Histoire de La Réunion année 1858, Histoire de Bourbon La Réunion, les événements de l'année 1858.

Histoire de La Réunion année 1858

- Page précédente :: Année 1857 - Page puivante :: Année 1859


8 janvier 1858, le Gouverneur de La Réunion Hubert Delisle fait ses adieux à son île natale. Il embarque à bord du navire l'Azof. Son état de santé est la cause de son départ, une consultation délibérée par trois médecins expérimentés avait déclaré que sa santé était fort sérieusement compromise, et qu'il convenait qu'il rentrât immédiatement en France.

Hubert Delisle

9 janvier 1848. La veille de son départ, il adresse à la population de l’île cette proclamation publiée dans le Moniteur :

" Habitants de la Réunion, c’est avec un sentiment de profonde tristesse que je m’éloigne de vos rivages aimés. Attaché à cette Colonie par tous les liens les plus chers au cœur de l’homme, depuis que la confiance du Souverain m’avait appelé à l’administrer, j’avais fait de ses intérêts le premier des intérêts de ma vie. J’y avais consacré tout ce que le ciel a pu me donner d’énergie et d’amour du bien. Adieu donc, habitants de la Réunion ! Adieu, mes amis et mes compatriotes ! Les six années que je viens de passer parmi vous ont été , je vous l’ai déjà dit, les plus belles de ma vie ; elles resteront mon meilleur et mon plus précieux souvenir... ".

M. Lefèvre, commissaire de marine, ordonnateur, prend l'intérim du gouvernement jusqu'au 28 mars 1858. Pendant le court espace de son administration, il apporta des améliorations notables dans le service des contributions.

16 janvier 1858. Un cyclone touche La Réunion. L'ingénieur Maillard, en pleine mission à La Plaine des Cafres, parle de 50 morts et de nombreux dégâts. Le pont du chemin de fer du Gouvernement est arraché. En fin d'année à l'occasion d'un autre phénomène, la cathédrale de Saint-Denis perd une partie de son toit.

Sur le site : Récit de Louis Maillard concernant le cyclone du 16 janvier au 17 janvier 1858.

16 mars 1858, Un arrêté du gouverneur autorise l'évêque Monseigneur Armand René Maupoint à ériger une chapelle sur la quatrième paroisse de Saint-Denis. Cette quatrième paroisse est dédiée à Marie Libératrice, qui porte le nom de Notre Dame de la Délivrance, une petite chapelle est édifiée sur le plateau de Petite-Île, avec des matériaux de fortune. Très vite elle devint un lieu de pèlerinage pour les marins et leur famille et reçoit de très nombreux ex-voto.

28 mars 1858. Rodolphe Augustin Darricau prend ses fonctions comme gouverneur de La Réunion.

Augustin Darricau

30 avril 1858, le nouveau gouverneur, préside la Société des Arts et Sciences ; son brillant discours impressionne vivement l'auditoire, car il respire l'énergique franchise du marin, et il est écrit avec le cœur. Ses idées nobles, généreuses, libérales, attestent qu'il a le désir de diriger La Réunion dans la voie du progrès non-seulement matériel, mais encore intellectuel. Il fait connaître son intention de créer des cours publics de musique, de dessin, de géométrie pratique etc.

Avril 1858, Monseigneur Maupoint, évêque de La Réunion consacre l'église de Saint-Leu, l'église est dédiée à Sainte-Ruffine.

Église Sainte-Ruffine à Saint-leu

10 mai 1858, l'administration locale publie un arrêté qui fixe le maximum de la durée des engagements de travail des immigrants africains à 10 années, l'arrêté du 2 novembre 1858 étend cette mesure aux immigrants malgaches, satisfaisant les habitants sucriers qui obtiennent gain de cause après plusieurs années de réclamations. En effet l'administration locale " Prend en compte les arguments racistes des propriétaires sucriers selon lesquels les Africains, moins habiles que les Indiens par nature, nécessitent une longue période d'apprentissage avant d'être rentables ". Les contrats d'engagés indiens restent fixés à 5 ans, introduisant une inégalité entre les travailleurs immigrés.

7 juillet 1858, le gouverneur Rodolphe Augustin Darricau ouvre la session de la Chambre d'agriculture. La Réunion connaît grâce à la canne à sucre une situation florissante, mais Darricau après avoir parcouru la Colonie, juge rapidement que la prospérité de l'île est artificielle et que les moyens qui la sous-tendent sont dangereux.

" Partout j'ai été frappé d'un fait qui m'a profondément touché : à côté de la plus opulente production, se fait remarquer la plus triste pénurie, la richesse dans un petit nombre de mains, moins que la médiocrité dans la plus grande partie de la population, et, en présence de cette différence de destinées, je ne me sens plus la force de proclamer la prospérité de la Colonie. Je vais plus loin : cette situation me paraît pleine de dangers. "

1858, est lancée l'idée d'un chemin de fer à l'île de la Réunion, c'est le moment du développement de la canne à sucre, et pour assurer son essor économique l'île doit se doter de moyens de communication modernes et rapides.

1858, construction de la première église à Cilaos.


Éruption du Piton de la Fournaise :

3 novembre 1858, vers 4 heures de l'après-midi, une détonation, "semblable à celle d'une décharge de mousqueterie" se fit entendre au sommet de la montagne. Quelques heures plus tard, à la tombée de la nuit, les habitants du Bois-Blanc et de Saint-Philippe purent voir des coulées dévaler les pentes à toute allure, non loin du rempart du Bois-Blanc. Les veines de feu atteignirent la route coloniale le lendemain dans l'après-midi, soit vingt-quatre heures après le début de l'éruption. En quelques heures, la chaussée fut recouverte sur une largeur de 400 mètres, par 3 à 4 mètres de scories friables. Et le 5 novembre dans la journée, la lave atteignit la mer, dans les grands jaillissements de vapeurs habituels.

L'éruption, dont les lueurs se voyaient depuis la capital, se poursuivant, des curieux de plus en plus nombreux firent "le pélerinage du Grand-Brûlé". Pour en savoir plus, le gouverneur nomma alors une commission scientifique, destinée à observer sur place le phénomène, et composée du pharmacien en chef de la colonie Hugoulin, du secétaire du gouvernement Amouroux, de M. Dostor, professeur de sciences au Lycée impérial, du peintre Roussin, et de l'officier d'ordonnance Didier, dirigeant une compagnie de travailleurs. L'éruption se poursuivit, par intermittence, jusqu'aux premiers jours de janvier 1859. Quand elle cessa, la route coloniale était coupée sur plus d'un kilomètre, et il fallut des mois avant qu'elle soit réouverte à la circulation. La commission Hugoulin estima l'émission totales des laves à plus de 12 millions de mètres-cubes : une surface de 500 hectares avait été recouverte d'une couche de matériaux ignés de plus de 2 m 50 d'épaisseur...


Naissance en 1858 :

1 juillet 1858, naissance de Paul Vivien à Saint-Denis de La Réunion. Conseiller municipal de Paris, Président du syndicat de la presse coloniale française.

1858, naissance de Auguste de Villèle à Saint-Denis de La Réunion. Poète, directeur de la Revue agricole de la Réunion.


Décès en 1858 :

1858, décès de Jacques Sully-Brunet Conseiller à la cour, avocat, membre du conseil général, député de La Réunion en 1830.



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Jeudi 14 Novembre 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.