre 1715.

Les ordres sont donnés par le gouvernement royal pour assurer la prise de possession de Maurice. Guillaume Dufresne, capitaine malouin du Chasseur, se rend au port Nord 0uest de Maurice en septembre 1715. Il sait que l'île était totalement inhabitée, et, après avoir fait tirer le canon et attendu plusieurs jours pour vérifier cet abandon, il prit possession de Maurice le 20 septembre 1715 et lui donna, suivant les ordres ministériels, le nom d'Île de France.

Parat embarqua pour Pondichéry afin d'exercer les fonctions de Major. Il y mourut et fut inhumé le 20 juillet 1721.

 

 

 
 
   
  Voir les infos rajoutées sur cette page      Compléter les informations de cette page
   
  La dernière information ou le dernier commentaire de cette page : 
   
  Impossible d'effectuer la requête pour trouver les commentaires pour le site

Voici le message d'erreur renvoyé par la base de données :
1146 : Table 'miaimeaou1.commentaires_pages' doesn't exist