Les évènements de l' année 1910 histoire île de La Réunion

La Réunion
Cherchez une page sur le site
www.mi-aime-a-ou.com

 
Promo Séjour La Réunion   Navigation :: Accueil :: Histoire de La Réunion ::  Les évènements de La Réunion année par année :: 
   
   

Retrouvez La Réunion Mi aime a ou sur Google+
 
 
 ITC Tropicar
 Location de voitures
 à La Réunion
 5 % de remise en ligne
  itctropicar.com
 
 Aide pour vos vacances
 Help-vacances
 Hôtels, gîtes, locations
 saisonnières, campings
 help-vacances.com
 
       

Page précédente :: année 1909 :: ANNÉE 1910 :: Page suivante :: année 1911

          1910

 

 

Histoire de La Réunion année 1910. Les évènements de l'année 1910 à La Réunion.

 
     
 

1910, la valse des gouverneurs. En cette année 1910, les réunionnais voient à la tête de La Réunion trois gouverneurs différents :

17 janvier 1910, fin du mandat de gouverneur de La Réunion de Camille Lucien Xavier Guy.

18 janvier 1910, Philippe Émile Jullien, gouverneur de La Réunion jusqu'au 2 juillet 1910.

18 septembre 1910, François Pierre Rodier, gouverneur de La Réunion jusqu'au 28 juillet 1912.

26 février 1910, Un terrible incendie détruit entièrement le grand lycée, le lycée Leconte de Lisle à Saint-Denis.

1910, Picasso réalise le portrait du réunionnais Ambroise Vollard, célèbre collectionneur et marchand d'Art, éditeur et écrivain.

24 avril 1910, élections législatives.

L’ouverture de la campagne de 1910 voit s’affronter les candidats suivants :

- dans la première circonscription, Lecocq du Tertre, maire de Saint-Denis, contre le député sortant Lucien Gasparin.

- dans la seconde circonscription, Georges Boussenot, homme de gauche, contre Pierre Archambaud, successeur de François de Mahy.

Philippe Émile Jullien, intervient dans le déroulement de la campagne, en effet le gouverneur fait savoir clairement qu’il souhaite l’élection de Lucien Gasparin et de Georges Boussenot, candidats du ministre, comme il se plaît à les qualifier dans une lettre envoyée à plusieurs maires.

17 mars 1910, le gouverneur Jullien dissout le conseil municipal de la Plaine-des-Palmistes, à la suite d’un long conflit entre ce dernier et l’administration. Il faut donc le 10 avril procéder à de nouvelles élections municipales qui donneront lieu à des fraudes manifestes. Certains électeurs de la Plaine-des-Palmistes protestent et organisent une manifestation contre ces tricheries. Le procureur de la République, Allard, dévoué au gouverneur, fait arrêter quatorze habitants, dont un huissier, M. Constant. Ils seront jugés, le 12 avril, au palais de justice de Saint-Denis.

12 avril 1910 beaucoup de gens se retrouvent à la gare pour attendre l’arrivée du train dans lequel se trouvent les inculpés. Une manifestation est organisée par M. Lecocq du Tertre, maire de Saint-Denis et par de nombreux conseillers municipaux ; les employés de la mairie avaient même reçu congé à cet effet. A l’arrivée du train, la foule composée de cinq cents individus environ se mit à manifester bruyamment, M. Lecocq se tournant vers la foule s’écria : " Et maintenant, mes amis, allons protester auprès du chef de la colonie et exiger de lui la mise en liberté immédiate de Constant ". Dans un rapport qu’il adresse au ministre des Colonies, le gouverneur Jullien donne sa version des événements et fait état du traitement que la foule lui a infligé :

" ...au milieu des cris, de la bousculade grandissante et sous l’œil indifférent sinon approbateur de M. le Maire, j’ai tenu tête à l’orage pendant trois quarts d’heure environ, nu-tête sous le soleil, des poings brandis vers mon visage. "Enfin il advint ce qui devait arriver... Violemment entraîné dans les marches, succombant à la fatigue, à moitié dévêtu, je me suis arraché, sans savoir comment, aux mains de ceux qui me tenaient et je me suis retrouvé au haut de l’escalier pour voir M. Dubarry luttant contre cinq ou six individus qui criaient " A mort " et l’ont grièvement contusionné...".

La sanction tombe le lendemain, le Conseil municipal de Saint-Denis est dissout. Il n’y aura donc pas de conseil municipal pour les élections législatives et Saint-Denis sera administrée jusqu’à cette date par une commission administrative. Le 24 avril arrive " Jamais de mémoire d’homme, on n’aura vu de pareilles élections ", écrit la presse dès le lendemain. Plusieurs incidents sont venus émailler le déroulement du scrutin.

 

Ambroise Vollard Peintre Pablo Picasso

François Pierre Rodier gouverneur de La Réunion

Procès Sitarane et Fontaine

 

24 avril 1910. Élection de Gasparin, dans la première circonscription. Dans la seconde, Archambaud, candidat de l’opposition, est reconduit à son siège. Le scandale des élections va dépasser les rivages de la colonie et sera porté à Paris. Les conséquences sont immédiates : le secrétaire général du gouvernement, Albert Antoine Baptiste Dubarry et le gouverneur Philippe Émile Jullien sont mis en disponibilité et quittent La Réunion le 2 juillet 1910, par le Natal.

23 mai 1910, affaire Sitarane, la bande et leurs sous-fifres sont renvoyés par arrêté de la chambre des mises en accusation devant la cour de Saint-Pierre.

27 juin 1910 débute le procès. Le verdict tombe le 13 décembre 1910 à 15 h, Sitarane, Saint-ange et Fontaines sont condamnés à être décapités.

1910, Marius et Ary Leblond obtiennent leur prix Goncourt avec le roman : En France, l’histoire d’un étudiant créole.

1910, début de la construction de la nouvelle église du Tampon Par le Père Eugène Rognard.

 

 

Naissance en 1910 :

6 novembre 1910, naissance de Marcel Vauthier homme politique député et sénateur de La Réunion.

 

Décès en 1910 :

 

 

 
 
   
  Voir les informations rajoutées sur l'année 1910      Compléter, rajouter des informations sur l'année 1910
   
  La dernière information rajoutée :
   
  Impossible d'effectuer la requête pour trouver les commentaires pour le site

Voici le message d'erreur renvoyé par la base de données :
1146 : Table 'miaimeaou1.commentaires_pages' doesn't exist