Histoire de La Réunion année 1914, Histoire de Bourbon La Réunion, les événements de l'année 1914.

Histoire de La Réunion année 1914

- Page précédente :: Année 1913 - Page puivante :: Année 1915


26 avril 1914, élections législatives à La Réunion.

Les campagnes électorales et les élections à La Réunion se déroulent dans un climat malsain de violence. L'administration après avoir désigné les candidats officiels, les soutient jusqu'au bout et cautionne les pires méthodes employées par eux pour être victorieux.

Charles Marie Lucien Gasparin    Georges, Tony Boussenot

Lucien Gasparin, du Parti radical socialiste, maire de Saint-Denis, brigue un nouveau mandat de député lors des législatives du 26 avril 1914. Il est élu à la 1er circonscription, 8 309 voix contre 3 472 pour Charles Brunet Millon

La deuxième circonscription est remportée par Georges Boussenot, du Parti radical socialiste, opposé à Robert Le Coat de Kerveguen. Ces élections furent particulièrement violentes, quatorze morts, 300 blessés et sont considérées comme une grande catastrophe à la Réunion.

Charles Brunet Millon, candidat dépité va s'en prendre au gouverneur Pierre Louis Alfred Duprat : "La Réunion est fatigué des gouverneurs politiciens. Ils déconsidèrent leur fonction jusqu'à se faire les agents d'un parti politique, ils favorisent la dilapidation des deniers communaux. Entre leurs mains, le budget colonial n'est plus qu'un fonds électoral. A la pression administrative s'ajoute l'oppression policière, les citoyens sont arbitrairement fouillés, arrêtés sur des faux témoignages, ils sont jetés en prison ... Allez-vous en, vous nous écœurez". L'action de l'île de La Réunion. Le 21 avril 1914.

Pour fermer les yeux sur les violences électorales, on invoque en haut lieu les méfaits du climat tropical chaud. C'est cet argument que la Chambre des députés exploite pour répondre à l'émouvant appel des citoyens tyrannisés :

" De l'examen des dossiers des élections de 1914 à La Réunion, constatent les rapports de M. Espivent de La Villeboisnet, il résulte que ces élections ont été marquées par des évènements regrettables ; que des rixes fréquentes ont éclaté, que des batailles ont été engagées, qu'il y a eut des morts et des blessés. Nous en voyons la cause dans l'ardeur du soleil de ce pays. Il n'est pas étonnant qu'un acte de la vie sociale qui sous nos climats irrite déjà les esprits, provoque dans ces contrées ensoleillées, des crises d'une grande violence ". Les élections législatives de 1814 à La Réunion.

Palais de justice de Saint-Denis le jour des élections législatives
Palais de justice de Saint-Denis le jour des élections législatives.

4 août 1914. Ordre de mobilisation de La Réunion. Première guerre mondiale.

Ordre de mobilisation.

"Les hommes de la réserve et de l'armée territoriale nés à La Réunion, ayant servi dans l'armée active et appartenant aux classes 1892 et suivantes sont rappelés sous les drapeaux.

Les réservistes et territoriaux non originaire de la Colonie sont rappelé sous les drapeaux, quelle que soit la classe à laquelle ils appartiennent. Sont dispensés de rejoindre les agents des administrations publiques indiqués dans les tableaux A, B, C annexés à la loi du 21 mars 1905, modifiée par la loi du 16 juillet 1906.

Les réservistes et territoriaux indiqués aux paragraphes I et II du présent ordre devront, munis de leur pièce militaire et d'une feuille de route délivrée par le maire de la commune où ils résident, se présenter dans l'ordre suivant, au bureau du recrutement à Saint-Denis, rue de Paris, pour être incorporés après visite médicale : Saint-Denis, vendredi 7 août, à 7 heures ; Sainte-Marie, Sainte-Suzanne, vendredi 7 août à 14 heures ; Saint-André, Bras-panon, Saint-Benoît, samedi 8 août, à 9 heures ; Salazie, plaine des Palmistes, Sainte-Rose, samedi 8 août à 14 heures ; La Possession, Le Port, Saint-Paul, dimanche 9 août à 8 heures ; Trois-Bassins, Saint-Leu, Les Avirons, Étang-Salé, Saint-Louis, dimanche 9 août, à 14 heures ; Entre-Deux, Saint-Pierre, Saint-Joseph, Saint-Philippe, lundi 10 août, à 7 heures.

Les officiers de réserve et de territoriale se mettront immédiatement à la disposition du commandant de recrutement "

Saint-Denis, le 4 août 1914 Le gouverneur de La Réunion. Duprat.

1914 Bureau de recrutement Saint-Denis
1914 bureau de recrutement à Saint-Denis.

Le paquebot Djemnah (ou Djemmah), des Messageries Maritimes réquisitionné, emporte le premier contingent, un millier d'hommes, moins d'une semaine après la déclaration de guerre. Au port de La-Pointe-des-Galets, pour ce premier départ, tous les personnages importants de l'île sont là, à commencer par le Gouverneur de La Réunion. Le Gouverneur fait son inspection du bateau. Tout est fait en l'honneur des futurs héros de la Patrie. La première escale est Madagascar. Escale obligatoire, car à La Réunion, ils n’ont pas eu les moyens de s'habiller, ni de se former. Ils y resteront jusqu'à ce que le premier contingent parte en mars 1915. Beaucoup de réunionnais resteront à Madagascar. C'est à Diego Suarez, point le plus protégé où sont toutes les batteries, que l'on trouvera la plus grande présence réunionnaise. Ceci, sans doute, pour protéger Diego d'un éventuel débarquement allemand. Madagascar, ouvert sur le canal de Suez, est un lieu stratégique important dans l'océan Indien.

Djemnah des Messageries Maritimes
Le paquebot Djemnah, des Messageries Maritimes réquisitionné, pour le transport des soldats réunionnais.

1914. La Première Guerre Mondial, la Réunion répond massivement a l'appel de mobilisation et participe à l'effort National. Deux jours après l'ordre de mobilisation général en métropole, la Réunion mobilise à son tour. Jusqu'à la fin du conflit 14 423 réunionnais seront mobilisés, alors que l'île compte 150 000 habitants. Sur 14 423 Réunionnais incorporés, appelés ou engagés volontaires 3 000 sont morts.

Dès le début du conflit, La Réunion se met en position de défense. Contre un bombardement, le capitaine de gendarmerie Déroches recommande de prendre des mesures pour évacuer les habitants et les numéraires de la colonie sur les hauteurs. Contre un débarquement, il préconise des vigies sur les falaises, et des mesures visant à bloquer l'entrée du port en cas d'alerte. Mais la puérilité de ces mesures apparaît quand on compare la puissance de feu d'un croiseur allemand avec celle de la colonie : en 1914, l'île de La Réunion dispose en tout et pour tout de 150 fusils et 7 800 cartouches. En rassemblant tout ce que le pays peut avoir de guerriers, le capitaine obtient les 150 soldats destinés à tenir ses 150 fusils. Fort heureusement, personne du côté de Berlin, ne pensa à mettre cette armée à l'épreuve.

Le gouverneur Pierre Louis Alfred Duprat est absent de l'île, en congé en métropole, du 8 octobre 1914 au 9 août 1915, Henri François Cor, gouverneur de 2e classe, assure l'intérim de Duprat.


Naissance en 1914 :

21 avril 1914, naissance de Valère Clément. Député de La Réunion de 1959 à 1962 maire de Saint-Louis de 1949 à 1964.

6 août 1914, naissance du poète Alcide Baret à La Rivière Saint-Louis.

1914, naissance de Mario Hoarau. Maire de Saint-Leu de 1945 à 1958. Président du Conseil Régional : 28 février 1983 à 1986.


Décès en 1914 :

24 janvier 1914, décès du poète écrivain réunionnais Jean de Ricquebourg.



Haut de page


Liens commerciaux.


Dernière mise à jour : Lundi 22 Juillet 2019   Webmaster. Tous droits réservés © 2002 / 2019

Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici

Booking.com




Hotels île Maurice.

Hébergements à Rodrigues.

Annuaire La Réunion

Hotel La Réunion.

Gîte La Réunion.

Location voiture La Réunion.

Immobilier La Réunion.

Musée La Réunion.

Canyoning La Réunion.

Plongée La Réunion.

Loisir activité La Réunion.

Parapente La Réunion.

Commerce La Réunion.

Restaurant La Réunion.