Mimusops balata (Aubl.) C.F. Gaertn, Grand natte, Arbre endémique La Réunion et île Maurice, Famille : Sapotaceae - Sapotacées.

Mimusops balata (Aubl.) C.F. Gaertn

Grand natte

Arbre endémique La Réunion et île Maurice.

- Nom commun : Grand natte.
- Autre nom : Grand-Natte. Nattier
- Nom scientifique : Mimusops balata (Aubl.) C.F. Gaertn.
- Synonymes :
- Achras balata Aubl.
- Binectaria borbonica Kuntze.
- Imbricaria balata (Aubl.) A.Chev.
- Imbricaria binectaria A.DC.
- Imbricaria gigantea Pierre ex Baill.
- Imbricaria maxima Poir.
- Kaukenia commersonii (G.Don) Pierre ex Engl.
- Mimusops balota Blume.
- Mimusops commersonii (G.Don) Engl.
- Mimusops imbricaria Willd.
- Mimusops maxima (Poir.) R.E.Vaughan.
- Mimusops nattarium Willemet.
- Mimusops retusa Willemet.
- Ordre : Ericales.
- Famille : Sapotaceae - Sapotacées :: 8 espèces sur le site.
- Tribu : Mimusopeae.
- Genre : Mimusops L. 2 espèce(s) dans le genre Mimusops
- Espèce : Mimusops balata.
- Origine : Endémique La Réunion et île Maurice.



Mimusops balata (Aubl.) C.F. Gaertn. Grand natte.


Mimusops balata (Aubl.) C.F. Gaertn. Grand natte.


Mimusops balata (Aubl.) C.F. Gaertn. Grand natte.


Mimusops balata (Aubl.) C.F. Gaertn, anciennement référencé sous le nom scientifique de Mimusops maxima appartient à la famille des Sapotaceae et au genre Mimusops L., qui comprend environ 40 espèces dont 20 se trouvent en Afrique continentale, 15 à Madagascar, 5 aux Seychelles et aux Mascareignes (La Réunion, Maurice, Rodriques), et une seule en Asie et dans le Pacifique Mimusops elengi. Le genre Mimusops a été décrit par Linné en 1753.


Origine Mimusops balata :

Mimusops balata (Aubl.) C.F. Gaertn, le Grand natte est endémique de La Réunion et de l'île Maurice, l'espèce est très rare à Maurice. Mimusops balata est très polymorphe, notamment pour la taille et la forme des fruits et le nombre de graine. A La Réunion le fruit contient de 1 à 6 graines, à l'île Maurice le fruit contient 1 à 2 graines.


Mimusops balata à La Réunion :

Mimusops balata est présent à La Réunion dans la forêt humide à basse altitude, de 700 à 1100 m dans la partie ouest de l'île, à partir du niveau de la mer jusqu'à 900 m dans la partie orientale. Dans les régions plus sèches, il se trouve le long des ruisseaux. Cet arbre fournissant un bois d'œuvre et de construction d'excellente qualité a été massivement utilisé dans les premiers siècles de colonisation de l'île, notamment en ébénisterie. Se raréfiant Mimusops balata bénéficie aujourd'hui de programmes sylvicoles de gestion et de replantation (ONF). L'arbre est planté pour la restauration écologique de l'environnement et comme arbre d'ornement. Quelques plantations artificielles à Saint-Philippe, en association avec le Ti natte ou petite natte, Labourdonnaisia calophylloïdes, espèce aussi endémique seront susceptibles dans quelques décennies de ne fournir des volumes très minimes.

Mimusops balata (Aubl.) C.F. Gaertn. Grand natte.


Description Mimusops balata :

Mimusops balata est un arbre pouvant atteindre une hauteur de 20 m. Son tronc est droit à l'écorce grossièrement fissurée, grise à presque blanchâtre. Les jeunes rameaux sont marqués par les cocatrices foliaires.

Les feuilles entières, simples disposées en spirale, en touffes aux extrémités des branches sont pétiolées. Le pétiole mesure de 2 à 5 cm de long, les stipules sont absentes. Le limbe coriace est de forme elliptique, de 6,5 à 13 cm de longueur, pour une largeur de 3 à 8 cm, cunéiforme à la base, arrondi à l'apex.

Inflorescence en fascicule naissant dans l'aisselle des feuilles, avec 1 à 3 fleurs. La fleur pédonculée, pédoncule de 2 à 4 cm de long, recourbé est formée de sépales rougeâtres disposés en 2 verticilles de 4, d'une corolle brun pâle, avec un tube court et 8 lobes chacun avec 2 appendices divisés presque jusqu'à la base en 3 à 4 lobes étroits, jusqu'à 12 mm de long. Les 8 étamines sont disposées en alternance avec 8 staminodes poilus. Maxima balata est en fleurs de novembre à février.

Le fruit, une baie, vert clair est plus ou moins piriformes, de 5 à 7 cm de diamètre. Le fruit est comestible la pulpe est douce, avec une saveur agréable. Les graines de 4 à 5 cm de long sont aplaties, parfois légèrement carénée, avec une petite cicatrice circulaire basale.


Utilisation médicinale Mimusops balata :

Une décoction de feuilles est astringent et utilisé pour traiter la diarrhée, la dysenterie et les hémorragies.


Utilisation Mimusops balata :

Le bois de coeur de Mimusops balata est brun rougeâtre, lourd et dur. Il est de fil serré et durable même en extérieur. Il est encore parfois utilisé pour la construction (bardeaux), la menuiserie, les meubles et les jouets en bois. Le latex, récupéré principalement à partir des fruits verts, servait autrefois à confectionner la colle natte, une glu destinée à piéger les oiseaux.

Mimusops balata (Aubl.) C.F. Gaertn.

Mimusops balata (Aubl.) C.F. Gaertn.


8 espèce(s) dans la famille des Sapotaceae - Sapotacées

2 espèce(s) dans le genre Mimusops

Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Lundi 17 Juin 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Mi-aime-a-ou.com ne peut prendre aucune responsabilité concernant les effets nocifs de l'utilisation des plantes. Sollicitez toujours l'avis d'un professionnel avant d'utiliser une plante médicinale.





Les dernières pages ajoutées :


Flueggea virosa (Roxb. ex Willd.) Royle
Flueggea virosa (Roxb. ex Willd.) Royle

Ficus pumila L
Ficus pumila L

Hypoestes phyllostachya Baker
Hypoestes phyllostachya Baker

Senecio tamoides DC
Senecio tamoides DC

Ravenea glauca Jum. & H.Perrier
Ravenea glauca Jum. & H.Perrier

Euphorbia marginata Pursh
Euphorbia marginata Pursh