Histoire de La Réunion année 1859, Histoire de Bourbon La Réunion, les événements de l'année 1859.

Histoire de La Réunion année 1859

- Page précédente :: Année 1858 - Page puivante :: Année 1860


1 er février 1859, immigration Indienne reprend à La Réunion, le Baron Rodolphe Augustin Darricau gouverneur de la colonie, adjuge le monopole des opérations d'embarquement, de transport et de débarquement à deux négociants de Saint-Denis, O'Toole et Douville, qui s'engagent à céder les travailleurs aux planteurs au prix modéré de 153 francs. Ils introduisent 2 206 coolies en 1859. Coolie ( mot d'origine anglaise qui vient de l'hindî Kulî, caste de l'Inde ) est un travailleur indien ou chinois.

Engagée Indienne


17 février 1859, un fléau terrible, le choléra, s’abat sur La Réunion.

17 février 1859 le navire Les Mascareignes qui appartient au négociant Jules Gaultier de Rontaunay qui est aussi membre de Conseil du Gouvernement, arrive en rade de Saint-Denis avec, à son bord, des engagés. Recrutés dans une région contaminée par le choléra, de nombreux africains meurent au cours de la traversée. Le capitaine d'Agnel, pour ne pas perdre le bénéfice de son voyage va dissimuler la réalité du mal. Il fournit un faux rapport et des certificats de complaisance, il dit que ses passagers souffrent de simple dysenterie.

12 mars 1859. Les travailleurs africains sont alors débarqués pour le lazaret. C’est pendant la période d’observation prévue par les règlements de la colonie qu’est enregistré le premier cas mortel de la maladie.

16 mars 1859. Tous les immigrants sont répartis chez différents engagistes sauf une quinzaine d’entre eux qui, officiellement atteints de dysenterie, sont envoyés à l’hospice civil. Mais avant même la sortie des engagés, des créoles ont été atteints. Un jeune ferblantier qui a travaillé sur une conduite d’eau à l’intérieur du Lazaret meurt le 14 mars 1859. Sa mort est suivie, le 17, par celle de quatre hommes de l’atelier de discipline.

Quand le choléra est identifié c'est trop tard. Saint-Denis est déjà touchée. A la fin du mois de mai quand cessa l'épidémie, on dénombre uniquement dans Saint-Denis 863 morts. Ailleurs, la contagion a été portée par les Dionysiens fuyant la capitale. De ce fait Sainte-Marie compte cent quarante-quatre morts ; Sainte-Suzanne, quatre-vingt-treize. A Saint-André, après avoir débuté au centre de la commune, la maladie s’est étendue à tout le quartier et y a fait cent quatre-vingt-cinq victimes. Saint-Benoît, pour sa part, en totalise trois cent dix-huit. La Possession a été touchée dès le 15 mars dans des proportions moindres. Dans le Sud entre Saint-Leu, Saint-Joseph et Saint-Pierre on a enregistré une centaine de décès.

Officiellement, cette épidémie fera 2200 morts en deux mois et demi le choléra de 1859 aura été une des épidémies les plus mortelles de l’histoire de La Réunion.

Les responsables du Mascareignes seront traduits devant les assises. Le procès qui dure du 24 janvier au ler février 1860 passionne la colonie au grand étonnement de tous, les accusés sont acquittés. Mais malgré cet acquittement le propriétaire du navire, M. de Rontaunay, sera moralement très compromis. Le 6 septembre 1859, le gouverneur lui écrit pour lui signifier sa mise à la retraite.

18 mars 1859, La migration africaine se superpose très rapidement aux anciennes routes de l’esclavage, jusqu’à en prendre les mêmes modes opératoires et les mêmes conditions de « recrutement ». Le flou autour de ce système cache en fait l’existence d’une traite négrière déguisée sous couvert d’Engagisme.

Un premier arrêté interdit la traite déguisée depuis la côte orientale d’Afrique, Madagascar et les Comores :

« N°193 : Arrêté concernant l’immigration du 18 mars 1859.

Nous gouverneur de l’île de La Réunion. Vu l’article 9 du Sénatus-consulte du 3 mai 1854. Vu les dépêches du 8 novembre 1858, n°192, et 6 janvier 1859, Le Conseil privé, entendu, Avons arrêté et arrêtons :

Art. 1er : A partir du 15 mars, date de la réception de la dépêche du 6 janvier précitées, tout recrutement d’émigrants est interdit sur toute la côte orientale d’Afrique, à Madagascar et aux Comores.

Art. 2. Toute introduction d’émigrants provenant de Sainte-Marie de Madagascar, de Mayotte et de Nossi-Bé, est interdite à La Réunion.

Fait à Saint-Denis, le 18 mars 1859. Baron Darricau. Par le gouverneur : le directeur de l’intérieur, Ed. Manès. »

1859, la Banque de La Réunion qui est née en 1853, s'installe à l'hôtel de la banque, rue Jean Chatel à Saint-Denis. La première société de La Réunion inscrite sous le numéro 1 du registre du commerce marque ainsi sa réussite dans des locaux flambants neufs.

Banque de La Réunion

11 juillet 1859, Gabriel Le Coat de Kerveguen, le plus gros propriétaire terrien de l'île, obtient l'autorisation de l'administration locale d'introduire sur ses domaines, pour payer ses engagés indiens, 227 000 pièces d'argent de 20 kreutzers autrichiens. Les millésimes des pièces vont de 1771 à 1845, et s'étage de 6,270 à 6,630 grammes. Le côté face de la pièce l'effigie de l'Impératrice Marie-Thérèse, le côte pile l'aigle à deux têtes, emblème du Saint-Empire.

Face d'une pièce de 20 kreutzers

Pile d'une pièce de 20 kreutzers

15 septembre 1859 le ministre des colonies de Napoléon III, le marquis de Chasseloup-Laubat, a interdit l'immigration venant d’Afrique, de Madagascar et des Comores. Sous la pression et face aux demandes incessantes des grands propriétaires qui ont besoin de main-d'œuvre pour cultiver les cent vingt mille hectares de terres agricoles de la colonie, le gouverneur Rodolphe Augustin Darricau accepte de relancer l'immigration. Cette immigration sera Indienne et Chinoise. le Gouvernement impérial négocia, avec le gouvernement anglais, une convention pour l’introduction à La Réunion de 6000 coolies des Indes britanniques. Le délégué de la Colonie, M. Imhaus, fut chargé de négocier ce traité.

4 octobre 1859, un arrêté accorde un brevet d'imprimeur à Louis Antoine Roussin, et l'autorise à publier à Saint-Denis un journal paraissant le jeudi de chaque semaine sous le titre : La Malle. En avril 1860, Roussin cède à Rambossom le brevet d'impression du journal.

Arrêté du 4 octobre 1859 création du journal La Malle

1859, marque la première baisse des prix du sucre. Cette chute est due au développement de l'industrie betteravière, la betterave à sucre en France.



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Mardi 17 Septembre 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.