Monseigneur Gilbert Aubry, Évêque de La Réunion le 20 novembre 1975.

Monseigneur Gilbert Aubry.

- Nom : Gilbert Aubry.
- Naissance : 10 mai 1942 à Saint-Louis La Réunion.


Gilbert Aubry est né le 10 mai 1942 à Saint-Louis, La Réunion, son père et sa mère portaient tous deux le même patronyme, Émile Aubry et Cornélie Aubry.

Il est baptisé le 25 mai 1942 à Saint-Louis par le père Hervé Hoareau, son enfance le façonne, l’ambiance familiale est religieuse, la prière rassemble. Ses parents espèrent qu’un de leurs fils entrera dans les ordres. L’aîné de leurs neuf enfants, les comblera.

Gilbert Aubry fait ses études primaires à Piton Saint-leu, ses études secondaires au Séminaire de Cilaos, puis à Madagascar au Collège Saint-Michel de Tananarive. Selon ses propres termes, il " se laisse choisir par Dieu comme chrétien " à 19 ans.

Monseigneur Gilbert Aubry

Il poursuit sa formation en métropole au Séminaire des Missions des Pères du Saint-Exprit à la Croix Valmer dans le Var, puis à l'Université Grégorienne de Rome où il obtient une licence de philosophie en 1965.

Il fait son service militaire comme Volontaire à l'Assistance Technique, cela lui permet de rentrer à La Réunion où il enseigne au Séminaire de Cilaos. Par la suite il retourne à Rome et achève une licence de théologie.

Quand le jeune licencié en philosophie et en théologie regagne son île natale, l’évêque de La Réunion est Monseigneur Georges Guibert. C'est lui qui l'ordonne prête le 23 août 1970, en l’église Saint-François-de-Salles du Tampon.

2 mai 1976. L'onction donnée à Gilbert Aubry par Mgr Guibert
2 mai 1976, l'onction donnée à Gilbert Aubry par Monseigneur Guibert.

De 1970 à 1976, Gilbert Aubry est animateur de l'Association Réunionnaise d'Éducation Populaire ( Arep ), rédacteur en chef de “ Croix-Sud ” et aumônier diocésain de l’Action catholique. En 1971 il participe à l'écriture de Poèsia 71, recueil publié à Rome, et la même année il publie Rivages d'alizé, composée de trente poèmes, une deuxième édition paraît, augmenté d'un chapitre nouveau, " Vitrail corallien " en 1975.

La Réunion à cette époque est divisée entre, départementalisation et autonomie, cette bipolarisation passionnelle traverse toute la société, le clergé réunionnais n'échappe pas aux passions et à effervescence politique. Ce qui provoque en 1975 la démission de l'évêque de La Rèunion Monseigneur Georges Guibert.

La nomination d'un nouvel évêque en 1975 préoccupe l'administration locale. Rome envoie en mission à Saint-Denis le nonce apostolique de Madagascar, à charge de rencontrer le clergé et toute la communauté chrétienne pour proposer une issue à la crise que traverse l'Eglise dans le département. Le nom de René Payet à la succession de monseigneur Guibert est prononcé, le PCR organise des déplacements en masse de ses militants pour aller déclarer au Nonce, lors des journées d'audiences programmées, que "le père Payet c'est un bon père c'est lui qui nous faut comme évêque".

C'est finalement Gilbert Aubry qui, à 34 ans, est nommé. Ce dernier estime que c'est sans doute parce qu'il incarnait à la fois le caractère créole par ses origines et la volonté d'indépendance à l'égard des politiques, il explique sa nomination dans un entretien du 14 août 1998 : " Je suis nommé fin 1975 et durant la période où la nomination était en cours, il y a eu des manipulations politiciennes pour faire que ce soit untel qui soit choisi et non pas untel. Le PCR a fait pression et les partis de droite aussi. Moi, j'étais rédacteur en chef du journal Croix-Sud et j'avais été conduit vers les orientations de Monseigneur Guibert, vers celles du Pères Quatrefages et vers les conclusions du Cardiogramme et du concile Vatican II. J'avais sorti en 1975 un article intitulé " Non au communisme populaire lié au christianisme populaire ". Témoignage Chrétien défendait cette thèse et moi j'ai pris position contre, tout en ouvrant encore plus le champ politique que Monseigneur Guibert et le Père Quatrefages. J'ai dit que du point de vue politique l'Evangile ne se prononçait pas sur une forme de statut et qu'en tant que chrétiens nous pouvions être pour un statut de département ou pour l'autonomie, cela ne relevait pas strictement de la foi. J'avais averti Quatrefages de mon article et il m'avait donné son aval. Je me situe donc dans une ligne d'indépendance vis-à-vis des partis politiques en tant que rédacteur du journal du diocèse..."

Trois évêques de La Réunion : Langavant, Aubry, Guibert
De gauche à droite : Monseigneur Langavant, Monseigneur Aubry, Monseigneur Guibert. Trois évèques de La Réunion.

En 1976, il est choisi pour être évêque de La Réunion, à 34 ans c'est le plus jeune évêque de France Le sacre de Mgr Gilbert Aubry, le 2 mai 1976, est un événement majeur dans l’histoire de l’Église à la Réunion, qui n’aura d’égal que la visite de Jean-Paul II en 1989. Fier d’être Réunionnais, amoureux de son créole, enveloppé de la miséricorde du Seigneur, il prône le dialogue et l’acceptation de tous ses compatriotes. Il fait entendre sa voix sur tous les problèmes qui questionne la foi catholique.

C'est Gilbert Aubry, l'évêque-poète, qui a véritablement lancé le mot et la notion de " créolie ", en présentant solennellement, lors d'une conférence du 24 novembre 1978, à l'Hôtel de Ville de Saint-Denis, son Hymne à la Créolie.

Les années suivantes voient la poésie de Gilbert Aubry devenir un disque intitulé Créolie, puis en collaboration avec Jean-François Sam-Long, il écrit une anthologie, Poésie réunionnaise 1900-1980.

En mai 1982, à l'occasion des Assises de la culture, il écrit Sois peuple Mystique marronnage qui développe les thèmes de la Créolie.

En 1988, Gilbert Aubry rassemblera l'ensemble des textes marquant son action dans, Pour Dieu et pour l'homme réunionnais.

En 1989 voit la parution de Poète mascarine qui reprend les recueils antérieurs augmentés de huit poèmes nouveaux.

Monseigneur Gilbert Aubry évêque de La Réunion

Membre de la Conférence épiscopale française, il préside la Conférence épiscopale de l’océan Indien et est consulteur de la Commission pontificale pour la conservation du patrimoine artistique et historique de l’Église.

En 2008, il soutien la 4e édition de la Marche pour la vie, manifestation parisienne pour la défense de la vie et contre l'avortement. En mars 2008, Mgr Aubry réagit à la demande de légalisation de l'euthanasie formulée par Chantal Sébire. Il déclare à un journal réunionnais que "la plus grande aide que l’on puisse apporter n’est pas de faire mourir, mais d’aider humainement et spirituellement à mourir en paix avec soi-même, avec les autres et avec Dieu".

13 mars 2009, sur le siège de la présidence des célébrations liturgiques est apparu un visage comme une version stylisée de celui du Saint Suaire. Des milliers et des milliers de fidèles et du curieux se pressent à l'église de Jésus Miséricordieux, dans le quartier de Cambuston à Saint-André, à La Réunion, pour voir le dossier d'un siège. Ce visage qui déplace les foules serait formé par des plis du tissu : un visage proche de celui du Christ.

Texte de l'Évêque de La Réunion Mgr Gilbert Aubry sur l'apparition du visage du Christ à l'église de Jésus Miséricordieux



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Samedi 19 Janvier 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.